“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Le début des vacances scolaires finalement avancé au vendredi 9 avril à Monaco

Mis à jour le 03/04/2021 à 14:42 Publié le 03/04/2021 à 14:19
Les vacances débuteront dès vendredi prochain à Monaco.

Les vacances débuteront dès vendredi prochain à Monaco. Photo Jean-François Ottonello

Monaco-matin, source d'infos de qualité

Le début des vacances scolaires finalement avancé au vendredi 9 avril à Monaco

Après une journée de concertation entre le gouvernement, les responsables d’établissements, enseignants, associations de parents et élus nationaux, le gouvernement princier a finalement décidé ce samedi de synchroniser les vacances de printemps avec la France. Les écoliers monégasques ne débuteront pas leurs vacances le 22 avril, mais le 9 avril. Jusqu'au 26 avril

"Le gouvernement princier, sous l’autorité du prince Albert II, décide d’anticiper de deux semaines les vacances de printemps initialement prévues du 22 avril au soir au matin du lundi 10 mai. Ces congés débuteront donc le vendredi 9 avril au soir pour l’ensemble des établissements scolaires. La rentrée des classes est fixée au lundi 26 avril", a fait savoir l'exécutif monégasque ce samedi midi, par voie de communiqué.

Contrairement à la France qui a opté pour du distanciel, les cours de la semaine à venir (du mardi 6 avril au vendredi 9 avril) seront dispensés en présentiel dans tous les établissements scolaires de la Principauté, qui restent tous ouverts.

Un avis défavorable
du Conseil national

"La synchronisation du calendrier à celui de l’académie de Nice est le fruit d’une large concertation menée par le conseiller de gouvernement-ministre de l’Intérieur avec les responsables d’établissements, les enseignants et les associations de parents ainsi qu’avec le Conseil national qui n’était pas favorable au décalage des vacances", précise le communiqué.

Réélu jeudi soir au poste de président du Conseil national, Stéphane Valeri avait estimé que "rien ne justifie à Monaco de s'aligner sur la fermeture des écoles" et qu'il était indispensable de maintenir les cours en présentiel.

"équilibre entre
la qualité de l’enseignement
et la meilleure protection sanitaire possible"

Une décision qui va également à l'encontre de la position des représentants des parents d'élèves.

"La concertation a permis à l’Association des Parents d’Élèves (APEM) d’exprimer les difficultés d’organisation pour les familles, que cette modification de l’agenda scolaire peut engendrer, notamment pour celles qui avaient planifié des séjours pendant la période de vacances initialement programmée, difficultés dont le gouvernement princier est pleinement conscient, précise le communiqué. Cependant, l’objectif du gouvernement est de trouver un équilibre entre la qualité de l’enseignement et la meilleure protection sanitaire possible pour les élèves et les personnels de l’Éducation Nationale. L’avancée des vacances permet de garantir tant la qualité de l'enseignement que la sécurité sanitaire au sein des écoles."

"le risque de défaillance des personnels est réel"

A Monaco, 67% des enseignants sont détachés de l’administration française et une majorité du personnel non-enseignant de l’Éducation Nationale demeurent en France. Dès lors, "le risque de défaillance des personnels est réel", estime le gouvernement.

"Il impacterait fortement la régularité des cours enseignés et l’encadrement nécessaire pour accueillir les élèves dans les meilleures conditions sanitaires."

Qu'en pensent les enseignants concernés ?

"Les équipes pédagogiques considèrent que l'avancée des vacances scolaires comme bénéfique face à l'état de fatigue des personnels et des élèves du fait de l'ensemble des contraintes qui pèsent sur le fonctionnement quotidien des écoles."

Pas de solution alternative de garde

Le gouvernement justifie également ce choix par l'impossibilité d'assurer la garde des enfants du personnel enseignant. Ces 67% de profs dont certains n'auraient plus été en vacances en même temps que leurs propres enfants (scolarisés en France) en cas de maintien des dates initiales de vacances. 

"Le gouvernement princier a tout mis en œuvre pour organiser une garderie pour les enfants des personnels concernés. Il n’est malheureusement pas possible de concrétiser cette option. Le Centre de loisirs Prince Albert II, à La Turbie, seule structure d’accueil en mesure d’héberger un nombre important d’enfants, n’est pas autorisé à ouvrir en raison des mesures sanitaires en vigueur en France."

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.