“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Avec le label "Aire marine Educative", les élèves monégasques participent à la sauvegarde des océans

Mis à jour le 05/03/2019 à 07:58 Publié le 05/03/2019 à 09:00
Les enfants vont analyser la zone maritime entre le Solarium et le Musée océanographique.

Les enfants vont analyser la zone maritime entre le Solarium et le Musée océanographique. Archives MM

Avec le label "Aire marine Educative", les élèves monégasques participent à la sauvegarde des océans

Avec le label "Aire marine Educative" récemment obtenu, des élèves de la Principauté vont procéder à des prélèvements et des analyses de l'eau de mer monégasque pour poser leur diagnostic.

Monaco, qui dispose déjà de deux aires marines protégées, l’une au Larvotto, l’autre au Tombant des Spélugues, jouit désormais d’une aire marine éducative entre le Solarium de la digue du Port Hercule et le Musée océanographique.

>> LIRE AUSSI. 120 experts mondiaux pour tenter de sauver les océans à Monaco

À l’initiative de ce projet porté par le gouvernement, la Direction de l’Éducation nationale et la FPA2, la présidente de l’Association monégasque pour la protection de la nature, Jacqueline Gautier-Debernardi, inspirée d’une expérience menée aux îles Marquises.

Une classe de 7e de l’école des Révoires a été sélectionnée pour étrenner ce programme pérenne, accompagné d’un référent scientifique.

Lors de premières sorties, la simplicité et la justesse des propos des enfants ont interpellé, confirmant leur potentiel de vecteurs providentiels dans la protection de l’environnement et du milieu marin.

Une boucle vertueuse qui ravit Cyril Gomez, directeur général du Département de l’Équipement, de l’Environnement et de l’Urbanisme. "Les élèves sont les acteurs de ce projet participatif. Ils vont analyser le littoral et poser un diagnostic avec leur regard, puis proposer des actions."

Certains parents auraient déjà, dans le cadre de leur profession, proposé un coup de main. Tous convertis par le retour d’expériences de bambins confrontés à la pollution plastique, aux mégots de cigarettes, à la surpêche ou au braconnage…


La suite du direct