“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

À Beausoleil, l’écologie ne fait pas recette Bataille de confettis au Carnaval du Groupe scolaire Paul-Doumer de Beausoleil

Mis à jour le 08/02/2019 à 10:24 Publié le 08/02/2019 à 10:23
Les élèves de neuf classes élémentaires et quatre classes maternelles déguisés pour la plupart en personnages de BD, ont fait «l’école buissonnière»...

Les élèves de neuf classes élémentaires et quatre classes maternelles déguisés pour la plupart en personnages de BD, ont fait «l’école buissonnière»... S. I.

À Beausoleil, l’écologie ne fait pas recette Bataille de confettis au Carnaval du Groupe scolaire Paul-Doumer de Beausoleil

Le Centre culturel Prince Jacques a accueilli mercredi soir la deuxième session du grand Débat national, sur le thème de « La transition écologique ». Dans la salle, peu de monde, surtout des passionnés

Qu’il est difficile l’exercice du débat démocratique ! Surtout quand le sujet ne fait bouger que les passionnés.

« Nous sommes vingt, mais ce n’est pas vain » s’amusait, mercredi soir, l’une des personnes présentes dans la salle du Centre culturel Prince Jacques.

Pour cette deuxième session du grand Débat national à Beausoleil, consacrée à la transition écologique, seule une petite vingtaine de personnes s’était déplacée. Parmi lesquelles, un élu qui parlait « à titre individuel », d’anciens élus passionnés par la cause, et quelques citoyens très concernés. Peut-être même passionnés. Ce qui a parfois donné lieu à de longues prises de paroles, qui ont fait grogner les personnes venues débattre, et pas écouter une conférence.

Vision panoramique

Toutes les grandes tendances ont été abordées : les transports en commun, le tri sélectif, le glyphosate, le diesel, la taxation des avions et des bateaux, et la fréquence des lessives.

Globalement, deux camps se dessinent au fil de la soirée. Les adeptes des gestes citoyens qui sont plutôt forces de proposition, et ceux qui pensent que les politiques (ou les voisins) sont responsables de la situation et qui préfèrent dénoncer. « Pourquoi on ne taxe pas plus fortement les agriculteurs qui utilisent le glyphosate pour les dissuader ? » « Parce que c’est une question d’argent et de politique madame ! »

L’ombre du complot a plané par moments : les groupes de pression, les élus qui ne font rien, la presse mainstream acquise à la cause des puissants(1)… Au rang des solutions, les propositions ont été variées : taxer les voyages de loisir en avion et en bateau, multiplier les panneaux solaires sur les locaux industriels, rendre les transports en communs gratuits, subventionner davantage les chaudières à haut rendement.

Mais surtout une enseignante qui était présente a mis le doigt sur ce qui semble une technique viable pour dynamiser cette transition : « Le jour où devenir écolo sera financièrement intéressant, toutes les entreprises produiront écolo. »

L’exemple du bio, du vegan ou du sans gluten le prouve : les entreprises produisent ce que le consommateur achète.

Or, il en est des produits de consommation comme des mandats politiques : on est toujours libre de choisir ce qui correspond le plus à nos valeurs.

Grands moments de joie hier, pour environ 250 élèves du groupe scolaire Paul-Doumer, qui ont fait l’école buissonnière pour fêter le Carnaval ! Une parade organisée par la Ville, sous le thème des personnages de BD avec chars d’astronaute et soucoupes volantes ! Vêtus de leurs plus beaux costumes, aux côtés de leurs parents, enseignants, directeurs d’école, du maire Gérard Spinelli et des élus (1)... ils ont serpenté l’avenue Paul-Doumer et le boulevard des Moneghetti pour, ensuite, faire demi-tour vers le groupe scolaire. Sur fond de musiques entraînantes et coups de canon de confettis, les jeunes princesses, monstres, policiers, sirènes ou encore geishas s’en sont donné à cœur joie à la bataille de confettis ! Un goûter les attendait à la fin de la parade.

La fête continue ce soir

La fête, pour tout public, continue ce soir, au centre-ville : grand corso en lumières, canons à confettis, personnages illuminés et chars éclairés vont défiler au son des musiques des fanfares et enchanter petits et grands.

Départ : place de la Libération à 18 h 30, après distribution de chapeaux de Carnaval, confettis, objets lumineux pour tous.

Ce corso, organisé également par la Ville, se terminera avec dégustation de bugnes et chocolats chauds offerts.

Peu de personnes, plutôt d’accord les unes avec les autres : difficile d’alimenter le débat.
Peu de personnes, plutôt d’accord les unes avec les autres : difficile d’alimenter le débat. Cyril Dodergny

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct