Six entrepreneurs positifs varois récompensés pour leurs valeurs

La cérémonie a mis en lumière six entrepreneurs varois pleins de "positivité".

Catherine Henaff Publié le 11/10/2022 à 07:45, mis à jour le 07/10/2022 à 21:24
Les gagnants et remettants des trophées dans les locaux de l'Ecole de la 2e Chance à La Garde. (Photo C.H.)

Mettre en lumière les entreprises porteuses de valeurs, c’est l’objectifs des Trophées des entrepreneurs positifs organisés par la CPME Région Sud et déclinée dans les départements de Provence et Côte d’Azur. La cérémonie varoise, orchestrée par l’UPV et la CPME83, a récompensé six entreprises mardi dernier, dans l’amphithéâtre de l’Ecole de la 2e Chance à La Garde.

"Avec ces trophées, nous sommes en adéquation avec notre ADN, notre mode de pensée. L’ensemble fait sens." Dans son discours d’introduction, la présidente de l’Union patronale du Var (UPV) et présidente de la CPME83, Véronique Maurel, a insisté sur ce qui fait l’unité du syndicat patronal, "premier de France", a-t-elle rappelé.

Et s’adressant aux vainqueurs de la soirée: "Vous allez maintenant porter nos couleurs pour concourir à Gap [où se déroulera la finale régionale, ndlr]. Vous allez incarner nos valeurs. Je vous souhaite pleine réussite."

 

La présidente a insisté sur l’importance des valeurs humaines, dont l’amitié. Dans la salle, son ami et président de la CPME Sud, Alain Gargani, n’a pas perdu une miette du discours. Il ajoutera lui-même, au micro, que la CPME est la première organisation nationale française avec plus de 243.000 adhérents. Il parlera aussi des difficultés des entreprises à recruter et des encouragements nécessaires aux chefs d’entreprise.

"Il y a trois ans, on a eu cette idée de mettre à l’honneur les hommes et les femmes qui travaillent tous les jours pour payer leurs salariés. C’est un moment de partage et d’émotion. J’annonce qu’à Gap, ils ont déjà tout préparé. Il faudra y aller. "

Voici les six trophées attribués.

Bienveillance à Stéphane Benhamou, Super U de Saint-Zacharie

Stéphane Benhamou n’ayant pu être présent, c’est Antoine Mabille, de l’Hyper U des Arcs, qui a commenté: "Je me souviens de mes première années: la bienveillance, c’était tout un poème. On utilisait le mode directif ou super directif. Heureusement, les collaborateurs ont changé. Ils ont besoin de comprendre ce qu’ils font et pourquoi ils le font. Il y a deux ans, Stéphane Benhamou a voulu inscrire une raison d’être dans les statuts de l’entreprise."

La raison d’être est "constituée des principes dont une société se dote, et pour le respect desquels elle entend affecter des moyens dans la réalisation de son activité" (loi PACTE).

Super U de Saint-Zacharie

Stéphane Benhamou n'ayant pu se déplacer, Antoine Mabille de l'Hyper U des Arcs a reçu le prix à sa place. (Photo C.H.).

Eco-responsabilité à Julie Hermet, L’Econome

Lutter contre le gaspillage alimentaire, c’était l’idée de Julie Hermet lorsqu’elle a fondé L’Econome sur le modèle associatif en 2017 à Belgentier.

Les missions de L’Econome consistent à collecter les fruits et légumes invendus chez les producteurs, en distribuer une partie aux associations caritatives et valoriser l’autre partie en la transformant en confitures, caviars et chutneys dans une conserverie mobile. Les bocaux sont ensuite revendus par le producteurs. Ils sont également distribués dans un réseau de points de ventes dans le Var.

Julie Hermet travaille avec Valentina Zanini, cheffe cuisinière, et Faustine Bochu. "L’éco-responsabilité, c’est une valeur qu’on porte tous les jours, en transformant des surplus qui seraient perdus, en bocaux. On en est à vingt tonnes sauvées du gaspillage et valorisées."
L’association proposera, début 2023, une vente en click’n’collect. Le temps de refondre le site et d’organiser le service.

> leconome.org/

Julie Hermet est Econome et responsable. (Photo C.H.).

Courage à Sabine Conte, Vobiscribo

"Je viens d’arriver dans la région et commence à poser mes marques. Je vous remercie pour votre accueil. Je propose avec Vobiscribo, un service d’assistance administrative à domicile pour les entreprises et les personnes vulnérables."

Sabine Conte est expérimentée en intervention sociale. Elle propose une large éventail de domaines d’intervention.

> Vobiscribo

Avec Vobiscribo, Sabine Conte propose un service d'assistance administrative à domicile. (Photo C.H.).

Créativité à Charlotte Dubost, Megara

"Je suis très fière de vous remettre ce prix qui vous ressemble", a commenté la vice-présidente de l’UPV Patricia Lassault. Charlotte Dubost, qui vient de fêter les 19 ans de Megara/BerceauMagique, ne compte plus les prix, ni les projets. Elle emploie 35 salariés.

> Megara

En 2003, Charlotte Dubost a créé Mégara, éditeur toulonnais de sites web dédiés à la parentalité, dont Berceaumagique.com, plateforme marchande d'articles pour bébés et futurs parents. (Photo C.H.).

Persévérance à Anse Technology

Jean-Christophe Julien et Olivier Beltra ont créé Anse Technology en 2012 et mis au point une carte qui transforme le téléviseur en object connecté et en télépvision sociale.

D’autres projets innovants ont vu le jour depuis. "La Française des Jeux nous a confié le développement d’un système d’affichage des cotes sportives pour les téléviseurs dans les bars."

> anse-technology.com/

Le prix de la persévérance récompense une entreprise qui fait preuve d’une détermination sans limite et d’une énergie débordante. C'est bien la définition d'Anse Technology. (Photo C.H.).

Solidarité à Pascal Bataillé, Adonis

Pascal Bataillé est à la tête d’Adonis, une chaîne d’hôtels et de résidences qu’il a fondée en 2010. L’ouragan auquel il a survécu en 2017 l’a conduit à s’associer à la Fondation K1 pour apporter un soutien aux familles vivant dans la précarité. Il finance également l’association Rêves qui réalise les rêves d’enfants malades ou condamnés.

> Adonis Hôtels et Résidences

 

Pascal Bataillé, fondateur d'Adonis Hôtels et Résidences, a reçu le prix de la Solidarité. (Photo C.H.).

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.