“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Accord signé entre l'IUM et le Musée océanographique

Mis à jour le 11/10/2017 à 05:14 Publié le 11/10/2017 à 05:14
Robert Calcagno, Peter Kütemann et Jean-Philippe Muller, signataires de l'accord sous l'œil de Christophe Prat, directeur général du département de l'Intérieur.

Robert Calcagno, Peter Kütemann et Jean-Philippe Muller, signataires de l'accord sous l'œil de Christophe Prat, directeur général du département de l'Intérieur. Michael Alesi

Accord signé entre l'IUM et le Musée océanographique

Les deux entités entendent développer, avec Monaco Impact, une réflexion des étudiants sur des solutions innovantes de médiation autour des questions de développement durable

Robert Calcagno signe avec le sourire. L'accord conclu entre le Musée océanographique et l'International University of Monaco (IUM) va ouvrir son établissement sur des préoccupations d'avenir. « Il nous faut inventer le musée du XXIe siècle et son rôle dans la société qui n'est pas le même que celui du XIXe siècle initié par le prince Albert Ier, ni celui du XXe siècle sous l'ère du commandant Cousteau », commente le directeur.

Lequel précise aux étudiants : « Nous avons besoin de vos connaissances du monde digital »

Un concours d'idées

La vocation de ce partenariat inédit est « d'engager une réflexion chez nos étudiants sur la promotion et la communication des questions de développement durable, notamment la protection des océans. C'est un regard sur l'avenir, optimiste, qui a vocation à s'amplifier avec le temps », souligne Jean-Philippe Muller, directeur de l'université qui a voulu que la réflexion touche de façon transversale les étudiants. Il entend ainsi former les managers de demain, avec le gène « éco-responsable » intégré dans leur réflexion.

Après les métiers de la finance, du luxe et du yachting, l'IUM ajoute ici une nouvelle corde à ses formations avec des acteurs locaux, en s'attachant à une question qui compte en Principauté. La mise en œuvre de ce partenariat prendra la forme, dans les prochaines semaines, d'un concours parmi les étudiants qui aura pour objectif de développer des solutions innovantes et des outils de médiation autour de l'importance de la protection des océans.

Ce concours aura le support de l'association Monaco Impact, qui rassemble des entrepreneurs philanthropes « pour contribuer à l'image positive de la Principauté », souligne son président Peter Kütemann. L'association apportera son expertise et son soutien financier aux projets les plus audacieux, « et nous serons heureux de participer à son développement ».

Cet automne, les étudiants doivent commencer à se sensibiliser aux actions du Musée océanographique et aux problématiques environnementales qu'il étudie. Des groupes de travail seront ensuite formés pour commencer des sondages, études de marchés, et développer des recommandations stratégiques. Qui seront présentées aux équipes du musée en mai 2018.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct