“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Beausoleil n'a pas souffert de l'ombre sécuritaire pour cette rentrée

Mis à jour le 02/09/2016 à 05:03 Publié le 02/09/2016 à 05:03
Quelques pleurs mais surtout beaucoup de sourires hier à l'école des Copains où, passés le contrôle d'identité, les parents  des petites sections ont été les seuls autorisés à pénétrer dans l'établissement.

Quelques pleurs mais surtout beaucoup de sourires hier à l'école des Copains où, passés le contrôle d'identité, les parents des petites sections ont été les seuls autorisés à pénétrer dans l'établissement. Photo C.D.

Beausoleil n'a pas souffert de l'ombre sécuritaire pour cette rentrée

Seuls les parents des petites sections ont pu accompagner leurs enfants jusqu'aux classes hier. Une rentrée drastique mais plutôt bien accueillie par les familles dans un contexte post-attentat

Caméras de surveillance braquées sur les écoles, barrages de police municipale aux abords des établissements, fouille des sacs et contrôle des pièces d'identité des parents des enfants de petites sections - seuls autorisés à pénétrer dans les salles de cours hier en France…

Sur le papier, cette rentrée 2016 avait tout pour attiser le climat anxiogène - voire délétère - qui plane sur la Côte d'Azur depuis l'innommable et sanglant drame du 14-Juillet à Nice. Dans les faits, il n'en fut rien à Beausoleil !

Référence départementale du « vivre-ensemble » avec ses « 78 % d'enfants dont la langue maternelle n'est pas le français » - comme le rappelait hier le maire Gérard Spinelli, la commune a vécu une rentrée des plus paisibles. Quelques voix s'élevant contre les nouvelles restrictions gouvernementales (lire page suivante), sans atteindre la sérénité ambiante. Bref, une reprise sous vigilance accrue mais sans incidents.

« Jamais été aussi calme »

Transformé en vigile, dès potron-minet aux portes de l'école des Copains, le maire avouait sa stupéfaction face à l'acceptation de nouvelles règles pourtant contraignantes. « ça n'a jamais été aussi calme ! Les gens ont très bien...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct