Rubriques




Se connecter à

Suppy vous livre vos courses alimentaires à domicile en 15 minutes

Basée depuis peu à Antibes, Suppy s’attaque au e-commerce alimentaire. Sa promesse: vous livrer à domicile en 15 minutes top chrono.

K.Wenger Publié le 11/10/2021 à 18:30, mis à jour le 11/10/2021 à 09:31
"Suppy met l’accent sur l’expérience client", expliquent Marc et Jamil Kai. (Photo D.R.)

L’idée

Livrer des courses de première nécessité à domicile en 15 minutes, c’est la promesse de Suppy. L’entreprise créée il y a deux ans à Beyrouth vient de s’installer à Antibes et surfe sur la tendance des dark stores, ces entrepôts de distribution et de préparation des commandes e-commerce, généralement de l’épicerie, dont l’usage a explosé durant la pandémie de Covid.

"Suppy s’appuie sur la technologie que nous avons développée depuis deux ans et testée depuis un an au Liban, souligne Marc Kai, cofondateur avec son frère Jamil et sa belle-soeur Cybil. Plus de 80magasins – physiques et dark stores – l’utilisent déjà et nous avons enregistré plus de 70.000 commandes en ligne pour un montant total de 6,5M$ en moins d’un an."

Le défi

"Notre solution est prête à être déployée en France", affirme le jeune ingénieur de Télécom Paris. Avec une spécificité toutefois: "Nous n’utiliserons pas de magasins physiques, uniquement des dark stores."

Les dirigeants sont d’ailleurs à la recherche de deux locaux sur la Côte d’Azur et de 500 k€ pour en financer l’ouverture d’ici la fin de l’année. Et son frère Jamil Kai de moduler: "Mais si un supermarché nous le demande, nous pouvons lui proposer notre solution en marque blanche. En tel cas, le client pourra se faire livrer ou chercher ses courses au drive et en click & collect."

 

Le service

La plateforme développée par Suppy permet de gérer le e-commerce alimentaire via plusieurs applications mobiles. Le but est de dépanner les clients 24 heures sur 24 et 7jours sur 7 en leur proposant les produits du quotidien: épicerie, entretien, bio, aliments pour animaux.

Pas plus de 2.000 références "pour que le consommateur trouve facilement ce qu’il cherche et surtout que l’opérateur ne passe pas plus de deux minutes à rassembler les articles", ce qui permet une livraison en 15 minutes maximum dont le coût est pris en charge par l’utilisateur.

L’investissement

Suppy emploie quatre personnes en France – 14 en tout réparties au Liban et à Dubaï. Cinq ingénieurs ont travaillé pendant deux ans pour développer la technologie. Marc Kai et sa famille ont investi 350.000 $: "des fonds propres et de l’argent provenant des différents contrats conclus avec les supermarchés libanais utilisant notre solution". 

La plateforme a trois modèles d’affaires: une commission sur chaque transaction ; de la publicité et un abonnement. Et envisage aussi de proposer la plateforme en marque blanche.

L’objectif

"Les deux dark stores de la Côte d’Azur sont notre point de départ en France", affirment les jeunes Libanais dont la feuille de route prévoit l’an prochain la création de quinze entrepôts dans les grandes agglomérations françaises.

La plus-value

"En France, le marché des darkstores a du potentiel", estime Marc Kai. D’ici cinq ans, jusqu’à 18% des consommateurs feront leurs courses alimentaires en ligne pour un panier moyen compris entre 50 et 70€.

 

Mais la plus-value de Suppy réside surtout dans l’expérience utilisateur: "Le client est géolocalisé et a accès aux produits du magasin/darkstore le plus proche de chez lui."

L’intelligence artificielle de la solution permet de synchroniser les produits en temps réel. "Il sait s’ils sont disponibles, a accès à ses paniers précédents, peut faire des recherches par rayon, choisir son créneau horaire pour la livraison, suivre l’état de sa commande."

Suppy propose aussi une appli destinée au back-office qui permet aux commerçants de répercuter immédiatement d’éventuels changements de prix, d’avoir accès à leur inventaire, d’ajouter facilement des produits avec leur description, photo... 

> suppy.app

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.