“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Soutenez l’info locale et Monaco-Matin > Abonnez-vous

À Monaco aussi, il n'y aura pas d’épreuves sur table pour le bac et le brevet

Mis à jour le 04/04/2020 à 09:38 Publié le 04/04/2020 à 09:25
Dès la reprise des cours, l’assiduité des élèves de Terminale, ici au lycée Albert-Ier, entrera en ligne de compte dans les notes du bac.

Dès la reprise des cours, l’assiduité des élèves de Terminale, ici au lycée Albert-Ier, entrera en ligne de compte dans les notes du bac. Photo Jean-François Ottonello

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

À Monaco aussi, il n'y aura pas d’épreuves sur table pour le bac et le brevet

Les diplômes de fin de cycle, bac et brevet des collèges, s’appuieront essentiellement sur le contrôle continu. Les élèves de première devront passer une épreuve orale pour le bac de français.

La décision est tombée vendredi matin en France. Et puisqu’à Monaco, les élèves passent les examens de fin de cycle français, elle a logiquement été confirmée dans l'après-midi par le conseiller de gouvernement-ministre de l’Intérieur Patrice Cellario lors d’une conférence de presse téléphonique.

"Devant la difficulté d’organiser des épreuves sur table dans le contexte actuel, nous aurons recours au contrôle continu", a annoncé le conseiller, précisant qu’à l’instar du ministre français, il comptait assurer des "conditions d’équité".

Oral et contrôle continu

Plus d’épreuves du brevet ou du baccalauréat. Seule sera maintenue une épreuve orale pour les élèves des classes de 1re pour le bac de français. "Cette épreuve aura probablement lieu dans les derniers jours de juin ou les premiers jours de juillet. Le nombre de textes préparés sera revu à la baisse, passant de 20 à 15 en filière générale, et à 12 en filière technique."

En remplacement de ces notes d’examen, c’est la moyenne du contrôle continu qui sera prise en compte. "Dans le souci de la recherche d’équité, les notes de la période de confinement ne seront pas prises en compte pour le contrôle continu, précise le conseiller-ministre. À la reprise, l’assiduité entrera également en ligne de compte."

Une information qui suppose que les autorités s’attendent à une reprise des cours en établissement prochainement. "Nous espérons que nous arriverons à dominer cette crise sanitaire pour pouvoir reprendre les cours. Les classes reprendront avec des conditions sanitaires vérifiées et sans risque."

Il faudra donc tenir impérativement jusqu’au tout dernier jour de l’année scolaire, alors que précédemment, la fin d’année était plus détendue. "Les examens, qui occupaient les salles, les années précédentes, n’auront pas lieu. Les locaux seront donc disponibles pour dispenser les cours." L’assiduité, rappelons-le, sera prise en compte par le jury pour décerner le diplôme.

Pour les élèves de 1re qui passeront le bac en 2021, les nouvelles épreuves communes de février sont conservées, et celles de mai sont annulées et seront remplacées par une note moyenne du contrôle continu de la période allant des épreuves de février jusqu’à la fin de l’année de terminale, "de façon à assurer une neutralisation des résultats de la période de confinement".

Pas un bac au rabais

Patrice Cellario tient à rassurer les familles quant à la qualité de l’examen: "Il y aura là aussi un jury d’examen pour harmoniser les résultats. Il n’est pas question pour nos élèves d’obtenir des diplômes au rabais : les mentions seront maintenues."

Pour ceux dont les moyennes ne permettent pas d’obtenir le diplôme (entre 8 et 10 sur 20), des épreuves de rattrapage seront organisées, comme elles devaient l’être en juillet.

Enfin, le conseiller a confirmé que les vacances scolaires sont maintenues: "Il est important que les élèves aient des temps de relâche. Leurs conditions d’études ne sont pas faciles, il faut leur rendre hommage."

Manny: "Je vais continuer à suivre les cours."
Manny: "Je vais continuer à suivre les cours." Photo DR

"Je viens d’avoir mon bac mention très bien"

Manny Rool, 17 ans, Terminale S à FANB: "C’est une bonne décision. Si les épreuves s’étaient déroulées normalement, beaucoup auraient été désavantagés car les cours à distance ne permettent pas de se préparer au bac dans les meilleures conditions. Chez nous, on est plus distraits, moins disciplinés, les profs ne font pas tous l’appel. Je sais que certains élèves restent au lit pour suivre les cours. Pour ma part, j’essaie de respecter les heures de cours, comme au lycée, et je fais mes devoirs à la maison normalement. Je reste motivée, ça va."

Elle l’est d’autant plus qu’en ce 3 avril 2020, Manny a vu s’évacuer tout stress devant l’annonce du ministre français de l’Éducation nationale: "C’est cool, je viens d’avoir mon bac mention très bien. J’ai 16,1 de moyenne générale."

La lycéenne n’en reste pas moins concentrée et lucide: " Je vais continuer à suivre les cours, mais sans doute m’investir davantage sur les matières importantes pour la suite de mes études." Manny espère intégrer une école de commerce. Elle attend maintenant les résultats de ses souhaits sur Parcours Sup’. Le seul véritable suspense de sa fin d’année de terminale.

Alice: "J’aurais préféré passer mon bac."
Alice: "J’aurais préféré passer mon bac." Photo DR

"J’ai peur que le bac 2020 soit dévalorisé"

Alice Gianoli, 17 ans, Terminale L au lycée Albert-Ier: "Personnellement, je suis contente parce que j’ai une bonne moyenne générale, qui approche 15/20. Pour moi, c’est donc une très bonne nouvelle de savoir que j’ai déjà mon bac. Tous les bons élèves seront dans ce cas. Mais pour ceux qui ont une moins bonne moyenne, ce n’est pas une bonne nouvelle. J’ai des amis qui n’ont pas beaucoup travaillé en début d’année et qui voulaient tout donner vers la fin. Ce ne sera pas possible pour eux. Ils ne pouvaient pas savoir…"

Effectivement. Cela dit, Alice, passé l’oubli du stress de l’examen et réflexion faite, aurait préféré ne pas avoir son bac servi sur un plateau. "Si j’avais eu le choix, honnêtement, j’aurais préféré passer l’examen. J’ai peur que le bac 2020 soit dévalorisé, comme en 1968. J’ai lu des articles qui expliquent que ce bac n’avait pas la même valeur dans la constitution des dossiers. Je crains que ce soit pareil pour le bac 2020, même si ce n’est vraiment pas notre faute."

Et pour la suite? "Je suivrai les cours jusqu’au bout. On n’a pas trop le choix d’ailleurs, puisque l’assiduité va compter dans la note du bac."


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.