“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Qui a tué Drost Notthoff et masqué son meurtre en suicide en le pendant dans son jardin?

Mis à jour le 30/10/2017 à 10:35 Publié le 30/10/2017 à 07:12
Le paisible quartier de La Pella avait été bouleversé a l'annonce de la mort du discret résident allemand.

Le paisible quartier de La Pella avait été bouleversé a l'annonce de la mort du discret résident allemand. Photo DR

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Qui a tué Drost Notthoff et masqué son meurtre en suicide en le pendant dans son jardin?

Six ans après la découverte de son corps dans sa villa des Alpes-Maritimes, coup de théâtre dans l'affaire Drost Notthoff: selon les enquêteurs, il a été assassiné. Un couple est renvoyé aux assises.

Gritt Pierru, une ressortissante allemande de 47 ans, est une femme ordinaire qui n'avait encore jamais été confrontée à la justice. Invitée à s'expliquer dans le cabinet d'un juge d'instruction niçois, elle se met à vomir. Elle avoue... puis vomit encore.

Comme pour se libérer du poids d'une culpabilité, expulser un secret trop longtemps enfoui, elle donne des détails sur sa relation avec Georges Pierru, son mari, évoque Drost Notthoff, son ancien compagnon. Elle n'en finit plus de vomir.

La juge d'instruction reste imperturbable. Elle sait que l'instant est crucial pour la manifestation de la vérité dans cette mystérieuse affaire.

Nous sommes en janvier 2015, plus de trois ans après la découverte de Drost Notthoff, 53 ans, pendu dans son jardin. Il apparaît de plus en plus que le suicide de cet homme doué pour les affaires masquait un crime.

Les suspects se rejettent la responsabilité

L'enquête est aujourd'hui terminée. Gritt et Georges Pierru, 50 ans, un couple installé dans l'Aude, viennent d'être renvoyés pour assassinat devant la cour d'assises des Alpes-Maritimes par la chambre de l'instruction d'Aix-en-Provence. Le procès se tiendra courant 2018 à Nice.

Gritt Pierru (née Topfer) aura peut-être d'ici là retrouvé son nom de jeune fille. Ses conseils, Me Sabria Mosbah et Me Luc Ferlaud ont lancé une procédure de divorce. L'amour fou d'hier a laissé place à un fort ressentiment réciproque, pour ne pas dire plus... Les deux suspects se rejettent la responsabilité de la mort de Drost Notthoff, gérant de société retrouvé mort à Eze-Village le 26 septembre 2011.

La thèse du suicide de Drost Notthoff avait d'abord été privilégiée. Son bailleur l'avait découvert pendu, à moitié dévêtu, dans le jardin de la propriété, avenue de la Marne, dans le paisible quartier de La Pella.

Au moment de l'autopsie, le médecin légiste est circonspect et fait part de ses doutes au parquet de Nice. La victime est bien décédée par suffocation, le larynx est écrasé. Mais pas forcément à cause de cette corde dont le nœud a été étrangement confectionné.

Pas le profil d'un dépressif

à l'époque, le procureur Eric Camous garde le dossier au chaud, se disant qu'un coup de théâtre n'est pas à exclure.

D'autant que les proches du défunt ne comprennent pas. Drost Notthoff, épicurien toujours prêt à faire la fête, n'avait pas le profil d'un dépressif aux idées noires. Sa société monégasque de vente de billets VIP pour les grands événements sportifs et artistiques était florissante. Il avait rencontré une nouvelle compagne. La séparation avec Gritt ne s'était pas mal passée. Il lui avait même laissé une carte bancaire pour subvenir à ses dépenses courantes.

Jusqu'à ce qu'il lui fasse remarquer qu'il était temps de lui rendre cette carte. Le rendez-vous n'était-il pas fixé le 25 septembre 2011? Serait-ce le point de départ d'un crime prémédité?

La brigade de recherche de Nice découvre que le couple Pierru était le 25 septembre 2011 sur la Côte d'Azur. Les enquêteurs convoquent Gritt Pierru mais elle ne daigne pas se déplacer. Cette volte-face les renforce dans leurs convictions: M. et Mme Pierru sont sans doute les dernières personnes à avoir rencontré la victime...

Le couple reconnaît finalement être venu à Eze pour rencontrer Drost Notthoff le jour de sa mort mais affirme qu'il était absent.

Il y a également cet étrange testament où Drost Notthoff stipule que la totalité de ses biens revient à Gritt. L'expert graphologue émet les plus grands doutes sur son authenticité.

Sans argent

En 2013, le procureur de la République demande à un juge d'instruction de poursuivre les investigations.

L'enquête, en France et en Allemagne, est longue mais permet de réunir des charges contre le couple en proie à de graves difficultés financières. Georges Pierru n'a-t-il pas été condamné pour une escroquerie à la Sécurité sociale?

En janvier 2015, plus de trois ans après le décès suspect de Drost Notthoff, les gendarmes interpellent le couple dans son village de Laure-Minervois (Aude) où il tenait une galerie d'art depuis peu liquidée.

Gritt passe des aveux complets. Georges Pierru, artiste-peintre originaire du Nord, nie toute implication.

Me Gérard Baudoux qui, avec Me Julien Darras, assure la défense de Georges Pierru, rappelle que son client "conteste toujours avoir participé à quoi que ce soit dans cette affaire".

"Un réel problème se pose sur la date exacte du décès de Drost Notthoff, souligne le pénaliste. La datation est aléatoire. Or, dans l'une des hypothèses, mon client est à des centaines de kilomètres d'Eze et cela l'exonère de toute implication."

"On n'imagine pas un homme seul pouvoir mettre en scène le suicide de M. Notthoff, qui était assez corpulent", ajoute Me Darras qui suggère que d'autres pistes, liées aux affaires de la victime, sont restées inexploitées.

La défense de Geoges Pierru estime que l'accusé peut bénéficier "d'un doute raisonnable" dans cette affaire criminelle qui n'a pas encore révélé tous ses secrets.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.