“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Le nouveau directeur de l’École internationale de Monaco dévoile ses ambitions

Mis à jour le 29/08/2019 à 11:05 Publié le 29/08/2019 à 11:02
Stuart Burns, nouveau directeur de l’International School of Monaco.

Stuart Burns, nouveau directeur de l’International School of Monaco. Photo Jean-François Ottonello

Le nouveau directeur de l’École internationale de Monaco dévoile ses ambitions

Les cours ont repris lundi pour les 665 élèves et le Britannique Stuart Burns, à la tête désormais de l’établissement qui fête, cette année, son vingt-cinquième anniversaire. A l'occasion de cette rentrée, le directeur nous dévoile ses projets pour son établissement et ses élèves.

Il est la nouveauté de la rentrée. Stuart Burns vient de prendre les rênes de l’International School of Monaco (ISM). Son prédécesseur, Francis Gianni, parti diriger un établissement à New York, lui a laissé les clés pour accueillir les 665 élèves qui ont fait leur rentrée lundi.

Deux semaines donc, avant la rentrée scolaire traditionnelle en Principauté. Une avance classique pour l’école internationale qui reçoit des élèves de 50 nationalités de la maternelle au lycée, où les cours préparent au programme du baccalauréat international.

Sur le fond, le nouveau directeur entend garder le cap de l’établissement qui célèbre cette année ses 25 ans et qui avait seulement 34 élèves lors de son ouverture.

"Ce que je souhaite, c’est cultiver l’ambition des élèves. Ils ne peuvent pas tous avoir les notes les plus brillantes mais l’important est de les encourager à donner le meilleur d’eux-mêmes", souligne Stuart Burns dans un français impeccable, fruit de ses études à l’université de Cambridge et de quelques années d’enseignement à Pau.

En salle de sciences, hier matin, les élèves entamaient leur troisième journée de cours.
En salle de sciences, hier matin, les élèves entamaient leur troisième journée de cours. Photo Jean-François Ottonello

"Nous nous inspirons de grandes écoles qui font référence. Les gens viennent chercher cette éducation internationale que nous proposons en Principauté et cela nous motive à être un centre d’excellence éducatif". Et ce mélange de nationalités, Stuart Burns le voit comme une possibilité de "célébrer la différence".

Cours d’art plastique avec vue sur le port.
Cours d’art plastique avec vue sur le port. Photo Jean-François Ottonello

C’est aussi de ses souhaits comme chef d’établissement: mettre l’accent sur le respect et notamment via la pratique du sport.

 "Le sport d’équipe forge des expériences pour développer le leadership, la cohésion. Ce sont des étapes très importantes qui vont dans la finalité de ce que nous voulons offrir à nos élèves : la possibilité de réussir dans la vie".

Et l’ISM entend servir de tremplin en ce sens. Si un tiers des élèves de l’ISM sont anglophones, trois quarts des bacheliers de l’école monégasque continuent ensuite leurs études outre-Manche, là sont situées les universités parmi les mieux cotées au monde.

Expression corporelle pour les plus jeunes.
Expression corporelle pour les plus jeunes. Photo Jean-François Ottonello

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct