Quelle est cette société basée à Carros qui va faire décoller le monde de l’étiquette?

La TPE carrossoise LP2i, spécialiste des étiquettes adhésives, va bientôt acquérir une machine des plus performantes, pour davantage coller au marché.

Agnès Farrugia Publié le 27/09/2021 à 18:30, mis à jour le 24/09/2021 à 18:18
Patrice Néri et son fils Axel font sans cesse évoluer LP2i, spécialiste des étiquettes adhésives. La Carrossoise sera bientôt la seule équipée d’une machine numérique pour finitions ultraprécises en 3D. Photo A.F.

L’idée

Patrice Néri crée sa société en 1989. Il a 26 ans et vend des consommables pour matériel informatique. En 2010, il pivote et fait de LP2i, toujours basée à Carros, l’une des quatre entreprises régionales spécialisées dans l’étiquette adhésive. À la pointe de la technologie, il renouvelle son parc de machines tous les deux ans et pourra réaliser, avec son prochain bijou livré en fin d’année, toutes les étiquettes que vous pouvez imaginer.

Le service

Autour de vous, les étiquettes sont omniprésentes. Parfums, cosmétiques, peintures, boissons, on n’échappe pas à une marque qui veut coller au produit. EA Pharma, Agro’Novae, Biocyte, Blue Coast, Forté Pharma comptent parmi les 300 clients fidèles de l’entreprise LP2i et la future machine venue d’Italie devrait révolutionner le milieu. "Au lieu de travailler sur des grandes séries à partir d’un cliché, puis par couches, il suffira d’un fichier informatique où les instructions seront données et traitables à l’instant T : vernis et dorures 3D, bi-matières, ciselure, recto verso... Si le client veut changer une lettre, ce sera fait dès l’étiquette suivante."

Le défi

"Continuer de m’amuser dans mon métier, poursuivre le développement de l’entreprise en cherchant sans cesse de nouvelles technologies pour booster la production et flirter avec les 5 millions d'euros de chiffre d’affaires l’année prochaine." Le patron de LP2i cherche aussi à préparer une belle transmission à son fils Axel. "C’est un projet de vie. Je me suis lancé seul à 26 ans, j’ai avancé pas à pas. J’ai pris des risques qui ont payé. À lui de prendre soin du bébé quand j’irai élever des chèvres en Corse (rires)."

L’investissement

Au total, dans ses machines, Patrice Néri a investi 2 à 3 millions d'euros. Et 500.000 euros pour sa petite dernière. Il est déjà en train de lorgner sur une autre perle rare dénichée à Florence et qui devrait être dans ses locaux d’ici deux ans. En 2013, il a ouvert une succursale à Monaco et emploie au total dix salariés "qui ont commencé en tant qu’apprentis pour certains, tous passionnés et intéressés aux résultats, parce que c’est important" pour un chiffre d’affaires 2021 de 4 millions d'euros.

La plus-value

"La seule limite sera la créativité du client. Tout sera réalisable à partir d’un simple fichier informatique, ce qui apporte un gain de temps phénoménal et permet un tarif avantageux au vu du temps gagné par les équipes qui ne travailleront plus à partir d’un cliché." Patrice Néri, le patron, est comme un bambin qui attend le Père Noël. Il sait la précision et les possibilités infinies de cette machine qui mêlera impression classique et numérique et a déjà une belle palette de clients intéressés, tout aussi impatients.

 

L’objectif

À la question quelle étiquette aimeriez-vous réaliser, le patron répond "Celle de L'Oréal ou du n°5 de Chanel". Patrice Néri, peut bien en rêver, il vient de signer celle de la fragrance de Grace De Monaco Promenade sur le Rocher, "une étiquette simple en apparence mais très technique, avec un papier spécifique, waterproof, résistant au solvant..." La société travaille avec 60% de clients locaux, 40% nationaux, sous-traite pour d’autres imprimeurs attirés par son parc machine. L’international? "Je n’y suis pas fermé, répond le patron. Acheter un produit, c’est acheter une étiquette et avec la techno que nous apporterons, les opportunités seront multiples."

Lp2i-etiquettes.com

 

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.