Rubriques




Se connecter à

"Ici, on apprend une profession": au lycée technique et hôtelier de Monaco, le savoir-faire mis en lumière

Les récentes portes ouvertes du Lycée technique et hôtelier de Monaco ont permis aux élèves indécis sur leur avenir professionnel de découvrir l’apprentissage (pratique) de métiers pourvoyeurs d’emplois.

Thibaut Parat Publié le 14/03/2022 à 05:05, mis à jour le 15/03/2022 à 17:08
Les élèves des trois sections du Lycée technique et hôtelier de Monaco avaient préparé des ateliers pour les portes ouvertes. Ici, le tertiaire avec la reconstitution d’une boutique. Photo Jean-François Ottonello

Une mise en condition réelle. Pour les récentes portes ouvertes du Lycée technique et hôtelier de Monaco (LTHM), la jeunesse est à la baguette sous la houlette de la communauté éducative.

Ce sont les élèves de l’établissement qui accueillent les visiteurs - souvent des 3e accompagnés par leurs parents - désireux d’en connaître davantage sur les formations proposées et les débouchés professionnels.

"Il y a un mois, j’étais encore dans l’inconnue J’appréhendais beaucoup, reconnaît Estelle Luca. Mes parents ont travaillé dans l’hôtellerie. ça me donne envie d’en découvrir plus et de me faire ma propre idée."

La section industrielle avec le travail sur des machines. Photo Jean-François Ottonello.

"Ici, on apprend
une profession"

 

Pour convaincre les indécis, les élèves des trois sections (hôtelière, tertiaire et industrielle) ont concocté moult ateliers de mise en situation. De la pure pratique. "L’idée est de montrer qu’ici on apprend une profession. À la fin de son bac pro en trois ans, un élève peut intégrer la vie active", résume Leslie Giobergia, proviseur-adjoint.

Exemple parlant : la reconstitution d’un espace de vente - une boutique en l’occurrence - avec ses rayons, sa cabine d’essayage, sa vitrine et ses mannequins factices ainsi qu’un vrai logiciel de caisse permettant la fidélisation des clients. "C’est une expérience unique que très peu d’autres lycées proposent et ça réduit notre stress avant les stages en magasins", témoignent, conquis, Paul, Rose et Euxane, trois élèves de la formation "métiers de la relation client".

Déjà rodés à la vente lors du dernier Téléthon, les élèves pourront, à terme, se servir de cette boutique pour opérer des ventes en interne auprès de leurs camarades et enseignants. "C’est un vrai plus pour l’enseignement. C’est plus ludique qu’une salle de classe où l’on apprend la théorie", confirme Caroline Debernard, professeur de commerce.

Les élèves de la section hôtelière montent une chantilly en vue d’habiller des choux à la crème. Photo Jean-François Ottonello.

"Des élèves ont fait
de très belles carrières"

 

"Le Lycée technique et hôtelier est une voie d’excellence, pas une voie de garage, martèle Isabelle Bonnal, commissaire général chargé de la direction de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports. Des élèves, qui n’étaient pas faits pour des études générales ou trop longues, ont fait de très belles carrières parce qu’ils étaient dégourdis, doués de leurs mains. La créativité est primordiale. Les partenariats avec la SBM leur permettent d’effectuer des stages et travailler avec des chefs, pour certains étoilés. Ces jeunes ne se retrouvent jamais au chômage et trouvent directement du travail."

Outre la possibilité de faire ses preuves lors des stages, le Lycée technique et hôtelier offre la possibilité de poursuivre ses études au-delà du bac pro/technologique et du CAP.

"Il y a beaucoup d’idées reçues mais c’est possible d’aller encore plus loin, notamment avec le BTS MHR, très recherché sur Monaco et pourvoyeur de nombreux emplois", indique Leslie Giobergia. Sur 116 bacheliers l’an passé, d’ailleurs, 64 ont poursuivi leur cursus scolaire et 27 ont amorcé une vie professionnelle.

Qui, on l’espère, sera couronné de succès.

Juliette et Vaiana ont longuement dévoilé les coulisses de leur cursus et les débouchés que celui-ci offre à terme. Photo Jean-François Ottonello.

Vaiana: "Ce cursus m’a permis de m’affirmer"

Tirées à quatre épingles, dans un décor reconstitué de chambre d’hôtel, Juliette Moreau et Vaiana Saulo vantent auprès des visiteurs le BTS en management hôtellerie-restauration option hébergement. Les enseignements généraux, les fondamentaux, un stage longue durée, les débouchés…

Les deux élèves répondent à toutes les interrogations. Une habile façon de les responsabiliser. "À la base, j’étais dans une filière pour devenir infirmière. J’ai changé, malgré le fait que je n’avais aucune base. Je ne regrette pas", leur confie Vaiana, qui a dû opérer une remise à niveau.

En aparté, la jeune fille avoue sans ambages qu’intégrer la structure monégasque lui a changé la vie, notamment socialement. "J’avais beaucoup de mal à communiquer en groupe. J’étais stressée. Cela m’a aidé à gérer mes angoisses, à m’affirmer, à mieux échanger avec les autres"

Quant à Juliette Moreau, couronnée fin 2021 meilleure réceptionniste junior par l’association internationale des chefs de réception de grands hôtels, son cursus actuel lui apporte "un savoir-faire, un savoir être comme la posture ou la tenue, et une adaptabilité aux équipes et aux environnements".

Et d’ajouter: "J’ai conseillé aux visiteurs d’être spontané, de laisser parler le cœur. Il faut faire ce dont on a envie dans un premier temps. Si, finalement, ça ne leur plaît pas, ce n’est pas grave. Ce ne sera jamais une année de perdue mais plutôt de l’expérience acquise."

Quelle voie après le bac?

Les statistiques d’affectation pour l’an passé montrent que sur les 116 bacheliers du Lycée technique et hôtelier, 64 d’entre eux ont poursuivi en BTS (dont 34 à Monaco).

- 27 diplômés ont, quant à eux, démarré la vie active en intégrant le marché de l’emploi.
- 12 jeunes sont entrés dans des écoles spécialisées : arts appliqués, commerce, métiers du travail social, institut de formation en soins infirmiers…
- 11 bacheliers ont préféré amorcer un cursus de licence à l’université.
- Enfin, 2 sont partis à l’étranger.

Offre numérique MM+

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.