Rubriques




Se connecter à

Comment Monaco forme les enfants aux métiers de demain

Coding, programmation… depuis quelques années, la Principauté a mis le numérique au service de l’éducation. Objectif : préparer les enfants à des carrières qui n’existent pas encore aujourd’hui.

Marie Cardona Publié le 14/12/2021 à 13:48, mis à jour le 14/12/2021 à 13:48
Dans cette classe de CM2 de l’école de Révoires, les enfants de 10 ans apprennent à programmer des parcours sur une « carte micro bit ». Photo Jean-François Ottonello

Sur leurs petits bureaux individuels au look futuriste, Clarisse, Arthur et leurs camarades de CM2 de l’école des Révoires apprennent à… programmer. À seulement 10 ans, ils savent déjà coder un parcours sur une "carte micro bit". Un "microcontrôleur", sorte de carte électronique spécialement conçue dans un but pédagogique, pour apprendre aux enfants les bases de la robotique. Bienvenue en classe numérique!

Imperturbables derrière leurs grands écrans, les enfants, eux, ont déjà tout compris. "Il suffit d’être juste, précis et concentré. Ça ne peut que marcher", assure Clarisse d’une voix affirmée.

Agilité et adaptation

Former à des compétences nouvelles, voilà l’objectif de l’école à l’heure du numérique. "Selon une étude menée par Dell et Institute for the Future en 2017, 85% des emplois de 2030 n’ont pas encore été inventés, rapporte Frédéric Genta, délégué interministériel en charge de la Transition Numérique. Ce qui veut dire que l’école doit former à l’agilité et à la capacité d’adaptation, car elle ne peut pas toujours anticiper. C’est exactement ce qui nous a motivés depuis 2018."

 

Sous l’impulsion du programme Extended Monaco, la Principauté a posé "des fondations solides".

Et Frédéric Genta d’énumérer: "l’étude de la programmation pour tous de 3 à 18 ans, l’équipement des professeurs et des élèves en ordinateurs, leur formation ainsi que celle des parents…"

Illustration Photo JFO.

Depuis 2020, Monaco a accéléré encore sa mutation digitale au service de l’Éducation. Avec le Collège numérique, l’ensemble de collégiens est équipé en ordinateurs portables. Il en va de même pour les élèves du lycée Albert-1er, depuis la Toussaint.

"Il s’agit d’ordinateurs modernes, tactiles, dotés de manuels et de logiciels pédagogiques, souligne Christophe Prat, directeur général du Département de l’Intérieur, qui rappelle: "L’objectif du numérique est d’augmenter l’expérience d’apprentissage de l’élève."

Mais comment ? Grâce à l’étude du système solaire en 3D ou encore la conception et la visualisation d’une cellule ou d’un globule blanc, par exemple. Parce que le numérique introduit une dimension ludique aux programmes pédagogiques, il permet de capter l’attention des élèves.

À l’image du cours sur le dopage d’Alexandre Attenot à ses collégiens de 5e. Ce professeur de Sciences de la vie et de la Terre a imaginé sa leçon sous forme d’enquête interactive, intégrant des personnages de manga qui parlent aux jeunes autour desquels il distille des notions essentielles comme l’analyse de données et de graphiques. "Si je propose ces mêmes graphiques sur papier à mes élèves, je les entends souffler d’avance", plaisante l’enseignant.

Les mêmes chances pour tous

Le digital est aussi un outil essentiel pour l’éducation inclusive, avec des outils facilitant le suivi. "Nous avons environ une cinquantaine d’élèves par an qui se retrouvent hospitalisés ou qui sont à la maison. L’année dernière nous avons acheté un robot de télé-présence. Cet avatar de l’élève, présent dans la salle de classe, permet à l’enfant de voir ce qui se passe en classe, d’être vu et entendu à distance. Ainsi, il conserve plus aisément un lien social avec ses professeurs et ses camarades. C’est une façon de faciliter le retour en classe", explique Isabelle Bonnal Commissaire Général chargé de la Direction de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports.

 

Des outils intégrés aux logiciels de traitement de textes permettent également aux enfants atteints de troubles "dys" de bénéficier d’une aide personnalisée: "découpage syllabique, surlignage en couleur ou mise en évidence des mots".

Enfin, le lien entre la classe et l’après-classe est favorisé. "Depuis 2020, le dispositif “Parkours” propose à nos élèves qui ont des difficultés, des stages de la 6e à la Terminale à distance sur Teams. Ces sessions s’effectuent pendant les vacances scolaires, en petits groupes de quatre pendant 5 jours et sont animées par des étudiants."

Près de 300 élèves en ont déjà bénéficié. Ou comment donner les mêmes chances, à tous, de réussir dans le monde de demain.

Et demain?

Après le Collège Charles III et le Lycée Albert 1er, les élèves du Lycée Technique et Hôtelier de Monaco seront dotés, l’année prochaine, d’ordinateurs individuels. En 2022, l’offre de formation des élèves sera également étoffée, avec plus d’heures dispensées mais aussi une approche sociétale pour les aider à mieux appréhender leur avenir dans un monde devenu résolument numérique.

Les écoles primaires expérimenteront de nouveaux usages, grâce à des expériences immersives en salle de classe, une réorganisation des espaces et des temps dédiés à la découverte du numérique.

Pour les enseignants, une plateforme de contenus pédagogiques est à l’étude pour permettre d’enrichir leurs cours grâce à un catalogue varié de contenus libres de droits (images, cartes interactives, vidéos etc…).

Offre numérique MM+

...

commentaires

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.