“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Soutenez l’info locale et Monaco-Matin > Abonnez-vous

Trois accords signés avec Azeris à Bakou pour le MEB

Mis à jour le 08/11/2016 à 05:09 Publié le 08/11/2016 à 05:09
Devant plus d’une centaine de chefs d’entreprise, Michel Dotta, le président du MEB, a signé deux accords de coopération avec des organismes azéris, sous les yeux du vice-ministre de l’Economie d’Azerbaïdjan (derrière lui à gauche).
Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Trois accords signés avec Azeris à Bakou pour le MEB

Les choses n'ont pas traîné. Au premier jour de la mission menée par le Monaco Economic Board en Azerbaïdjan, hier, les dirigeants économiques sont entrés immédiatement dans le vif du sujet

Six caméras de télévision, trois photographes, autant de journalistes. Le nombre de médias présents dans cette grande salle du Baku Business Center, hier matin à Bakou, laisse imaginer que la rencontre qui s'y prépare n'est pas anodine.

Quelques minutes avant l'ouverture des débats, la salle est pleine à craquer de chefs d'entreprise. D'un côté, celles et ceux du Monaco Economic Board, venus dans la capitale de l'Azerbaïdjan pour y mener une mission économique de deux jours. Ils sont 32. De l'autre, celles et ceux qui jouent à domicile, les Azéris. Ils sont plus du double.

Invitation au business

Les dirigeants des deux pays sont là, très clairement, pour faire du business. Le premier à le souligner et l'encourager est un certain Sahil Babayev, vice-ministre de l'Économie de la République d'Azerbaïdjan. Ce n'est pas rien.

« Cette rencontre se veut très concrète, indique-t-il en préambule. La collaboration entre nos pays est cruciale. Je vous invite tous à être actifs pour créer un environnement de business. » Un message qui s'adresse en priorité à ses compatriotes, à qui le membre du gouvernement, qui a étudié en Principauté durant quelques mois en 1997, assure que « Monaco est une excellente destination pour le tourisme, dans les domaines de l'assurance et de la banque, mais aussi des hautes technologies. » Et à l'attention des Monégasques : « L'Azerbaïdjan est un beau pays, dont le potentiel économique est intéressant pour vous. »

Des encouragements largement partagés par Michel Dotta, le président du MEB, pour qui « le renforcement des relations entre nos deux pays est une excellente nouvelle ». Et de le démontrer aux chefs d'entreprise azéris en lançant un clip de promotion des atouts économiques de la Principauté.

Les énergies renouvelables en commun

Il ne restait plus alors qu'à entrer dans le vif du sujet. Les choses n'ont pas traîné. Écourtant son passage pour cause de planning sans doute ultra-serré, le vice-ministre de l'Économie a proposé que les trois accords de coopération prévus soient signés illico.

Le premier engage le MEB et Azpromo, l'organisme de promotion des entreprises azéries. Pour la plus grande joie de son président Rufat Mammadov : « Nos deux pays ont intérêt à établir des relations de business. » Cet accord de coopération mutuelle vise à entretenir des échanges réguliers entre les deux organismes, faciliter les contacts pour les entreprises des deux pays, rendre leurs démarches plus efficaces. Michel Dotta a ensuite paraphé un second accord similaire, avec l'équivalent de la Chambre de commerce de ce pays du Caucase.

Le troisième accord était moins attendu. Il faut dire qu'il est consécutif à une visite à Bakou très récente, effectuée seulement dix jours plus tôt par Eric Villalonga, le gérant de la société « Monaco Green Energy », qui officiait, pour le coup, en tant que président de la Chambre des énergies renouvelables et de l'écologie de Monaco (Cerem).

« J'ai rencontré le directeur du Département des énergies renouvelables d'Azerbaïdjan, explique-t-il. J'ai découvert à quel point ce pays s'engageait dans ce domaine, avec une volonté politique très forte d'indépendance énergique d'ici à dix ans grâce aux énergies renouvelables. »

D'où l'idée d'un rapprochement via un accord de coopération, qui a donc été signé hier avec une société d'État azérie spécialisée dans les secteurs des énergies renouvelables. Cet accord servira à « mettre en place une coopération profitable à tous », mais aussi à « créer ensemble des systèmes en énergie renouvelable », explique Eric Villalonga.

Avant même que les chefs d'entreprises aient le temps de se rencontrer pour établir des dizaines et des dizaines de contacts (lire ci-dessous), Monégasques et Azéris étaient déjà entrés dans le concret.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.