“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Une rentrée 2.0 dans les écoles de la Principauté

Mis à jour le 07/09/2016 à 05:04 Publié le 07/09/2016 à 05:04
Emmanuel Asso, conseiller pédagogique à la Direction de l'Éducation nationale : « Cet outil offre une plus-value pédagogique. »

Emmanuel Asso, conseiller pédagogique à la Direction de l'Éducation nationale : « Cet outil offre une plus-value pédagogique. » A.C.

Une rentrée 2.0 dans les écoles de la Principauté

Toutes les classes des six écoles primaires de Monaco seront équipées de tableaux interactifs à cette rentrée 2016. Une petite révolution pour les élèves et les enseignants

Demain matin, les 2 092 écoliers de la Principauté auront une petite surprise en arrivant dans leur classe. À la place du traditionnel tableau blanc et des feutres, voire du tableau noir et des craies, les élèves de maternelle et d'élémentaire trouveront des VPI et des TBI. Des quoi ? Des Vidéoprojecteurs interactifs et des Tableaux blancs interactifs.

À l'occasion de cette rentrée des classes 2016, l'ensemble des classes des six écoles primaires de Monaco ont été équipées de cet outil qui révolutionne la façon d'enseigner. Ou plutôt, comme préfère le formuler Emmanuel Asso, conseiller pédagogique à la Direction de l'Éducation nationale, de la jeunesse et des sports, qui « offre une plus-value pédagogique en apportant une notion de plaisir pour l'enseignant et les élèves ».

Apprentissage ludique

En quelques coups de crayon numérique sur le VPI d'une salle de classe de l'école de Fontvieille, Emmanuel Asso fait la démonstration du potentiel et des possibilités multiples de cet outil pédagogique. Un schéma de corps humain apparaît à l'écran. Le cours porte sur le trajet des aliments dans le corps. L'enseignant indique la bouche en dessinant une flèche, inscrit des commentaires pour expliquer le fonctionnement de l'organe, dessine un croquis pour compléter l'explication, ajoute le commentaire d'un élève. Et puis, au lieu de tout effacer pour passer à une autre leçon, l'image est imprimée et distribuée aux élèves. Une trace du cours qui leur permet de mieux le mémoriser. Et puis, dans une semaine, lorsque l'enseignant voudra poursuivre sa leçon, il lui suffira de récupérer le document numérique.

Les applications sont quasi infinies : la géométrie avec la règle numérique devient un jeu, tout comme la correction collective d'une dictée ou la projection de vidéos pour illustrer un cours d'histoire ou de géographie. Toutes les matières bénéficient de cet outil pédagogique auquel les enfants sont habitués dès leur plus jeune âge, aujourd'hui, à la maison.

« Le gain de temps est considérable et l'attention des enfants plus facilement maintenue », assure Emmanuel Asso. Véronique Caselles, la directrice de l'école de Fontvieille, est conquise : « Les enfants captent plus vite grâce à ces tableaux interactifs. Ils sont plus concentrés. Et les enseignants qui l'ont testé estiment que ça va révolutionner leur façon d'enseigner. »

100 % des enseignants formés

La généralisation des VPI et TBI dans les écoles de la Principauté a été décidée après une période de test et de formation. « Il n'a pas été question d'imposer cet outil, explique Nicolas Rodier, directeur adjoint de l'Éducation nationale. Des VPI ont été expérimentés dans certaines classes et les retours été très positifs. C'est alors que la décision a été prise de généraliser l'outil à toutes les classes. » Et d'ajouter que « 100 % des enseignants ont été formés à l'utilisation de cet outil ».

À ces 91 VPI et 9 TPI installés dans les écoles cette année, s'ajoutent des tablettes numériques. La dotation est d'une valise de dix tablettes - une « classe mobile » dans le jargon de l'Éducation nationale - pour deux classes.

« L'idée est d'utiliser les tablettes en atelier, par groupes de six élèves, précise Emmanuel Asso. Mais en fonction des besoins de l'enseignant, il est aussi possible de regrouper les tablettes pour permettre à chaque élève d'avoir la sienne, dans le cadre de certains enseignements. »

Demain matin, les six écoles monégasques basculeront donc dans l'ère du numérique. Heureusement, au-dessus du tableau 2.0 de cette salle de classe de l'école de Fontvieille, on trouve toujours la fresque composée des lettres de l'alphabet, en minuscules et en majuscules, dessinées à la main ; sur les murs, des tableaux de conjugaison et un squelette en poster ; et sur un meuble, un globe terrestre en plastique. Tout ce qui fait une école.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct