“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Xavier Darcos, attentif lors de l'intervention d'Olivier Picard aux côtés de Michel Zink.

Xavier Darcos en visite à la villa Kérylos de Beaulieu

	(DR)

Les commerçants soutiennent la Journée Internationale des Droits de l'Enfant

PHOTOS. Les élèves du lycée hôtelier Paul-Valery à Menton renouent avec les dîne...

Les étudiants ont été accueillis en l'hôtel de Ville dans le cadre de leurs workshop.

Des étudiants en architecture planchent sur l'évolution de la cité

PHOTOS. Reçue à l'Elysée, la princesse Charlène s'engage pour la sécurité routiè...

Des lycéens cagnois jury du Prix Goncourt des lycéens 2017

Mis à jour le 24/11/2017 à 12:19 Publié le 24/11/2017 à 12:18
La classe de 2nde 10 du lycée Auguste-Renoir de Cagnes-sur-Mer.

La classe de 2nde 10 du lycée Auguste-Renoir de Cagnes-sur-Mer. Photo Jean-Sébastien Gino-Antomarchi

Des lycéens cagnois jury du Prix Goncourt des lycéens 2017

Les 35 élèves d’une classe de seconde du lycée Auguste-Renoir de Cagnes-sur-Mer ont lu les quinze ouvrages en lice pour le prestigieux concours littéraire, attribué le 16 novembre à Alice Zeniter pour L’art de perdre.

Ils n’avaient jamais lu autant de livres en si peu de temps. Les adolescents, âgés de 14 à 16 ans, ont eu six semaines, pas une de plus, pour lire et départager les quinze romans sélectionnés. Un rôle de jury qu’ils ont pris très au sérieux.

Si le choix de L’art de perdre d’Alice Zeniter (Flammarion) a surpris les lycéens qui avaient opté pour Summer de Monica Sabolo (JC Lattès), ils sont très fiers d’avoir participé à cette aventure.

Ces lectures, qui ont écourté les nuits de certains, les ont ouverts sur d’autres genres littéraires et d’autres auteurs que ceux qu’ils avaient l’habitude de lire.


La suite du direct