Rubriques




Se connecter à

Quels projets pour demain selon le nouveau directeur de la Banque des Territoires en Paca?

La Banque des Territoires, établissement public organe de la Caisse des Dépôts créé en 2018, vient de nommer Alexis Rouque à la direction régionale PACA. Sa feuille de route ?

Agnès Farrugia Publié le 14/12/2021 à 18:30, mis à jour le 10/12/2021 à 15:37
Depuis le 1er novembre, Alexis Rouque est le nouveau directeur de la Banque des Territoires PACA. Il entend être "le catalyseur des projets de tous les territoires." D.R.

"L’intérêt général a trouvé sa banque." Tel est le slogan de la Banque des Territoires. Une phrase qui n’a rien de générique quand on regarde de plus près les engagements de l’établissement public, organe de la Caisse des Dépôts, créé en 2018.
Dotée d’ingénieurs, d’architectes, et de financiers, la Banque des Territoires se veut l’interlocuteur privilégié des collectivités territoriales, établissements publics et entreprises pour impulser des projets d’aménagement d’envergure. Quels types de projets ? Ceux au plus près du quotidien des citoyens, avec, toujours, un regard tourné vers l’avenir. En Région Sud, Alexis Rouque est depuis le 1er novembre le nouveau directeur régional de l’établissement public. Il succède à Richard Curnier qui prend la direction régionale Île-de-France. Alexis Rouque, passé par l’IEP de Bordeaux, l’ENA, a été inspecteur des douanes, conseiller technique du ministre du Logement Benoist Apparu, a dirigé le Port autonome de Paris, été contrôleur à la Cour des comptes, et président de la Fédération des promoteurs constructeurs de Paris. Un CV bien rempli qui lui vaut la casquette de super-aménageur visionnaire de la Banque des Territoires, au service de la Région Sud.

Quelle direction souhaitez-vous donner à votre mission?
La Banque des Territoires se veut un catalyseur, un facilitateur des projets du territoire. J’ai à cœur d’accompagner cette dynamique avec, comme bagage, la pluralité de mes expériences professionnelles. Regarder un projet avec, comme fers de lance, les citoyens et l’environnement. Penser à demain. Et même, après-demain.

 

Quelle feuille de route?
Elle est établie au national et se veut fidèle au Plan de relance lancé par l’État. L’accent sera donc mis sur la transition énergétique, la lutte contre les fractures territoriales, l’immobilier et la mobilité. En somme, tout ce qui pèse sur la vie quotidienne des citoyens.

Quelle difficulté pour votre mission en Région Sud?
De Marseille aux Alpes-de-Haute-Provence, il existe de grandes disparités et nombre de territoires ruraux ont besoin d’être dynamisés. Nous répondrons bien entendu présents pour accompagner toute l’industrie touristique, très ancrée, au travers de projets portés par les sociétés d’économie mixte, les collectivités locales ou les entreprises privées. Notre rôle premier est de nous interroger sur ce qu’est le bon aménagement d’un territoire. Action Cœur de ville est un programme national par exemple qui, dans les Alpes-Maritimes, concernera Grasse et Vallauris. Petites Villes de demain, Tende-Breil-Sospel, Roquebillière... et Avenir Montagnes, soixante territoires en France. Là, nous mettons des crédits d’ingénierie à disposition pour faire mûrir les projets, accorder des prêts par la suite ou carrément, mettre un ticket et investir. Pour l’heure, il s’agit essentiellement de revitaliser les centres-villes, villages, accélérer la transition énergétique ou diversifier la clientèle, pour redonner des perspectives à des collectivités qui en manquent.

Quels sont les outils phares pour redynamiser les territoires?
Il en existe énormément ! Nous prêtons beaucoup aux organismes HLM (construction, réhabilitation de logements sociaux), aux collectivités (pour des complexes sportifs, modernisation des réseaux d’assainissement d’eau, extension des écoles...), voire à d’autres organismes publics comme l’hôpital Fréjus Saint-Raphaël que nous aidons dans la réfection de son service d’urgence. Ce sont généralement des prêts à effet de levier car ils ne sont jamais le financement total de l’opération. Nous avons également lancé cette année ViagéVie à Marseille avec Soliha Provence et le Groupe La Poste. Un dispositif intergénérationnel qui permet le maintien à domicile des personnes âgées de plus de 75 ans. Un viager qui garantit aux seniors, dont les revenus sont modestes, une sécurité financière (comme un viager) et un accompagnement humain personnalisé et toute une palette de services (travaux d’adaptation du logement...). Au terme du viager, le logement est vendu ou loué à des ménages qui ne peuvent bénéficier de financements classiques. Cela répond aux problématiques sociétales que sont le vieillissement de la population et la précarisation des seniors, et ce pourrait être dupliqué en Région Sud.
Il y a d’autres dispositifs, mais globalement, nous sommes partout où il y a un besoin du marché. Pour rendre possible ce qui ne le serait pas sans nous.

Avec Intracting, adoptez une rénovation énergétique intelligente


Pour encourager les collectivités locales à rénover ses bâtiments énergivores, la Banque des Territoires distribue un produit original: l’Intracting. Premier exemple à Grasse avec la rénovation d’une école de 4.000 enfants. L’idée est de financer les travaux d’efficacité énergétique du lieu (changement d’huisseries, isolation, système de chauffe...) et de rembourser ce prêt via les économies d’énergie réalisées du fait des travaux. Alexis Rouque précise que "ce financement ne vient pas impacter le budget de la collectivité".
Une solution intéressante financièrement et vertueuse. Car les bâtiments publics représentent à eux seuls 20% des émissions de gaz à effet de serre en France, car anciens, mal isolés et donc énergivores.
D’autres projets sont en cours dans la région pour des écoles, bureaux, piscines, éclairage public. "Nous sommes très présents sur la transition écologique en général : nous sommes co-actionnaires de l’UVE à l’Ariane (traitement des déchets), nous finançons la décarbonation des bus de la Métropole de Toulon..."

Offre numérique MM+

...

commentaires

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.