“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Tout le détail sur la visite d’Etat de Xi Jinping à Monaco Des mesures de sécurité draconiennes et... contraignantes

Mis à jour le 23/03/2019 à 10:26 Publié le 23/03/2019 à 10:25
Un peu partout, en Principauté, le drapeau chinois flirte avec celui de Monaco, comme ci-dessus aux abords de la place du Palais. A l’hôtel Hermitage, une tente blanche a été dressée pour, peut-être, accueillir le président chinois pour une halte.

Un peu partout, en Principauté, le drapeau chinois flirte avec celui de Monaco, comme ci-dessus aux abords de la place du Palais. A l’hôtel Hermitage, une tente blanche a été dressée pour, peut-être, accueillir le président chinois pour une halte. Jean-François Ottonello

Tout le détail sur la visite d’Etat de Xi Jinping à Monaco Des mesures de sécurité draconiennes et... contraignantes

Avant de dîner avec Emmanuel Macron, le président chinois fait une halte au Palais princier pour rencontrer le prince Albert II. Une venue qui, forcément, induit une sécurité contraignante

Des drapeaux chinois flottant au vent, un peu partout en Principauté. Un panda, symbole de l’Empire du Milieu, au niveau de la Porte Neuve. Des allers-retours de vans noirs aux vitres teintées escortés par des motards de la Sûreté publique. Une présence policière plus visible que d’ordinaire. Même coupé des réseaux sociaux ou allergique aux médias, il faudrait être aveugle et sourd pour ignorer ce qu’il se trame. À Monaco, tout le monde ne parle que de la visite d’État du président chinois Xi Jinping, ce dimanche. Du caractère exceptionnel de cette venue au Palais princier - la première depuis l’établissement des relations diplomatiques entre les deux pays en 1995 - mais aussi des contraintes de sécurité qui en découlent (lire ci-dessous).

Repas de 40 personnes

Voilà, donc, pour le côté visible. Pour le reste - en l’occurrence les coulisses de cette rencontre sur le Rocher - on en sait un peu plus.

C’est en voiture - s’agira-t-il de la fameuse Hongqi flanquée de sa rangée de micros ou d’un véhicule blindé prêté par la France ? - que Xi Jinping et la première Dame, Peng Liyuan, débarqueront vers 13 heures sur la place du Palais princier. Une arrivée en hélicoptère ayant été écartée par les autorités chinoises.

Dans la Cour d’honneur se tiendra la prise d’armes et la revue des troupes, étapes protocolaires traditionnelles pour ce type de visite au sommet.

Dans la foulée, le président chinois signera le registre des chefs d’État, ce livre sur lequel les grands de ce monde griffonnent quelques mots et apposent leur signature, avant de poser pour une photo officielle aux côtés de son épouse, du prince Albert II et de la princesse Charlène.

Les deux chefs d’État participeront ensuite à une rencontre bilatérale, en présence de leurs délégations respectives, pour aborder bon nombre de dossiers d’ordre économique et environnemental. Au même moment, la princesse Charlène et Peng Liyuan assisteront à un bref récital donné dans la Salle des Gardes par la violoniste canadienne d’origine chinoise, Zhang Zhang. Si le timing le veut, une visite de la chapelle palatine pourrait être organisée.

Puis, direction la Salle du Trône où sera servi le déjeuner d’État. Un repas en « petit » comité de quarante personnes, dont les princesses Caroline et Stéphanie.

Une option de “confort” à l’hôtel Hermitage

Après cette pause culinaire, le prince Albert II et ses hôtes se rendront dans le Salon Bleu où ils seront accueillis par quatre danseuses du groupe folklorique de La Palladienne. Ces quatre mêmes qui, en 2010, étaient parties en représentation à Shanghai pour l’inauguration de l’Exposition universelle.

Voilà pour le volet tradition.

Et pour le clin d’œil, des élèves du lycée Albert-Ier étudiant le chinois, interpréteront en mandarin une petite pièce de théâtre. C’est sur cette séquence que le couple présidentiel prendra congé des époux princiers.

C’est peut-être à ce moment-là que Xi Jinping, avant de dîner le soir même avec Emmanuel Macron à la Villa Kérylos à Beaulieu-sur-Mer, fera une halte à l’hôtel Hermitage où une tente blanche a été installée à l’arrière pour une arrivée en toute discrétion. Une option de confort envisagée. L’hôtel reste ouvert à sa clientèle mais un groupe de chambres en carré a été sanctuarisé sur plusieurs niveaux. Des procédures habituelles pour un chef d’Etat d’une grande puissance mondiale.

À Monaco, où Xi Jinping et sa délégation devraient débarquer demain vers 13 heures, les mesures de sécurité sont tout aussi draconiennes qu’en France.

Et le caractère contraignant d’une telle visite d’État semble clairement amplifié par l’exiguïté du territoire. Soyons honnêtes, mieux vaut éviter toute balade dominicale en Principauté. Entre 10 h 30 et 16 heures, précisément. C’est dans ce créneau-là qu’un arrêté ministériel interdit toute manifestation et circulation sur les axes majeurs de la Principauté. De la frontière ouest, au niveau du Jardin exotique, en passant par l’échangeur Sainte-Dévote, la Condamine, Ostende, et Monte-Carlo. Sans parler du stationnement, lequel sera proscrit tout le week-end sur les artères susceptibles d’être empruntées par les cortèges chinois. Le Rocher, lui, sera littéralement sanctuarisé. Il ne sera possible d’y accéder que par le parking des Pêcheurs et les résidents devront impérativement montrer patte blanche.

Gare fermée, sauf pour deux trains

Et ne pensez même pas débouler par la voie ferroviaire : la gare de Monaco sera tout simplement fermée. Seuls deux trains pour Paris et la Russie seront autorisés à faire une halte. Ni par les airs ou par la mer, puisque les espaces aérien et maritime de la Principauté seront sous haute surveillance.

Le Musée océanographique et le marché de la Condamine, eux, fermeront boutique toute la journée.

Pas d’annulation, en revanche, pour la représentation de 15 heures à l’Opéra de Monte-Carlo pour laquelle il est préférable de prendre des précautions, en arrivant à l’avance et par l’est du territoire, si possible.

C’est sans nul doute pour les résidents, du moins pour ceux dont le domicile donne sur le tracé emprunté par le président chinois, que la contrainte s’avère à son paroxysme. De 10 h 30 à 16 h, il leur sera tout bonnement impossible d’ouvrir leurs fenêtres et de se trouver sur leurs balcons ou terrasses et d’avoir des objets susceptibles de tomber sur la voie publique, comme un communiqué de la Sûreté publique le précise. Et si l’envie leur prenait de sortir prendre l’air, il leur est conseillé d’avoir leur pièce d’identité et leur carte de résident sur eux.

Rien n’a donc été laissé au hasard. Pas même les plaques d’égouts qui semblent avoir été scellées. Si le dimanche est de nature tranquille à Monaco, les forces de l’ordre seront sans nul doute sur les dents. Ce jeudi encore, des tests de drone étaient effectués à la Sûreté publique.

Sur bon nombre d’artères, il sera impossible de stationner au risque de voir la voiture partir à la fourrière.
Sur bon nombre d’artères, il sera impossible de stationner au risque de voir la voiture partir à la fourrière. J-F.-O

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct