Rubriques




Se connecter à

Comment la Principauté veut garder ses jeunes talents sur son territoire

Depuis 2010, une commission d’insertion des jeunes diplômés accompagne les jeunes monégasques dans la bascule dans la vie active. Avec comme objectif qu’ils restent à Monaco.

Julie Baudin Publié le 19/07/2022 à 12:24, mis à jour le 19/07/2022 à 12:24
Présidée par le conseiller de gouvernement-ministre des Affaires Sociales et de la Santé, Christophe Robino, la Commission d’Insertion des Diplômés (CID) s’est réunie afin de faire un bilan sur ses activités et présenter à ses membres son rapport annuel pour l’année 2021. Photo Jean-François Ottonello

C’est un service dédié aux jeunes étudiants de Monaco qui existe depuis 2010 et qui n’a cessé de prendre de l’ampleur. La commission d’insertion des jeunes diplômés – CID – accompagne les jeunes monégasques, ou ayant des attaches avec la Principauté, dans cette bascule essentielle dans la vie active.

Elle est chargée de leur faciliter l’accès à la vie professionnelle en développant des liens avec les entreprises dynamiques et performantes de la place monégasque.
Avec un objectif : permettre le retour de diplômés expatriés en Principauté. Des forces vives, des talents qui feront prospérer demain le pays, que le gouvernement princier tient à chouchouter.

En lien permanent avec le service de l’emploi, la CID est une porte d’entrée vers le monde du travail pour, d’une part, coordonner ces jeunes diplômés et, d’autre part, inciter les entreprises de la place monégasque à se tourner vers cette population. Plus de 230 entreprises partenaires œuvrent d’ailleurs au côté de la commission pour assurer l’insertion.

Accompagner et informer

Par ailleurs, la CID assure l’accompagnement des jeunes dans la construction de leur parcours d’insertion professionnelle dès le lycée en parallèle de leur parcours d’orientation : il s’agit de créer une véritable adéquation entre le projet de vie du jeune et les attentes des employeurs de Monaco. Chaque étudiant ou diplômé qui le souhaite peut à ce titre rencontrer la CID lors d’un entretien individuel afin de bénéficier d’un accompagnement personnalisé dans la construction de son projet d’avenir.

 

En douze ans, cette commission d’insertion a ainsi accompagné 1739 personnes dans la recherche d’un emploi à Monaco, dont 231 en 2021 et 152 depuis le début de cette année 2022. Une fierté, pour Murielle Bubbio qui est à la tête de cette commission. Il y a quelques jours, elle a présenté le bilan de son action

Une forte appétence
pour l’entreprenariat

Durant l’année 2021, la cellule a pu constater une nouvelle augmentation de son activité, toutefois moins significative qu’en 2020. Au-delà de quelques difficultés rencontrées par les jeunes dans leurs recherches de stages ou d’alternances dans le contexte de sortie de crise sanitaire, la CID a pu observer une plus grande anticipation des jeunes dans la construction de leur projet d’insertion professionnelle.

De jeunes diplômés qui privilégient aujourd’hui aussi la flexibilité, la qualité de vie au travail et qui ont une forte appétence pour l’entrepreneuriat. À ce titre, la CID continue à développer des synergies avec la JCI Monaco et le Monaco Boost afin d’informer les jeunes sur cette thématique.

383 diplômés ont trouvé un emploi depuis la création de la CID

383 diplômés, dont 207 Monégasques, ont trouvé un emploi depuis la création de la CID. Surtout entre 2019 et 2021 puisqu’ils sont 120 jeunes diplômés à avoir trouvé un emploi durant cette période. A noter que 75 % des jeunes accompagnés avec succès dans leur recherche d’emploi depuis 2019 sont titulaires d’un Bac +5 au minimum. Et que 45 % d’entre eux ont suivi des études en Marketing/Communication/Commerce (MCC).

Depuis la création de la CID en 2010, on peut d’ailleurs observer une augmentation du nombre d’étudiants s’orientant vers ces études au détriment des secteurs du juridique, de la finance et de la construction.

La phrase

“Il n’y a pas que les emplois spécialisés et les hautes études, il y a aussi des formations professionnelles avec des emplois qu’à une époque on considérait peut-être comme moins nobles, mais qui offrent aujourd’hui de nombreuses possibilités de créations d’entreprises, je pense notamment aux métiers du bâtiment, on oublie aussi de valoriser ces emplois manuels.”
Christophe Robino, conseiller de gouvernement-ministre des Affaires sociales et de la Santé

Offre numérique MM+

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.