“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Toujours plus de succès pour le Pass’Sport Culture

Mis à jour le 24/08/2019 à 10:09 Publié le 24/08/2019 à 10:09
Pour les jeunes dès 13 ans, Pierre Frolla organise un stage d’une semaine de plongée en apnée.

Pour les jeunes dès 13 ans, Pierre Frolla organise un stage d’une semaine de plongée en apnée. S.C.

Toujours plus de succès pour le Pass’Sport Culture

Pour sa treizième année, le dispositif de loisir estival du gouvernement fait encore une fois le plein. Une bonne façon d’occuper ses enfants et de leur faire découvrir une foule d’activités

C’est parfois dur dur d’occuper ses enfants pendant les deux longs mois d’été. À mi-chemin entre la colo et l’oisiveté estivale, il y a le Pass’Sport Culture, programme proposé par l’Éducation nationale, qui permet de les occuper une partie du temps.

Et cette année, ce ne sont pas moins de 310 jeunes qui étaient inscrits au 20 août.

Pour la première fois, l’éventail des âges avait été élargi de 11 à 25 ans (contre 13-21 les années précédentes). « Nous avons eu 66 enfants de 11 et 12 ans cette année, mais aucun inscrit de plus 19 ans », constate Cécile Kappler, responsable du Centre d’information de l’Éducation nationale qui gère le Pass’Sport Culture.

Toujours plus

Depuis sa création en 2013, ce programme rencontre un succès grandissant (136 jeunes en 2006, 189 en 2010, 210 en 2013, 236 en 2018).

Le principe est simple : moyennant une cotisation de 50 euros pour un mois, ou 75 euros pour les deux, les jeunes qui résident à Monaco ou qui y sont scolarisés ont accès à une multitude d’activités sportives et/ou culturelles. « Plus tôt ils s’inscrivent, et plus il y a de possibilité d’activités », explique Anaïs Rosso, qui s’occupe du programme.

« Il ne s’agit pas de remplacer les structures qui proposent ces activités, mais de faire découvrir les activités. Les jeunes ne peuvent pas bénéficier deux fois de la même activité », explique Cécile Kappler.

Les places sont limitées. Leur nombre est décidé en amont entre l’Éducation nationale et les associations et clubs qui organisent les activités. De cette façon, ça ne phagocyte pas leur activité et ça permet aux jeunes de tester une discipline avant de s’engager sur du long terme.

Planeur, théâtre ou archéologie ?

Les activités sont très variées. « Nous sommes en alerte toute l’année, nous regardons quelles sont les tendances. Et puis les structures viennent parfois à nous pour nous proposer des places », détaille Cécile Kappler.

Il y a du vol à voile (planeur), des stages de plongée en apnée avec un champion du monde (Pierre Frolla, excusez du peu), du Ju-Jitsu ou du Shorinji-Kempo. « On pourrait croire que le culturel intéresse moins, mais ce serait une erreur de le penser », glisse la responsable. Et pour cause, les taux de remplissage étaient très élevés aussi pour le cours de « travail de comédien », l’atelier sculpture-modelage, ou le stage « Vis ma vie d’archéologue » au Musée anthropologique. Au total, plus de quarante activités étaient proposées cette année.

Travail de Comédien

Parkour Freerun

Tennis de table

Squash

Sculpture et modelage

Plongée en apnée

Vol à voile

Secourisme

Ju-Jitsu

Paper-art

2006: 136 adhérents

2018 : 236

2019 : 310

65 Monégasques

181 Français

84 Autres nationalités

13 ans : 73

14 ans : 67

133 filles

177 garçons


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct