Rubriques




Se connecter à

A Monaco, les anti-pass disent "stop" au port du masque à l’école

Dans une récente lettre adressée au ministre d’État, les anti-pass sanitaire de la Principauté regrettent le statu quo dans les écoles du pays et la prolongation de certaines mesures sanitaires.

thibaut parat Publié le 05/10/2021 à 09:00, mis à jour le 05/10/2021 à 10:41
Dès la classe de CP, les élèves ont pour obligation de porter le masque en Principauté. (Photo Jean-François Ottonello))

Depuis la dernière des trois manifestations populaires précédant le vote au Conseil national le 14 septembre de la loi sur l’obligation vaccinale au cœur des structures de santé, la voix des anti-pass sanitaire s’était faite plus discrète. La protestation se limitant alors au groupe Facebook, berceau de la mobilisation, à coups de vidéos et articles de presse accréditant leurs thèses et arguments qu’ils défendent mordicus.

Jusqu’à jeudi dernier. Avec la prorogation, le 24 septembre par le gouvernement princier, de certaines mesures sanitaires à Monaco (Port du masque en extérieur prolongé; statu quo dans les écoles; présentation du pass sanitaire dans les clubs sportifs amateurs à la convenance des dirigeants…), les contestataires ont repris la plume et adressé récemment une lettre au ministre d’État, Pierre Dartout.

Dans cette missive baptisée "Réflexions et propositions sur la situation sanitaire en Principauté", les anti-pass sanitaire estiment que ces mesures, prises alors que le taux d’incidence ne cesse de chuter (31,29 cas positifs rapportés à 100.000 habitants), "accentuent toujours plus la fracture sociale de la communauté monégasque".

"Un chantage"

Dans la foulée, ils incitent même l’exécutif monégasque à préciser officiellement quelle serait la couverture vaccinale suffisante pour espérer une levée des restrictions dans le pays.

Toujours opposés au pass sanitaire – "le maintenir reviendrait désormais à exercer un chantage à la vaccination" – ils pestent contre "l’extension du pass sanitaire aux clubs de sport dès 12 ans" qu’ils jugent "peu prudente" et "à l’encontre de tout principe de précaution".

 

Il convient, toutefois, de préciser que la présentation dudit document se fait à la convenance des dirigeants associatifs.

Un devis pour doter les salles de classe de purificateurs d’air

À l’instar du Conseil national, les anti-pass sanitaire regrettent surtout le statu quo dans les écoles et l’obligation du port du masque dès la classe de CP. Un groupe Facebook est d’ailleurs né pour dire "stop" à cette mesure. " Ces derniers doivent (sup) porter le masque en classe jusqu’à 9h par jour depuis 18 mois, et ce même en cours de sport en intérieur. Des solutions pour supprimer le masque avec prudence existent pourtant et ont été adoptées dans d’autres pays, à savoir des tests salivaires hebdomadaires, des prises de température frontales quotidiennes lors de l’arrivée à l’école, ou encore des purificateurs d’air dans les lieux clos", écrivent-ils. Et de joindre, en copie, un devis de 106.250 euros pour doter 250 salles de classe de purificateurs d’airs, inventés par une société monégasque et certifiés par un laboratoire allemand.

Sollicité ce lundi, le gouvernement princier n’a pas réagi à cette lettre adressée au ministre d’État.

Offre numérique MM+

...

commentaires

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.