“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Et si vous aidiez ces chercheurs à protéger le mérou ?

Mis à jour le 29/07/2018 à 05:13 Publié le 29/07/2018 à 05:13

Et si vous aidiez ces chercheurs à protéger le mérou ?

Pour convaincre les décideurs de préserver cette espèce vulnérable, une étudiante enquête. Elle a mis en ligne un questionnaire afin de déterminer sa valeur économique

«Le moratoire qui interdit la chasse sous-marine et la pêche au hameçon du mérou court jusqu'en 2023, pointe Patrice Francour, professeur d'écologie à l'Université de Nice. Mais quand on veut faire passer un nouveau moratoire, on se retrouve face aux lobbies de la pêche et de la chasse.»

Aussi, ne baisse-t-il pas la garde.

Cet Azuréen, à l'origine de la création du Groupe d'Etudes du Mérou, œuvre depuis plus de trente ans pour sauver le plus gros poisson de la Méditerranée. Un combat au long cours qui a porté ses fruits. Petit à petit, les populations se sont reconstituées.

Mais la situation reste fragile. « Si on lève l'interdiction de prélèvement, les efforts de ces vingt-cinq dernières années seront anéantis en l'espace de six mois à un an. » Il compte donc sur les cinq ans qui restent avant la fin du moratoire pour affûter son argumentaire en l'enrichissant d'un volet économique.

Combien rapporte-t-il... quand il est vivant ?

« Un mérou vivant vaut plus qu'un mérou mort. Mais le problème, c'est qu'on ne dispose pas de données précises. On veut montrer que l'enjeu de sa protection n'est pas juste une lubie de quelques écologistes barbus, il y a une justification économique », insiste-t-il dans un sourire.

L'attrait que représente cette espèce pour les plongeurs ou les apnéistes est évident. Lors d'une première enquête réalisée à Port-Cros, en 2006, 95 % des 300 plongeurs interrogés indiquaient qu'ils venaient dans cette réserve marine en raison de l'abondance des mérous.

« Comme il vit jusqu'à 50 ou 60 ans, un mérou sera vu de très nombreuses fois durant sa vie par des curieux qui plongeront à sa rencontre. Toutefois, le calcul n'est pas aussi simple pour apprécier la valeur économique du mérou. On a besoin de données pour estimer le poids de l'activité plongée, pour une région et au-delà. Ces arguments sont importants, car ils nous aideront à justifier le maintien des mesures de protection. »

Il a donc fait appel à des économistes. Il se lance dans un rapide calcul de ce qu'il rapporte s'il est tué pour être consommé. « À 25 ou 30 euros le kilo, si on en tire 20 kilos, cela fera un maximum de 600 euros. » Et combien vaut-il vivant ? « Beaucoup plus. » La réserve marine de Port-Cros estime, dans une de ses brochures, le prix d'un mérou en vie dans son milieu, observé par 500 plongeurs par an, à 7 500 euros (pour une plongée à 15 euros). Sur quarante ans, la valeur s'envole.

Donner un prix à la nature pour la protéger

« Mais le calcul est plus complexe », note Patrice Francour. À ses côtés, Jean-Charles Briquet-Laugier, économiste, acquiesce : « Une plongée ne se résume pas à l'observation d'un seul mérou, mais à un ensemble d'éléments constitutifs du milieu sous-marin, dont cette espèce n'est qu'une partie ».

Ils se tournent vers Zaineb Bounouas. Car c'est à cette étudiante en master 2 « management et économie des territoires » qu'a été confiée cette mission inédite. Donner un prix au mérou... vivant ! Lunettes sur le nez, ordinateur portable sous le bras, elle s'est plongée dans ces travaux au printemps. « Sur l'impact de l'activité plongée et du tourisme qui s'y rattache, on dispose de très peu de littérature », explique-t-elle.

Encadrée par les économistes Jean-Charles Briquet-Laugier et Christian Longhi, elle a préparé une enquête pour récolter des informations. « Plus nous aurons de contributions, plus notre travail sera robuste », pointe-t-elle. Les résultats seront disponibles à l'automne.

« Donner un prix à la nature ou à une espèce n'est pas une fin en soi, conclut Patrice Francour, mais c'est un argument supplémentaire, associé aux arguments écologiques, pour améliorer notre gestion de la biodiversité et du monde vivant. »

Il compte sur les travaux des économistes pour convaincre les décideurs de la nécessité de mesures de surveillance.

« Si on montre que le mérou est une ressource économique, on peut déployer des équipes pour éviter le braconnage, faire de la sensibilisation et ainsi favoriser le développement du tourisme marin. »


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.