Rubriques




Se connecter à

Vendeurs ambulants: au bonheur des fans de F1

Depuis mercredi, les vendeurs ambulants sont installés autour du circuit du Grand Prix de Monaco.

Marine Lecaque Publié le 27/05/2016 à 11:10, mis à jour le 27/05/2016 à 11:16
Les stands de produits consacrés au Grand Prix colorent le centre-ville, comme ici rue Princesse Caroline. Photo M.L.

Leurs articles sont souvent les mêmes que les années précédentes. Mais c’est avec un engouement intact que les visiteurs succombent à ce flot de produits dérivés.Casquettes Ferrari, tee-shirt Grand Prix, coques de téléphones, petits porte-clefs ou même serviette de bain, il y a de quoi s’habiller de pied en cape aux couleurs de l’événement.Qui sont ces camelots? D’où viennent-ils? Nous sommes allés à leur rencontre de ces femmes et de ces hommes qui installent leurs stands chaque année pour y vendre leurs produits dédiés à la Principauté et au sport automobile.

En famille

Frédéric Rocher et sa famille. Photo M.L..

Toute une brigade s’affaire derrière le stand. «On est arrivé vers 6 heures du matin, raconte Frédéric Rocher, 47 ans. Les gens affluent depuis 8 heures.Nous avons deux magasins de vêtements rue Grimaldi (1) et trois stands entre la rue Princesse-Caroline et la rue Suffren-Reymond.»

Situé à deux pas du port Hercule, leur petit commerce attire de nombreux chalands. «Ce qui se vend le plus, ce sont les casquettes et les vêtements pour enfants.En tout cas, nous essayons toutes les nouveautés des marques.»

Dans leur stand, un tee-shirt d’une écurie coûte entre 20 et 45 euros. Les casquettes se vendent une trentaine d’euros.Pour une veste, comptez environ 120 euros; entre 50 et 70 pour un sac.

 

Tous les soirs, il leur faut démonter entièrement leur installation. «Cela fait plus de trente-cinq ans que nous faisons le Grand Prix, poursuit le Monégasque. Comme tous les anciens, notre stand n’est pas bâché, on le remonte chaque matin.»

(1) Superdry et Il Teatro.

Les deux frères

Benjamin Douai travaille avec son frère. Photo M.L..

Hier matin, ils étaient en pleine installation de leurs produits sur les étals, rue Grimaldi. «Nous sommes de Monaco. On s’installe à peine, explique Benjamin Douai.On a monté le stand hier et là, tout est presque en place.»

Chez eux, on trouve de tout, de la serviette estampillée «Grand Prix de Monaco», aux polos, en passant par les tee-shirts floqués du tracé du circuit et les petits porte-clefs. Les deux frères, passionnés de Formule 1, ont l’habitude de ce petit business qui aide à mettre du beurre dans les épinards.

 

«Cela fait au moins cinq Grand Prix auquel je participe, poursuit Benjamin. Côté écuries, J’aime beaucoup McLaren.Il y a aussi Max Verstappen que j’apprécie. C’est un jeune qui a beaucoup de talent.»

Pour un tee-shirt ou une serviette, il vous en coûtera moins de 20 euros et moins de 15 euros pour une casquette.

Made in Italia

Aldo vient d’Italie pour le Grand Prix. Photo M.L..

«Cela fait quatre ou cinq ans que je fais le Grand Prix, explique Aldo Accardi, 25 ans. C’est toujours avec le même plaisir que je reviens à Monaco.Nous sommes arrivés en camion lundi et nous repartirons lundi prochain, le lendemain de la course.»

Installé au coin des rues Grimaldi et Suffren-Reymond, le jeune homme est venu du sud de l’Italie pour vendre ses produits.Sous sa bâche, on retrouve toute une multitude de vêtements et d’objets en tout genre, couleurs «GrandPrix», ou portant le logo Ferrari, Mclaren ou Lotus. «Il n’y a pas photo, c’est Red Bull qui a vraiment ma préférence.J’aime beaucoup cette écurie», se réjouit le jeune homme.

 

Chez Aldo, un tee-shirt se vend environ 35 euros et il faudra aligner 30 euros pour une casquette. En tout cas, l’Italien n’a qu’une seule préoccupation: la météo. «L’important pour nous, c’est vraiment le temps qu’il va faire.Dimanche, il est prévu de gros orages, j’espère que cela ne perturbera pas trop le business.»

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.