Faute de professeur remplaçant dans une école, le maire du Lavandou révise pour enseigner à une classe de CM1-CM2 à la rentrée

Apprenant par hasard qu’une classe de CM1-CM 2 serait sans enseignant dès la rentrée de janvier, Gil Bernardi a proposé ses services. Le rectorat ne dit pas non. Les syndicats crient à la stupéfaction.

laurent amalric Publié le 28/12/2021 à 16:32, mis à jour le 29/12/2021 à 06:22

Un maire qui propose de retourner sur les bancs de l’école - ou plus exactement sur l’estrade et devant le tableau noir - voilà qui n’est pas banal. L’histoire pourrait pourtant bien prendre tournure au Lavandou où le premier magistrat, Gil Bernardi, révise ces jours-ci les manuels scolaires en prévision d’un possible remplacement d’enseignant dès la rentrée du 3 janvier...

Services bénévoles

"En visitant l’école Marc Legouhy lors du repas de Noël, j’ai appris par le directeur M. Gourvenec qu’une classe mixte de CM1-CM2 allait être sans enseignant, le professeur prenant son congé paternité suivi d’une vacance jusqu’en juin. Je trouvais normal de proposer mes services bénévolement", déclare ce mardi le maire lavandourain de son bureau.

Une offre loin d’être faite à la légère, M. Bernardi avouant être "en plein travail scolaire pour se rafraîchir la mémoire", après avoir consulté d’anciens professeurs pour appréhender au mieux le pan pédagogique.

La candidature a en tout cas reçu un écho favorable avec l’assentiment du rectorat. Son émissaire, M. Millangue, saluant même par courrier cet "engagement".

 

"J’ai déjà mon emploi du temps"

Lorsqu’on lui demande si cette disponibilité ne mettra pas en péril la gestion des affaires municipales, l’édile varois répond avec un naturel déconcertant : "c’est une question d’organisation! J’ai d’ailleurs déjà mon emploi du temps. Les lundis, mardis et jeudis de 8h à 11h30 et de 13h30à 16h30. Si je peux mettre à disposition mes modestes compétences, je serai là dès lundi!", assure Gil Bernardi, titulaire d’un beau cursus universitaire.

Face aux grosses réserves du syndicat enseignant majoritaire, le maire poursuit sur le même ton, sans intention de "polémiquer".

Prêt à assumer jusqu’en juin!

"Je ne rentre pas dans ce débat. Certes, je ne ferai pas aussi bien qu’un professeur mais là, nous sommes dans l’urgence. Et puis, je ne prendrai la place de personne puisqu’il n’y a pas de professeur pour l’instant (faute de professeur remplaçant, seul un contractuel est envisagé pour l’heure par l’Education nationale, Ndlr)... Dès que le poste sera remplacé, je laisserai ma place à ceux dont c’est le vrai métier", conclut le maire qui se dit résolu à assumer le poste jusqu’en juin. S’il le faut.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.