“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Saisonniers: Pôle Emploi prêt à "faire face aux demandes" dans les Alpes-Maritimes

Mis à jour le 03/06/2020 à 08:55 Publié le 03/06/2020 à 08:51
Les saisonniers représentent 41 % de l’emploi dans notre département.

Les saisonniers représentent 41 % de l’emploi dans notre département. Photo Sébastien Botella

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Saisonniers: Pôle Emploi prêt à "faire face aux demandes" dans les Alpes-Maritimes

Alors que l’hôtellerie-restauration se remet difficilement d’une crise sans précédent, Pôle Emploi des Alpes-Maritimes est en ordre de bataille pour accompagner le recrutement des saisonniers.

Beaucoup croyaient devoir y renoncer.Finalement, les employeurs de l’hôtellerie-restauration, s’ils se relèvent péniblement du confinement et doivent encore faire face aux restrictions, auront besoin de saisonniers. Chrystèle Diebold, directrice adjointe de Pôle Emploi dans les Alpes-Maritimes, expose les enjeux.

Que représente l’emploi saisonnier dans les Alpes-Maritimes?
Les saisonniers représentent 41% de l’emploi dans notre département. Essentiellement dans le secteur de l’hôtellerie-restauration-tourisme. On en a aussi dans le domaine événementiel, et beaucoup également dans le commerce. En fait, dans tous les métiers liés à la saison.

L’année est compliquée…
Particulièrement. Nous, habituellement, nous travaillons pendant les mois de mars et avril sur la préparation des saisonniers. Avec des forums, du "job-dating"… En accompagnement des entreprises dans le recrutement. Ce travail ayant été fait, nous serons en capacité de répondre rapidement. Nous sommes prêts. Maintenant, tout sera décidé en fonction des mesures de distanciation sociales et possibilités de déplacements. Mais tous nos conseillers sont opérationnels, nous pouvons faire face aux demandes.

L’emploi saisonnier: job d’appoint ou, pour certains, le quotidien?
Effectivement, pour toute une partie de la population, c’est un rythme habituel. Une façon de travailler. Mais nous avons, particulièrement cette année, des demandeurs d’emploi qui souhaitent se réorienter vers des activités qui ne soient pas saisonnières. La crise a pu être un déclencheur de quelque chose qui était sous-jacent.Se demander chaque année si l’on va trouver un employeur, ce n’est pas forcément simple.Nous avons donc des demandes de réorientation sur des métiers pérennes.

Des métiers pérennes dans la restauration?
Cela peut arriver. Par exemple, des gens qui veulent passer à la restauration collective, plutôt que de continuer à exercer une activité saisonnière. Mais nous pouvons avoir aussi des préparateurs de commande qui veulent aller vers l’industrie, ou des femmes de chambre dans l’hôtellerie qui sont attirées par les services à la personne. Ce type de transférabilité est très facile. La période que nous traversons peut être propice à la préparation d’un nouveau projet, sachant que Pôle Emploi propose des formations sur des métiers en tension, comme le nettoyage ou la santé.

Y a-t-il un changement de nature du public?
Les employeurs vont certainement chercher la personne idéale immédiatement.Par conséquent, des compétences comme la maîtrise des langues favoriseront le recrutement.

Donc, tout est prêt?
En principe, la saison débute dès le mois d’avril et se poursuit jusqu’au 15octobre.Mais tous les secteurs sont impactés, et il manquera le public étranger qui a un autre portefeuille de dépenses que le public français.

Les étudiants aussi sont fortement pénalisés?
Nous n’avons pas les étudiants en tant que demandeurs d’emploi. Habituellement, les communes organisent des forums sur ces jobs d’été et nous venons en appui.Nous n’avons pas encore été sollicités, mais là encore, nous sommes prêts.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.