Rubriques




Se connecter à

Un label classe l’International University of Monaco parmi les écoles de commerces les plus prestigieuses au monde

La business school monégasque vient d’obtenir une accréditation internationale qui la place parmi les 890 établissements les plus reconnus au monde, dans son champ d’enseignement.

Cédric Verany Publié le 22/03/2021 à 07:25, mis à jour le 22/03/2021 à 07:26
Le logo de l’accréditation AACSB s’affiche désormais dès l’entrée de l’université. Photo Jean François Ottonello

C’est l’équivalent de trois étoiles au guide Michelin pour un restaurant, "le haut du tableau de la Champion’s League" sourit derrière son masque Jean-Philippe Muller.

Le patron de l’International University of Monaco (IUM) ne cache pas sa satisfaction de voir son établissement recevoir l’accréditation AACSB (pour Association to Advance Collegiate Schools of Business). Un label américain crée en 1916 qui fédère les écoles de commerces les plus prestigieuses au monde.

Le "club" compte précisément 890 établissements supérieurs accrédités dans le monde. Et seulement une vingtaine seulement en France.

Jean-Philippe Muller a lancé le process en 2014 à son arrivée à la tête de l’université monégasque pour obtenir ce label.

 

Un audit en novembre dernier

En 2007 déjà, l’ancienne gouvernance de l’IUM avait tenté de l’obtenir sans succès. "Ce n’était pas mûr et tout n’avait pas été fait pour le succès. Mais aujourd’hui ce n’est plus la même école" souligne l’actuel directeur général. "Notre volonté était de placer l’université dans un horizon international plus visible. Et un des passages obligés c’est d’avoir une grande reconnaissance internationale".

Le travail a commencé en 2015 pour se mettre aux normes de l’AACSB, respecter les quinze standards de l’accréditation veillant à tous les pans de la vie d’école. Et se préparer au grand audit orchestré en novembre dernier par trois doyens d’écoles venus plusieurs jours en Principauté consulter les documents de l’université, interroger les étudiants et les partenaires de l’école.

Le verdict a été rendu il y a quelques jours : l’IUM est accrédité AACSB pour cinq ans, sans réserve. "Les auditeurs ont noté une très forte relation entre l’école, son environnement et son territoire, c’est une belle réussite pour nous, car ils ont apprécié le travail engagé en ce sens depuis plusieurs années".

"Attester de notre qualité"

En effet, l’université dont les domaines d’expertises sont la finance et luxe a su tisser des liens avec la vie économique monégasque.

 

Autre succès, le classement annuel de la revue The Economist, a positionné le MBA monégasque à la 33e place sur 100 cette année.

"Auparavant, nous étions plutôt dans la deuxième moitié du tableau. Ce titre, comme cette accréditation sont des faisceaux qui permettent d’attester de notre qualité, avoir des bons enseignants" assure Jean-Philippe Muller.

L’IUM, affilée au groupe INSEEC est aujourd’hui le seul établissement de son réseau a être marqué du sceau de ce sésame international. Une performance qui montre que l’école monégasque a su prendre du galon en quelques années.

Qu'est ce que ça change ?

Outre un logo officiel sur les documents, l’accréditation obtenue par l’IUM lui donne une attractivité pour de futurs étudiants à la recherche d’une école de commerce où entamer leurs études. Ce label garantit un socle commun entre ces établissements, avec les mêmes critères de qualité minimum.

 

La volonté à Monaco est aujourd’hui de développer des partenariats avec d’autres business schools de ce réseau. "Nous allons pouvoir signer des accords d’échanges pour que tous nos étudiants Bachelor puissent partir un semestre à l’étranger. C’était souvent le cas, et là ils pourront le faire dans de très belles business schools européennes et américaines. Ces partenariats ne nous étaient pas vraiment ouverts jusqu’à présent" détaille le directeur général.

Le label permettra aussi de faire croître l’établissement. Actuellement, 600 étudiants sont inscrits. Ils pourraient être 850 lors des prochaines rentrées. "C’est possible dans nos locaux, et nous voulons aussi renforcer aussi notre identité et notre image monégasque. C’est notre atout principal de faire de Monaco et ses entreprises, notre campus".

Nice Matin.

Une année universitaire entre présentiel et distanciel

Forcément, la situation sanitaire a imposé l’adaptation. En septembre dernier, décision a été prise d’une année scolaire à 50 % en distanciel, à 50 % en présentiel à l’IUM. Les étudiants sont accueillis à tour de rôle en groupe, pendant que l’autre partie de la classe suit le cours à distance. "Certains étudiants qui n’ont pas pu se déplacer comme les Américains, ou qui étaient plus craintifs ont opté pour le 100 % on line, mais globalement on observe que les étudiants sont contents de venir en cours et de se retrouver, en respectant les distances de sécurité".

Des étudiants en stand-by

En septembre dernier, l’IUM battait d’ailleurs un record en enregistrant 324 nouveaux étudiants pour sa rentrée. L’équipe espère le même score cette année. Même si certains doutent. "Pour les MBA par exemple, nous avons des étudiants en attente" explique Jean-Philippe Muller. "Avant de signer, ils veulent voir pour ne pas signer et suivre une année de cours en ligne. L’an dernier, des étudiants ont reporté d’un an leur venue dans le secteur luxe, car ils savent qu’un des atouts de ce master c’est la participation à des événements de Monaco et comme la plupart ont été annulés, c’était moins attractif"

Le directeur général espère pouvoir accueillir ses étudiants tous en présentiel en septembre prochain, même si l’école envisage à l’avenir de proposer au moins 20 % des cours en ligne. "Le présentiel demeurera prédominant. L’expérience liée à notre école c’est de venir à Monaco, de rencontrer l’écosystème de la Principauté, les professionnels. Les étudiants ne font pas 5 000 km pour se retrouver derrière un ordinateur".

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.