"Le manque de moyens est criant", dénonce cette mère d’élève dont la fille a été privée de professeur de Français une partie de l’année

Kristell, maman d’un élève de première au lycée Renoir de Cagnes-sur-Mer, est en colère. La classe de sa fille a été privée de professeur de français plusieurs semaines dans l’année, alors que se profilent les épreuves du bac dans cette discipline.

Article réservé aux abonnés
Mathilde Tranoy Publié le 26/05/2023 à 08:10, mis à jour le 25/05/2023 à 20:10
Pour tenter de rattraper le retard, l’adolescente prend des cours particuliers,déplore la maman. (Photo d’illustrations Dylan Meiffret)

"L’Education nationale ne fait pas son travail. Le manque de moyens est criant. Ma fille est une bosseuse et elle est pénalisée sans que cela soit dû à son travail. Ce n’est pas juste" se désole Kristell, maman d’une élève de première au lycée Renoir de Cagnes-sur-Mer, classe privée de professeur de Français plusieurs semaines dans l’année. "Je suis en colère, frustrée et aussi désabusée. Ce n’est pas possible d’en arriver là".

Alors que l’année scolaire touche à sa fin et que les épreuves du bac français approchent, la tension monte pour l’adolescente et ses camarades de classe.

Une quarantaine d’heures de cours perdues

Malade, l’enseignante titulaire nommée n’a jamais pu assurer la classe. Elle a été remplacée, mais seulement à partir du 28 septembre. Trois remplaçants se sont succédé avec des périodes d’interruption de cours de plusieurs semaines. Au total, les élèves ont perdu environ huit semaines de cours, soit une quarantaine d’heures.

"Ce n’est pas la faute du lycée. L’établissement, qui subit aussi cette situation, a fait ce qu’il a pu pour trouver des solutions" poursuit cette maman de trois enfants.

Depuis le 9 mai, ce sont deux professeurs de l’établissement qui interviennent pour tenter de compléter la liste de textes que les élèves devront présenter à l’épreuve orale.

"Le lycée a pris les choses en main et obtenu une dérogation pour que les élèves de cette classe n’en présentent que 12, contre les 18 à 20 exigés. Les examinateurs seront prévenus. En revanche ils n’ont quasiment pas travaillé l’écrit. C’est la seule classe qui n’a pas pu passer le bac blanc. Ils ne sont pas préparés à gérer leur temps pour cette épreuve qui va durer 4 heures. Et parce que pour l’écrit, la copie est anonyme, l’examinateur ne saura pas les difficultés qu’ils ont rencontrées" s’alarme Kristell, qui a adressé un courrier à la rectrice de l’académie de Nice en ce sens.

"L’école est censée garantir l’égalité des chances"

"Je suis un peu désespérée pour ma fille. Je lui paie des cours particuliers de français, mais je pense à tous les élèves dont les parents n’ont pas les moyens. L’école est pourtant censée garantir l’égalité des chances. Parfois je me dis qu’on aurait peut-être dû mettre les enfants dans le privé".

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Monaco-Matin

Un cookie pour nous soutenir

Nous avons besoin de vos cookies pour vous offrir une expérience de lecture optimale et vous proposer des publicités personnalisées.

Accepter les cookies, c’est permettre grâce aux revenus complémentaires de soutenir le travail de nos 180 journalistes qui veillent au quotidien à vous offrir une information de qualité et diversifiée. Ainsi, vous pourrez accéder librement au site.

Vous pouvez choisir de refuser les cookies en vous connectant ou en vous abonnant.