“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Xavier Niel actionnaire de "Nice-Matin"? La direction du journal répond

Mis à jour le 17/06/2019 à 10:49 Publié le 17/06/2019 à 10:47
Le siège du journal Nice-Matin, à Nice.

Le siège du journal Nice-Matin, à Nice. Photo F. F.

Xavier Niel actionnaire de "Nice-Matin"? La direction du journal répond

L'homme d'affaires Xavier Niel a annoncé être entré en négociations exclusives pour reprendre une part majoritaire des 34% du groupe Nice-Matin que possède la société belge Nethys, a-t-il indiqué dimanche dans un communiqué. La direction du groupe Nice-Matin précise sa position.

"Le Groupe Nethys a informé mercredi 12 juin la direction de Nice-Matin qu'il était entré en négociation avec Xavier Niel afin qu'il prenne, via sa holding personnelle NJJ et dans des délais courts, une participation majoritaire au sein de la société Avenir Développement détenue par Nethys", a indiqué le fondateur de Free et copropriétaire du groupe Le Monde dans un communiqué relayé par l'AFP.

Le montant de la transaction n'a pas été précisé. Les 66% restants du capital appartiennent aux 456 salariés actionnaires de la Société coopérative d'intérêt collectif (SCIC).

La direction du groupe Nice-Matin a également publié ce lundi matin un communiqué. 

"Le Groupe Nice-Matin ainsi que son actionnaire principal, la SCIC Nice-Matin, ont pris connaissance du communiqué de presse accompli par M. Xavier Niel annonçant son arrivée comme futur actionnaire majoritaire de la société Avenir Développement, filiale du groupe belge Nethys et détenteur de 34 % du capital social de la société Nice-Matin.

Cette annonce par voie de presse constitue un choix étonnant puisque, tant la direction que l’actionnaire majoritaire, SCIC Nice-Matin, n’ont jamais reçu la moindre proposition, et encore moins projet du fondateur du groupe Free.

Cette prise de participation indirecte annoncée publiquement n’apporte aucune solution aux besoins de développement du Groupe Nice-Matin.

La direction du Groupe Nice-Matin rappelle qu’une procédure de sauvegarde a été ouverte devant le Tribunal de Commerce de Nice que deux coadministrateurs ont été régulièrement désignés, notamment pour accompagner le retrait du groupe Nethys du capital de la société.

Dans le cadre de leur mission, les coadministrateurs ainsi que la direction du Groupe Nice-Matin n’ont reçu qu’une seule offre, celle de la société Privinvest, dont l’actionnaire est M. Iskandar Safa.

L’offre présentée par ce dernier garantit par d’importants investissements la pérennité du Groupe Nice-Matin et par ailleurs, offre au groupe Nethys un remboursement intégral de l’ensemble des sommes investies au sein du journal, soit un montant de 20,9 millions d’euros.

Le communiqué de M. Xavier Niel fait mention d’un rapprochement avec la direction du journal Nice-Matin, rapprochement qui n’est jamais intervenu en début d’année comme le communiqué l’indique et qui ne pourrait se trouver comme sérieux en l’absence de toute proposition concrète au profit du Groupe Nice-Matin.

Les arrangements passés entre M. Xavier Niel et le groupe Nethys s’analysent comme une volonté continue du groupe Nethys d’imposer son choix exclusif dans l’éventuel repreneur de sa participation, au détriment de l’actionnaire majoritaire, soit les 456 salariés actionnaires de la SCIC Nice-Matin.

Cette annonce publique avant tout contact avec la direction et l’actionnaire majoritaire du Groupe Nice-Matin ne saurait correspondre à une pratique normale en matière d’entrée au capital d’une société de presse et peut être perçue comme hostile."


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.