Rubriques




Se connecter à

Recyclage des cheveux: pourquoi ce coiffeur varois a vu juste

Professionnel à Saint-Zacharie, Thierry Gras, fondateur de Coiffeurs Justes, récupère les cheveux de 4.500 salons de coiffure pour réaliser des boudins qui absorbent les hydrocarbures.

Ambre Mingaz Publié le 01/02/2021 à 19:08, mis à jour le 01/02/2021 à 19:11
L'action de Thierry Gras a permis de structurer une nouvelle filière autour du recyclage du cheveu. Aujourd'hui, plus de 4.500 salons de coiffure en France et en Europe adhèrent à cette démarche. (D.R.)

L’idée

Après avoir lancé l'égalité des tarifs hommes-femmes sous sa licence de marque For Hairdresser Family Fair en 2014, Thierry Gras, coiffeur depuis 30 ans à Saint-Zacharie, milite pour le recyclage des cheveux afin de lutter contre les pollutions d’hydrocarbures. Sélectionnée pour le concours de La Fabrique Aviva, son association Les Coiffeurs Justes qui repose sur l'économie circulaire connaît un beau succès avec plus de 4.500 salons adhérents, soit 10.000 coiffeurs en France et en Europe.

Le défi

Si des sociétés comme Capillum explorent aujourd'hui cette filière du recyclage des cheveux, dès 2015 Thierry Gras menait les premières études à Brignoles pour tenter d’obtenir une subvention via le fonds européen pour l'économie circulaire afin de développer son projet.

L’objectif

Étendre encore ce recyclage à toute l’Europe. Thierry Gras veut surtout réduire les micropollutions. D'où son idée de boudins à cheveux pour les fonds de cale des bateaux afin d'absorber les fuites d'hydrocarbures. «On travaille avec les ports de plaisance de PACA pour les rendre obligatoires et quantifier cette pollution. Il y a beaucoup d'hydrocarbures autour des stations d'avitaillement notamment.» Ainsi que pour les bassins d’orage routiers.

L’investissement

Les Coiffeurs Justes ont décroché le premier prix de l'EcoMasterClass organisé par TVT Innovation en septembre 2020 (4.000 euros), ainsi que la subvention Filidéchet de la Région Sud en 2019 (25.000 euros). Depuis un an, la communauté d’agglomération de la Provence Verte a mis à disposition un local de 120 m2 dans la zone de Nicopolis à Brignoles pour stocker les sacs de cheveux (jusqu'à 100 tonnes aujourd'hui). Un centre d’insertion doit ouvrir en février à Draguignan qui permettra à une quinzaine de personnes d'y fabriquer les boudins à cheveux.

 

Le concept

Les coiffeurs intéressés n'ont qu'à s'inscrire sur le site (25 euros par an d’adhésion). La Poste de Brignoles a mis ses services à disposition pour envoyer et recevoir les sacs à cheveux, des sacs écologiques, compostables et validés par la Direccte du leader de l’emballage brignolais Smurfit Kappa. Jusqu'ici, l’association faisait appel à des ESAT et IAE pour transformer les cheveux récoltés en boudins à cheveux dépolluants. «Je leur donne la matière pour qu'ils travaillent à coût réel et non à coût bas», précise Thierry Gras. Des boudins ont été installés dans des ports test. Sachant qu’1 kg de cheveux absorbe jusqu’à 8 litres d’hydrocarbures et les boudins peuvent être réutilisés jusqu’à 8 fois.

coiffeurs-justes.com

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.