Rubriques




Se connecter à

Pénurie de main d'oeuvre dans l'hôtellerie-restauration: le DRH d'un palace de la Côte d'azur plaide pour s'"adapter aux exigences des candidats"

"Nous sommes à 270 personnes, il nous manque une cinquantaine de salariés", dit-il. Un "speed meeting" se tient ce mardi 10 mai, de 15h à 19h, avec les différents chefs de service. La présentation est libre.

La rédaction Publié le 07/05/2022 à 15:30, mis à jour le 09/05/2022 à 08:17
Ce mardi, une cinquantaine de postes, dont des CDI, sont à pourvoir au Maybourne Riviera, en cuisine et au service.

Vincent Ascarat est le DRH du Maybourne Riviera (ex-Vista Palace) qui a ouvert ses portes il y a quelques mois sur la commune de Roquebrune-Cap-Martin, à quelques pas de la Principauté de Monaco. Ce mardi, l’établissement qui joue dans la catégorie du luxe, organise une nouvelle journée de recrutement sur site. Pour des postes saisonniers, mais aussi des CDI, car toutes les équipes ne sont pas encore constituées.

L’établissement a ouvert il y a quelque mois. Vos équipes sont-elles au complet?

Pas encore. Nous sommes à 270 personnes, il nous manque une cinquantaine de salariés. Aussi à côté de postes saisonniers, nous recrutons donc des CDI pour faire fonctionner l’établissement à l’année. Les principaux services où des postes sont encore vacants sont la restauration et la cuisine.

Ce problème de recrutement est-il un phénomène nouveau?

 

À ce point-là, oui. Avant le Covid, il y avait des difficultés de recrutement sur certains postes, je pense notamment à la cuisine. Mais le contexte actuel est nouveau. Partout nous avons du mal à recruter.

Comment l’expliquez-vous?

Avec la pause du Covid, les gens qui travaillaient dans le secteur ont expérimenté des horaires plus classiques et un tout autre rythme de vie. Car dans la restauration, globalement on travaille quand les gens se reposent et on se repose quand les gens travaillent. Le Covid et les différents confinements ont changé les attentes de ces personnes. Les chiffres le montrent: un nombre impressionnant a quitté le secteur.

L’hôtellerie et la restauration peuvent-elles s’adapter aux nouvelles exigences des candidats?

Proposer des horaires de bureau, en tout état de cause, ce ne sera jamais possible. Maintenant, est-ce que le secteur peut s’adapter? Je dis qu’il doit s’adapter. Nous n’avons pas d’autre choix que de trouver des leviers pour contrebalancer les horaires difficiles et redonner de l’attractivité à ces métiers.

 

Vous le faites ici?

Nous faisons moins de coupures qu’avant. Notre idée c’est, autant que faire se peut, de les supprimer, elles sont pour moi d’un autre temps car elles sont épuisantes pour les employés. Notre objectif ici c’est de trouver des solutions pour proposer des horaires en continu. À l’heure actuelle c’est difficile, car nous avons peu de recul sur la fréquentation. Mais quand on aura vu comment fonctionnent nos différents espaces de restauration, j’ose espérer que les plannings s’adapteront au mieux.

Quels salaires proposez-vous?

Les salaires minimums conventionnels de la grille HCR ont été augmentés en moyenne de 16% [en France, ndlr]. Au Maybourne, même après cette augmentation, tous les salaires que nous proposons sont supérieurs à cette grille. Dans la mesure du possible, on se doit de proposer des salaires attractifs pour valoriser le métier et aussi car nous sommes un nouvel hôtel sur le marché. Et avec la proximité de Monaco, on se doit aussi d’être compétitif au niveau des salaires.

Souffrez-vous de la concurrence de Monaco où les salaires sont plus élevés?

Oui, les salaires y sont plus élevés car ils n’ont pas le même système de charges sociales. Mais ici au Maybourne nous proposons des CDI, ce qui n’est pas forcément le cas à Monaco. Et au sein d’une équipe jeune et dans un établissement qui s’ouvre et ne demande qu’à s’élever.

Le stationnement est ici un problème. Que proposez-vous à vos salariés?

 

Pour ceux qui viennent en voiture, nous avons d’abord un parking délocalisé situé à Carnolès, près de la gare, où nous avons mis en place un système de navettes qui circulent toutes les 20 minutes entre 5h30 et 2h du matin. Elles servent aussi aux salariés qui viennent en train. Depuis peu, nous avons aussi fait le choix de mettre en place des rotations avec la gare de Monaco, où les trains circulent jusqu’à 23 h, ce qui n’est pas le cas de la gare de Carnolès.

Vous avez des exigences en termes de recrutement? Par exemple, peut-on débuter dans le métier au Maybourne?

Oui. Je crois fondamentalement au fait que l’on peut et l’on doit aussi donner une chance à tous. C’est même un devoir. Ce qu’on recherche ici dans un premier temps, c’est une personne, une personnalité, une façon d’interagir avec les gens car la base de notre métier, c’est le service aux clients. Quelqu’un qui a la bonne attitude vis-à-vis d’autrui, lui apprendre à porter une assiette ou faire un checking sur l’ordinateur, c’est facile. L’inverse, c’est plus compliqué.

Peut-on évoluer?

Oui. Et cela a déjà été le cas. Il y a eu un nombre assez important de promotions les cinq derniers mois, rien qu’en avril il y en a eu une quinzaine, cinq de plus ce mois-ci. Donc oui il y a des perspectives d’évolution pour des personnes motivées, sans forcément d’expérience, mais qui ont envie d’apprendre. Nous avons un réel intérêt pour la formation et l’évolution au sein même de l’hôtel, mais aussi au sein du groupe Maybourne, qui détient aussi trois hôtels à Londres et un à Beverly Hills (au coeur de Los Angeles, en Californie). Et c’est un groupe qui a une importante dynamique et de belles ambitions.

Comment recrutez-vous?

On recrute par tous les biais. Toutes les plateformes, mais aussi les réseaux sociaux, qui marchent bien. On participe aussi aux différents forums, on se déplace dans les écoles hôtelières et parfois pour certains postes, on chasse aussi certains profils, notamment via LinkedIn. Enfin, nous organisons au sein de l’hôtel des journées de recrutement. Mardi ce sera notre deuxième. En janvier, lors de la première journée, nous avions recruté une centaine de personnes, notamment sur la partie hébergement.

 

Comment va se passer cette journée de recrutement sur site ce mardi?

Elle se tient ce mardi 10 mai, de 15h à 19h, sous la forme de speed meeting avec les différents chefs de service. La présentation est libre. Il n’y a pas besoin de s’inscrire au préalable, il faut venir avec son envie et sa motivation.

Que pourrait-il se passer si vous n’arrivez pas à recruter?

On s’adaptera. On proposera des horaires différents. Ce qui est primordial, ce n’est pas de "faire pour faire", si on fait les choses et que la qualité de service n’est pas au rendez-vous et que les équipes s’épuisent, ça ne marchera pas. Alors si les postes ne sont pas pourvus, on s’adaptera.

Offre numérique MM+

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.