“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Un Sportel réduit mais tout aussi ambitieux en octobre à Monaco

Mis à jour le 13/06/2020 à 14:45 Publié le 13/06/2020 à 14:44
« Le Sportel se déroulera dans des conditions sanitaires idéales », promet Laurent Puons.

« Le Sportel se déroulera dans des conditions sanitaires idéales », promet Laurent Puons. Photo Michael Alesi

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Un Sportel réduit mais tout aussi ambitieux en octobre à Monaco

Le Sportel, manifestation majeure de l’automne, où se négocient les droits de diffusion des manifestations sportives, aura bien lieu. Mais crise oblige, il faut s’adapter, à tout point de vue

Il fléchit mais ne rompt pas. Laurent Puons, directeur général de Monaco Mediax, avait prévenu, il y a quelques semaines, alors qu’il annonçait l’inévitable annulation du Festival de télévision de Monte-Carlo : le Sportel aura bien lieu.

Cette manifestation majeure du « sport business », où se négocient les droits de diffusion des plus grandes manifestations sportives, sera le deuxième gros événement à se dérouler au Grimaldi Forum depuis le début de la crise sanitaire. Et le deuxième gros événement à Monaco, après le Monaco Yacht Show, avec lequel il aura un point commun. « Tout comme le Yacht Show, le Sportel se déroulera en version réduite. »

Lucide, mais optimiste, Laurent Puons en est certain, tout se passera bien : « Je pense que le scénario est au vert. Les spécialistes disent que la crise du Covid est derrière nous, les chiffres le prouvent ».

Avec la détermination qui le caractérise, il a mis en place très tôt une nouvelle façon d’aborder la commercialisation de l’événement, qui a évolué au fil du temps. « Nous avons mis en place de nouveaux packages, et nous sommes devenus beaucoup plus agressifs, dès le début de la crise ».

Arrivée du e-sport

Dans cette nouvelle stratégie, la faiblesse devient une force. La crise est devenue atout : « Nous communiquons fortement sur le fait que Monaco est l’un des rares pays où la situation sanitaire est irréprochable, puisque nous avons tous pu être testés, résidents ou travailleurs. Nous annonçons aussi que le Grimaldi Forum est à la pointe en matière de mesures de prévention, et que donc, le Sportel se déroulera dans des conditions sanitaires idéales ». Monaco, déjà réputée pour son confort et sa sécurité, serait donc l’endroit idéal pour remettre le pied à l’étrier.

S’il est conscient que les résultats n’auront rien de commun avec ceux des années précédentes, il choisit de rebondir : « Il y a déjà un certain nombre d’américains qui nous ont dit qu’ils ne viendraient pas. Alors nous allons nous concentrer sur le marché européen. Nous allons également développer une importante partie e-sport, gaming et betting [jeux vidéo de sport, jeux vidéo au sens large, et paris, ndlr]. »

Tout en sobriété

Les Sportel Awards, dont l’objectif est de récompenser les plus belles séquences sportives de l’année, auront lieu également. Mais là aussi, le format va changer. « S’il faut fournir des masques, nous le ferons. Mais vous imaginez un tapis rouge avec des masques ? On peut négocier des contrats quand on est masqués, mais pas faire un photo call ».

Dans le même esprit, cette année c’est la sobriété qui sera de rigueur : « Plus que jamais, cette année, chaque euro compte. Nous allons donc nous passer de tout ce qui est superflu. Tous nos clients vont devoir faire des coupes dans leurs budgets, ce serait mal venu que nous ne le fassions pas nous aussi. On ne peut pas se permettre un débordement de dépenses. Il faut que les Sportel Awards aient lieu, mais il n’y aura pas de soirée extraordinaire comme nous en avons l’habitude pour clôturer. »

S’il est optimiste, Laurent Puons reste prévoyant : « Si on prend une deuxième vague, évidemment qu’on annulera la manifestation. Mais je ne veux pas y croire. Je veux écouter certains scientifiques qui disent que le Covid-19 est derrière nous. »


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.