“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Rentrée sécurisée autour de Monaco

Mis à jour le 01/09/2016 à 05:02 Publié le 01/09/2016 à 05:02
Mardi après-midi, autour du maire Gérard Spinelli, une vingtaine de personnes ont pris place pour une ultime réunion «rentrée et sécurité». Étaient notamment présents Jean-Marc Messina, inspecteur d’académie de la circonscription de Menton, et Didier Leclinche, coordinateur Prévention-Sécurité au cabinet du maire.

Mardi après-midi, autour du maire Gérard Spinelli, une vingtaine de personnes ont pris place pour une ultime réunion «rentrée et sécurité». Étaient notamment présents Jean-Marc Messina, inspecteur d’académie de la circonscription de Menton, et Didier Leclinche, coordinateur Préventio... Jean-François Ottonello

Rentrée sécurisée autour de Monaco

Si les élèves français reprennent aujourd’hui le chemin de l’école, les élus, la police et l’Éducation nationale travaillent depuis plusieurs jours pour que cette rentrée se déroule sans heurts

Pour tous les maires, rentrée rime cette année avec sécurité. Aujourd’hui et demain, personnel municipal, police nationale, Éducation nationale sont mobilisés pour que tous les enfants reprennent tranquillement le chemin de l’école. Même dans les petites communes, comme Cap-d’Ail ou La Turbie, les moyens déployés représentent un réel effort. Aujourd’hui, tous se donnent les moyens de réussir cette rentrée des classes sans heurts. C’est possible sur un jour. Mais demain? Dans trois mois? Et avec quels moyens? À Cap-d’Ail, le maire Xavier Beck l’affirme: «Il n’est pas envisageable de recruter du personnel.» À La Turbie, on sait déjà que l’addition sera lourde: «La police municipale va effectuer de nombreuses heures supplémentaires»; « les conséquences financières sont importantes». Gérard Spinelli, de son côté, sait que cela a un coût, «mais on ne va pas lésiner». En attendant, le maire de Beausoleil coordonne les équipes et ne cède nullement à une attitude anxiogène qui pourrait vite devenir psychose.

Beausoleil:  Sérénité mais vigilance


Mardi après-midi, autour du maire Gérard Spinelli, une vingtaine de personnes ont pris place pour une ultime réunion «rentrée et sécurité». Étaient notamment présents Jean-Marc Messina, inspecteur d’académie de la circonscription de Menton, et Didier Leclinche, coordinateur Prévention-Sécurité au cabinet du maire.
(Photo Jean-François Ottonello)

Contrôle des pièces d'identité des parents des enfants de première section de maternelle, seuls à pouvoir entrer dans un établissement, contrôle visuel des sacs, caméras de surveillance axées sur les écoles, et bientôt des travaux de sécurisation des bâtiments scolaires…

On aurait presque oublié la réforme des collèges, les problèmes d'effectifs, les enseignants qui ne répondent pas à l'appel… Cette année, de la petite section de maternelle à la terminale, le sujet pour tous, c'est la sé-cu-ri-té. Quatre syllabes et tout le monde en alerte. D'un côté, le personnel de l'Éducation nationale, les maires et leurs élus, les polices municipale et nationale. De l'autre, les parents, les associations de parents d'élèves et les bambins eux-mêmes qui vont devoir se plier à des exercices spécifiques « intrusion dans l'école », comme ils le font pour l'alerte incendie. À l'école Paul-Doumer sera même expérimentée une sonorité d'alarme particulière.

Et bien sûr, ce n'est pas un sujet à prendre à la légère. Gérard Spinelli en convient : « Je ressens effectivement une angoisse particulière des parents. » Mais il explique : « Le risque est très, très faible. Il y a eu beaucoup d'efforts faits pour que ça se passe bien et beaucoup de réunion de travail et de concertation en amont. Il n'est pas nécessaire de prendre de mesures particulières autres que celles du gouvernement. »

À Beausoleil, le maire n'a qu'un seul mot d'ordre : « Rester sereins mais vigilants ». C'est l'attitude que souhaite Gérard Spinelli, qui a orchestré une ultime réunion mardi après-midi rassemblant au total vingt-deux personnes. Il s'agissait de présenter à tous les mesures gouvernementales pour la rentrée, puis le plan de sécurité mis en place par la commune et par chaque établissement pour aujourd'hui notamment, ainsi que les projets de travaux de sécurisation dans les bâtiments scolaires.

Un sujet sur lequel le maire, les élus, les sept chefs d'établissement, les chefs de service, le chef de la police municipale de Beausoleil Jean-Charles Rollet et le commandant de la police nationale de la circonscription de Menton Michel Tourscher ont été extrêmement attentifs et sérieux.

Jean-Marc Messina, inspecteur d'académie de la circonscription de Menton, explique : « Sauf pour les petits en première année de maternelle, les parents ne pourront pas accompagner leurs enfants dans l'établissement. Tous ceux qui franchiront l'entrée devront présenter leurs papiers d'identité et ouvrir leur sac pour contrôle visuel. » Cette conduite n'est pas inédite. Depuis les attentats parisiens du 13 novembre, ces mesures sont prises et « acceptées sans difficulté par les parents », souligne Gérard Spinelli.

« Ce que nous voulons éviter, ce sont les attroupements devant les établissements scolaires », insiste Didier Leclinche, coordinateur Prévention-Sécurité au cabinet du maire.

La Turbie : "Tout pour sécuriser ma ville"

Quelles sont les mesures particulières qui seront prises le jour de la rentrée? Et les jours suivants?
La sécurité des divers accès de l’école est renforcée. Quatre policiers seront déployés (le contingent de la police municipale est de cinq). Deux d’entre eux seront affectés au contrôle visuel des sacs des parents. Les deux autres seront assignés à la sécurité des accès de l’école. De plus, le stationnement en double file des véhicules sur la place Neuve sera interdit.

Comptez-vous faire appel au volontariat?
En ce qui concerne le «papy trafic», qui assurera la traversée des enfants sur la voirie, en toute sécurité, et ce tout au long de l’année, le recrutement est toujours ouvert. Pour l’instant, un employé municipal exercera cette fonction chaque matin. En étroite collaboration avec la police municipale, la gendarmerie effectuera des patrouilles dites «dynamiques» (patrouille pédestre, véhicules aux abords). Cependant, ce dispositif exceptionnel sera modifié la semaine suivante car il est lourd en moyens humains et financiers. Pour cela, nous ferons appel à l’APE (Association des parents d’élèves) ainsi qu’au volontariat, mais nous maintiendrons la présence de la police municipale.

Comment le travail est-il réparti? Entre les services de la mairie, de la police municipale, de la police nationale et de l’académie de Nice?
Je tiens à préciser que je n’ai pas attendu ce terrible attentat de Nice pour travailler sur la sécurité des écoles. En effet, depuis mai dernier, un groupe de travail a été mis en place. Celui-ci comprendla police municipale, la gendarmerie, les services techniques de la commune, les directrices des écoles et l’adjointe en charge des affaires scolaires. Ce groupe a élaboré un rapport afin d’identifier les besoins en matière d’équipements spécifiques: sirènes, alarmes, caméras, rehaussement des portails… Ces travaux visant à renforcer la sécurité seront réalisés dès que possible, selon un planning établi.

Quelles sont les conséquences des mesures de sécurité sur l’organisation du personnel de la Ville ?
Les conséquences financières sont importantes. La police municipale va effectuer de nombreuses heures supplémentaires. Cinq policiers municipaux ont dû réorganiser leurs plannings afin de pouvoir apporter assistance et protection aux écoles, sans laisser de côté leurs missions habituelles. Le coût et le matériel sont actuellement en cours d’évaluation et nous attendons de connaître la répartition des subventions annoncées et espérées par l’État.

La ville est-elle en mesure d’assurer cette réorganisation de façon durable?
Je vais faire le nécessaire pour que cette réorganisation perdure. La sécurité de l’école demande une surveillance quasi-permanente, c’est pourquoi nous allons voir de quelle façon élaborer une sécurité mieux adaptée et donc plus efficace.

Abordez-vous cette rentrée avec une inquiétude particulière?
Comme tous les Français, j’aborde cette rentrée avec inquiétude, car je suis également un père et un grand-père. Et en tant que responsable de ma commune, je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour sécuriser ma ville.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.