“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Recours à l'intérim, accidents de travail... un rapport accable Amazon sur ses pratiques en France

Mis à jour le 26/01/2021 à 11:08 Publié le 22/01/2021 à 17:47
Illustration.

Illustration. Photo AFP

Monaco-Matin, source d'infos de qualité

Recours à l'intérim, accidents de travail... un rapport accable Amazon sur ses pratiques en France

Un rapport indépendant épingle les pratiques sociales et les conditions de travail au sein du géant du commerce Amazon en France.

C'est un rapport très éloigné du discours officiel. Alors que le géant du commerce Amazon vante ses mérites dans la qualité de vie au travail et dans la création d'emplois, une étude accablante du cabinet indépendant Progexa, révélée par L'Humanité, épingle la gestion sociale de sa branche française.

Alors que ce rapport a été réalisé pour le comité social et économique central (CSEC) d'Amazon, le document déplore les réponses tardives, incomplètes ou fausses aux requêtes des experts, voire pas de réponses du tout, de la part de l'entreprise. Ce document est donc incomplet, "faute de données". "Un contexte sanitaire inédit et un volume des questions particulièrement important ont pu ralentir certains échanges", se défend le géant du commerce qui affirme avoir "collaboré en toute transparence".

Pourtant, malgré cette collaboration, cette étude pointe "que les données publiées dans les bilans sociaux de l’entreprise ne sont peut-être pas fiables", rapporte le journal.

"Jusqu’ici, les données précises manquaient pour mesurer l’ampleur de l’exploitation et sa nature. Ce document vient mettre des chiffres sur les maux. Et donner un aperçu clinique de la politique de l’emploi désastreuse menée par la firme de Jeff Bezos", affirme le journal.

Près de la moitié de la main-D’ŒUVRE d'Amazon est issue de l'intérim

Alors qu'Amazon assurait garder les emplois intérimaires "aux activités saisonnières", ils représenteraient en réalité 44% de la main-d'oeuvre totale de l'entreprise sur le sol français. Le chiffre monte à 66% dans certains secteurs d'activités comme la réception et l'expédition des marchandises au sein des entrepôts.

Selon les auteurs du rapport, il s'agit "d'un choix de gestion RH qui consiste à externaliser en partie la main d'oeuvre ouvrière". Il s'agit là d'un net avantage économique puisqu'en embauchant des intérimaires, l'entreprise ne dépense pas les frais indirects d'un emploi comme les charges patronales, c'est l'agence d'intérim qui s'en occupe.

"Le recours à l’intérim chez Amazon se justifie par la nature de notre activité qui connaît plusieurs pics d’activité dans l’année", justifie l'entreprise. Elle voit dans ce programme "une porte d’entrée vers l’emploi en CDI. Les postes en CDI créés par Amazon sont en priorité proposés aux collaborateurs en intérim."

Ces emplois intérimaires ont augmenté de 47% en 2019, deux fois plus que chez le personnel interne, souligne toutefois L'Humanité.

Au moins trois accidents du travail par jour

Le quotidien rapporte que les "taux de rotation" dans les effectifs sont très élevés: 19,8% pour les ouvriers, 23,9% pour les agents de maîtrise ou encore 34,2% pour les cadres. Un indicateur "peu fiable" estime l'entreprise puisqu'avec un "taux d'embauches élevé, mathématiquement, nous obtenons un taux de rotation conséquent".

Depuis 2016, Une personne embauchée sur deux par Amazon France, parmi les CDD et CDI, a quitté l'entreprise dans les deux ans constate le rapport.

Les conditions difficiles de travail sont également pointées du doigt. 

"Plus d'un millier d'accidents du travail ont été déclarés par Amazon France Logistique en 2019, soit près de 3 accidents par jour", note L'Humanité. "Des chiffres à mettre en perspective", nuance Amazon. Le rapport constate une baisse de 15,3% des accidents du travail chez Amazon.

Un nombre qui, même s'il est en baisse, reste trois fois supérieurs à la moyenne nationale. Il serait minoré selon Alain Jeault, délégué syndical CGT cité par le quotidien: "Tout est fait pour inciter les travailleurs, notamment les intérimaires, à ne pas déclarer leurs accidents."

"En 2019, 24 salariés ont été licenciés par l’entreprise après avoir été déclarés inaptes à leur emploi par le médecin du travail, soit 8 de plus qu’en 2018", précise L’Humanité. La grande majorité de ces maladies professionnelles sont des troubles musculo-squelettiques, comme des tendinites ou des lombalgies, renchérit le quotidien. Il s'agit pourtant de la "première cause de maladies professionnelles indemnisées en France", ajoute-t-on.

Un danger pour l'emploi?

C'est en tout cas ce qu'affirme L'Humanité. Si la firme de Jeff Bezos embauche près de 10 000 salariés en France actuellement, combien ont été perdus? 

Le traitement du quotidien va dans le sens l'analyse de Mounir Mahjoubi, l'ancien secrétaire d'Etat chargé du numérique, sobrement intitulée: "Amazon: vers l'infini et Pôle Emploi!"

Le désormais député estime en effet que "pour chaque emploi créé par Amazon en France, 2,2 sont détruits dans les commerces physiques".

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.