“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Ces jeunes inventent

Mis à jour le 13/01/2018 à 05:13 Publié le 13/01/2018 à 05:13
À la manière d'un grand oral, les trente étudiants ont défendu leurs projets numériques devant un jury monégasque.
Monaco-Matin, source d'infos de qualité

Ces jeunes inventent

Trente étudiants français travaillent depuis plusieurs semaines sur la création de six projets de « smart city » destinés à améliorer la vie des touristes à Monaco. Ils ont présenté leur travail ce jeudi à Paris

Excusez-moi, c'est un peu le rush, là. On doit présenter notre projet dans vingt minutes. » Yann Darlet est l'un des trente étudiants qui bossent d'arrache-pied depuis mardi matin à la construction d'un projet d'application destinée à faciliter la vie des touristes à Monaco. Bérengère, Nazarin, Hanna, Anatole, Konstantin et lui ont inventé le concept baptisé « Monactiv' » (lire page suivante). Autour de la table, on parle en français et en anglais. Les idées continuent de fuser. On affine la page d'accueil de l'application en construction. Dans la grande pièce, un autre groupe peaufine son idée de bracelet intelligent permettant de régler les entrées dans les musées de Monaco, sans avoir à faire la queue.

Deux jours de sprint créatif

Pendant deux jours et demi, sans compter leurs heures, ces étudiants en informatique, tourisme, design et commerce ont participé à un hackathon, un processus créatif intensif et limité dans le temps, pour faire germer de bonnes idées dans le cadre de la « Smart City Monaco », un programme lancé par le gouvernement princier, en collaboration avec l'association Matrice, affiliée à l'École 42, fondée à Paris par Xavier Niel, le patron de Free et actionnaire majoritaire de Monaco Telecom.

Ce jeudi après-midi, donc, dans les locaux de cette école atypique, sans doute l'une des meilleures au monde dans le développement informatique - en tout cas la plus étonnante (lire ci-dessous) - le jury (*) s'est réuni pour examiner les six projets conçus depuis mardi matin lors du sprint créatif. Tour à tour, les étudiants ont présenté une ou plusieurs idées devant le jury, à la manière d'un grand oral. Sur une tablette, chacun a évalué les projets suivant cinq critères : faisabilité, originalité, pertinence, qualité de sa présentation et l'équilibre de l'équipe qui le porte, ainsi que le « supplément d'âme », sorte de ressenti très personnel sur ce projet.

Au final, tous les projets sont maintenus. Le jury n'a écarté aucune idée. Outre une évaluation de chacun des projets, les membres du jury ont apporté conseil et suggestion pour faire grandir toutes ces idées.

« Vous avez compris Monaco »

Les étudiants répartis en six groupes ont maintenant six mois pour développer leur projet et fonder autant de start-up à Monaco. Probablement accueillies dans l'incubateur créé à l'automne dernier, MonacoTech, à Fontvieille.

« Tout me paraît utile et réalisable », réagit spontanément le ministre d'État, Serge Telle. Après la proclamation des résultats, le chef du gouvernement princier a exprimé aux étudiants toute sa gratitude : « Je veux vous dire mon admiration pour le travail que vous avez accompli. En quinze jours d'immersion, vous avez compris Monaco et nos besoins. Vous nous montrez ce qui va arriver. Vos idées vont changer la vie des gens, dans l'utilisation des technologies que vous proposez. Maintenant, vous devez travailler sur des business plans car vos projets doivent être rentables. »

Et de lancer en guise de mot de conclusion : « Aidez-nous maintenant à faire de Monaco un pays technologiquement en avance. »

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.