“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

PHOTOS. Technologie, valeurs chrétiennes... Découvrez le nouveau FANB qui vient d'être inauguré à Monaco

Mis à jour le 24/04/2019 à 14:22 Publié le 24/04/2019 à 14:18
L’établissement porte dorénavant un nouveau nom: « L’Institution François-d’Assise - Nicolas Barré ».

L’établissement porte dorénavant un nouveau nom: « L’Institution François-d’Assise - Nicolas Barré ». Photo Cyril Dodergny

PHOTOS. Technologie, valeurs chrétiennes... Découvrez le nouveau FANB qui vient d'être inauguré à Monaco

Collégiens de 3e et lycéens de l’établissement privé ont fait leur rentrée dans le tout nouveau bâtiment de l’avenue de Roqueville. La modernité n’oublie pas la foi et les valeurs chrétiennes.

"Nous vivons un moment historique. C’est la première fois que j’inaugure un nouvel établissement scolaire. Mesurez la chance que vous avez de disposer d’un bâtiment neuf et adapté à l’enseignement d’aujourd’hui. C’est un outil destiné à vous permettre d’avancer dans la connaissance humaine et la vie chrétienne."

Dans une vaste salle polyvalente aux larges baies vitrées, Monseigneur Bernard Barsi prenait le micro devant cinq classes de Troisième de l’Institution François-d’Assise - Nicolas-Barré. Après les lycéens, les collégiens étaient la dernière vague d’élèves qui découvrait, ce mardi matin, leur nouvel établissement. Trois cent cinquante jeunes prennent ainsi leurs marques et découvrent les quelque 10.000 m² flambant neufs conçus par l’architecte monégasque Chérif Jahlan. "Je ne m’attendais pas à cela", lance Cassandra, 15 ans. Son amie Laetitia, 14 ans, partage son opinion: "La chapelle est vraiment très belle."

De son côté, Christine Lanzerini, directeur général et chef d’établissement, souligne: "Cet établissement, nous en avons rêvé. Le rêve est devenu réalité."

Il y a un vent d’enthousiasme dans ce double établissement, à la fois collège et lycée, qui porte dorénavant le nom d’"Institution", selon le souhait de l’archevêque.

"La chance d’une vie"

Ce mardi 23 avril 2019 fera date. Sur le site de Roqueville, à l’endroit même où il y avait encore il y a quelques années le lycée François-d’Assise - Nicolas-Barré (FANB), où historiquement se trouvait également le collège des Franciscains, c’est un outil de travail exceptionnel dont ont pris possession les élèves, les enseignants et l’équipe de direction.

Les collégiens de 6e, 5e et 4e, actuellement sur le site de Monaco-Ville, feront leur rentrée au 11 avenue de Roqueville en septembre prochain, sous la direction pédagogique de Franck Fantino, adjoint au chef d’établissement.

Des classes lumineuses, modernes et équipées d’outils numériques: FANB rentre dans le 21e siècle.
Des classes lumineuses, modernes et équipées d’outils numériques: FANB rentre dans le 21e siècle. Photo Cyril Dodergny

"C’est une grande et belle fierté, un honneur également de pouvoir intégrer cet établissement en tant que directeur général. La chance d’une vie!", souligne Christine Lanzerini. "Après avoir fait toute ma scolarité du secondaire aux Dames de Saint-Maur à Monaco, je dirais que la boucle est bouclée. Il y a une résonance encore plus forte pour moi, c’est un sentiment particulier de permettre à FANB d’avoir un second souffle, en conservant ses valeurs et en étant à présent solidement ancré et tourné vers le XXIe siècle."

L’émotion est palpable et il y a de quoi. "Nous sommes très reconnaissants envers Monseigneur Bernard Barsi et le gouvernement princier, qui nous ont permis de penser et d’envisager ce bâtiment comme nous le souhaitions."

Une carte blanche sur l’aménagement intérieur avec, selon nos informations, une enveloppe allouée de deux millions d’euros. "Nous avons fait nos choix, en équipe, selon nos souhaits, nos vœux et nos besoins, explique Christine Lanzerini. Nous sommes davantage dans l’école de demain, avec notamment l’écran numérique interactif (ENI)."

L’institution s’est donc équipée pour permettre un plein développement de l’outil numérique. "C’est un grand défi. Nous sommes très fiers et très contents."

Technologie et foi chrétienne

Le bâtiment de huit étages a été construit pour que la modernité actuelle se conjugue avec valeurs de la chrétienté. Des oliviers présents dans la cour (symbole de paix et fraternité) ont été plantés, tandis que les luminaires reprennent eux aussi la forme de l’arbre.

«C’est la première fois que j’inaugure un établissement scolaire. Ce moment est historique.»
«C’est la première fois que j’inaugure un établissement scolaire. Ce moment est historique.» Photo Cyril Dodergny

Des vitraux du maître verrier Arcabas ornent la chapelle et une enseignante d’arts plastiques de l’établissement a fait la maquette des motifs floraux (rappelant ceux des vitraux) qui composent le garde-corps de la chapelle. Le logo FANB est sculpté dans l’autel… Voici pour la tradition et l’ancrage dans les valeurs chrétiennes. 

"Ce bâtiment, c’est aussi un challenge car il fallait se projeter dans le futur, sans rupture avec l’esprit FANB", précise Christine Lanzerini. Ainsi, par exemple, "on voulait que la chapelle soit au cœur du bâtiment », insiste Mgr Barsi. « Une chapelle qui est un petit joyau", rajoute Christine Lanzerini.

Le futur, c’est par exemple l’équipement dans toutes les classes d’ENI (écrans numériques interactifs) de 75 pouces. Dans chaque classe, les élèves ont, par ailleurs, la possibilité d’emprunter des tablettes pour visualiser les documents communiqués par l’enseignant et copier ou annoter. Et fini également la cantine: on parle désormais de "salles de restauration avec distribution de plats en îlots chauds et froids. Pour les lycéens, il y a un esprit cafeteria". Chaises hautes, canapés… "Nous avons voulu créer des conditions optimales, pour le travail, avec des aménagements, mais en tenant également compte des remarques qui avaient été suggérées par les délégués des élèves, afin qu’ils aient un lieu convivial, adapté à leurs besoins d’adolescents."

Des tablettes géantes pour remplacer le tableau noir

Les écrans interactifs tactiles sont nés du mélange de plusieurs innovations en matière d'écrans plats et de technologie tactile. La combinaison a donné lieu à des dispositifs "tout-en-un", très confortables à manipuler, "plug and play", à la qualité d'image incomparable, et aux performances inégalées.

L’écran interactif tactile est avant tout une sorte de tablette géante qui fonctionne sous Android et qui permet de réaliser de nombreuses tâches: écrire, annoter, dessiner, faire des représentations. Dans une salle de classe, il devient un outil pédagogique essentiel. La modification d’un contenu devient beaucoup plus facile que lorsque l’on travaille à la craie sur un tableau noir.

Les élèves découvrent leur nouvel établissement scolaire.
Les élèves découvrent leur nouvel établissement scolaire. Photo Cyril Dodergny

L'absence de vidéoprojecteur est l'un des atouts majeurs du dispositif. Les problèmes d'incompatibilité entre matériels sont supprimés et les réglages limités (plus besoin de calibrer l'écran comme pour un tableau blanc interactif).

Le confort d'utilisation est exceptionnel: sans vidéoprojecteur, il n'y a plus de bruit de ventilateur, ni de risque d'être ébloui par la lampe ou gêné par l'ombre portée et le point chaud. Les visuels sont toujours d'une très grande qualité, même dans une salle très lumineuse.

Conçus pour susciter l'intérêt de ceux qui les utilisent, par le biais de visuels attrayants, associés à un environnement de collaboration riche et intuitif, les écrans numériques interactifs tactiles sont d'une réelle valeur ajoutée dans les classes.

Ils permettent de stimuler l'enseignement et servent parfaitement la pédagogie active ou encore la classe inversée. 

L’archevêque de Monaco était fier, hier, de présenter la nouvelle chapelle avec notamment les vitraux du maître verrier Arcabas.
L’archevêque de Monaco était fier, hier, de présenter la nouvelle chapelle avec notamment les vitraux du maître verrier Arcabas. Photo J.D.

 

En chiffres

- 10.400 mètres carrés
- 750 élèves (collégiens et lycéens) en septembre 2019
- 45 salles de cours d’enseignement 
- 8 étages
- 4 salles informatique
- 4 laboratoires de sciences
- 3 salles de technologie
- 2 laboratoires de langues
- 2 salles d’arts
- 2 CDI (Centre de documentation et d’information)
- 2 cours de récréation (collège et lycée)
- 1 chapelle
- 1 salle polyvalente 27 places de stationnement créées pour les voitures dans un parking public contigu. Il faut l’avouer, c’est bien peu...
- 2 millions d’euros ont été alloués pour les aménagements intérieurs (mobiliers, outils technologiques dont, dans chaque classe, une tablette géante pour remplacer le traditionnel tableau).

La main de l’enfant et celle de l’adulte avec la colombe : le symbole de FANB qui mêle accompagnement et bienveillance.
La main de l’enfant et celle de l’adulte avec la colombe : le symbole de FANB qui mêle accompagnement et bienveillance. Photo J.D.

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct