Rubriques




Se connecter à

Une créatrice de Monaco s'est emparée du masque pour le mettre à la mode

Les masques sont les nouveaux accessoires indispensables, crise sanitaire oblige. Une créatrice de mode de Monaco a développé des modèles à l’esthétique plus recherchée.

Ludovic Mercier Publié le 22/04/2020 à 10:56, mis à jour le 22/04/2020 à 11:34
À Monaco, c’est Angela Petrulli, membre de l’association des femmes chefs d’entreprise, qui dispose de deux ateliers de haute couture sous la marque AMC Haute Couture, qui a mis son grain de sel. DR

On se doutait que ça finirait par arriver. À force d’être fabriqué par tous les professionnels du textile, il fallait bien que le masque de protection sanitaire prenne du galon. À Monaco, c’est Angela Petrulli, membre de l’association des femmes chefs d’entreprise, qui dispose de deux ateliers de haute couture sous la marque AMC Haute Couture, qui a mis son grain de sel.

« Quand le confinement est arrivé, c’était vraiment un coup dur pour moi. Je venais d’ouvrir un deuxième atelier, presque personne n’a pu venir. Alors la première chose que j’ai faite, c’est changer le modèle qui était en vitrine pour mettre un modèle avec des fleurs. Il me fallait de la joie. »

Et puis, elle se met à fabriquer des masques pour ses clientes et pour ses amies. Mais pas question de sombrer dans la déprime : « Le masque, ça ferme le visage. Ça cache le sourire, c’est terrible. Alors j’ai utilisé les tissus que j’utilise d’habitude pour faire les petites robes d’été. » Des tissus liberty, couverts de petites fleurs, comme autant de promesses printanières. Et cette nouvelle activité complémentaire lui a donné des idées : « J’espère que tout ça se finira bientôt, mais je me dis que je pourrais faire des masques assortis aux robes, pour mes clientes qui voyagent. »

 

Un geste qui sera sans doute bien vu de la clientèle qui se rend souvent en Asie, par exemple, où le port du masque est véritablement monnaie courante.

Si le liberty est très joli, les messieurs préféreront sans doute quelque chose de plus sobre. Là aussi, Angela a pensé à tout : « J’utilise la popeline des chemises, avec des motifs à carreaux par exemple. »
Pour assurer une protection, elle utilise les patrons de l’Afnor et des filtres en polypropylène. Ces petits chefs-d’œuvre, même s’ils ne sont pas homologués, permettent à Angela de poursuivre son activité professionnelle.

Ils sont en vente à 15 € pièce, par téléphone ou par mail.

Mail : info@amchautecouture.com
Tél. 06.78.63.91.91.

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.