Rubriques




Se connecter à

PHOTOS. Des enfants au cœur d'un jeu fait de joie et d'altruisme à l’auditorium Rainier III

Art-thérapeute, Sandra Meunier a créé "Terre de joie", un jeu pédagogique pour favoriser le bien-être à l’école. Concrétisation du projet: un spectacle vivant était donné à l’auditorium Rainier-III.

Marie Cardona Publié le 15/06/2021 à 14:00, mis à jour le 15/06/2021 à 12:29
Photo Jean-François Ottonello

Mercredi, l’auditorium Rainier-III accueillait un spectacle tout à fait particulier. Sept musiciens de l’orchestre philharmonique de Monte-Carlo partageaient la scène avec Annabelle, un personnage féerique porteur de bien-être, d’amour et de joie.

Dans le public, des enfants des écoles Saint-Charles, de la Condamine et de l’Institution François d’Assise-Nicolas Barré ont été embarqués sur une île merveilleuse où "les sucettes sont en forme de cœur, les ventilateurs font des barbes à papa, où on circule en skateboard et où les arbres vous enlacent lorsque vous êtes tristes".

Bienvenue dans le monde du jeu coopératif "Terre de joie", imaginé par Sandra Meunier, art-thérapeute clown, pour être joué dans les écoles. Par un tirage de cartes, les écoliers sont invités à fermer les yeux et vivre des instants de joie, individuellement et collectivement, grâce à la méditation.

 

L’objectif : "inviter les enfants à exprimer leurs émotions en valorisant la vie intérieure, la gentillesse et la générosité", explique Sandra Meunier.

Le spectacle donné mercredi était la concrétisation de ce projet pédagogique, lancé en 2019 à Monaco avec l’Éducation nationale. Les enfants ont découvert l’univers d’Annabelle version grandeur nature, mis en musique par les musiciens de l’Orchestre philharmonique de Monte-Carlo.

Un moment de rires, de cris, de partage et de beaucoup de belles émotions.

Photo Jean-François Ottonello.

Sur scène, les enfants étaient invités à tirer des cartes et - sur le même principe que le jeu expérimenté à l’école - à fermer les yeux pour un moment d’introspection à la recherche d’images de joie. Après quelques minutes de méditation, ils pouvaient partager au micro leur mini-voyage intérieur.

 

Pêle-mêle, nous avons assisté à "une pluie d’étoiles qui rend heureux", "une balade en girafe pour voir loin et haut" ou encore "un arc-en-ciel de cœur avec qui on peut devenir ami".

Les moments de méditation sont basés sur la respiration, la libération des émotions et l’apaisement. Les enfants ne sont pas seulement spectateurs, ils sont aussi acteurs du spectacle.

Photo Jean-François Ottonello.

Sept musiciens de l’orchestre philharmonique de Monte-Carlo mettent en musique ce spectacle coopératif. Les mélodies ont été spécialement composées par le trompettiste, Samuel Tupin.

Un projet complètement nouveau et différent pour ces artistes qui ont dû apprendre à travailler le personnage du clown afin de faire partie intégrante du concert.

Photo Jean-François Ottonello.

Sandra Meunier et les musiciens de l’orchestre philharmonique de Monte-Carlo se sont entourés d’une metteuse en scène, Catherine Mongodin.

 

"C’est la deuxième fois que le spectacle est joué et il est encore amené à évoluer", confie-t-elle.

Photo Jean-François Ottonello.

"Si on ne peut pas changer la vie, on peut changer le regard qu’on a sur elle." Voilà le credo de Sandra Meunier, art-thérapeute clown, fondatrice de l’association Neztoile.

Elle intervient depuis 2002 dans les hôpitaux de Paris pour "donner des soins de joie" aux enfants malades.

En 2019, elle lance "Terre de joie - objectif bien-être", édité chez Nathan, pour faire de la joie un support d’apprentissage.

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.