“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Soutenez l’info locale et Monaco-Matin > Abonnez-vous

Près de 90 % du personnel de la SBM est à l’arrêt à Monaco

Mis à jour le 26/03/2020 à 20:47 Publié le 26/03/2020 à 22:00
La SBM, dont fait partie l’Hôtel de Paris, compte près de 4.500 salariés dont plus de 1000 emplois administratifs.

La SBM, dont fait partie l’Hôtel de Paris, compte près de 4.500 salariés dont plus de 1000 emplois administratifs. Photo Jean-François Ottonello

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Près de 90 % du personnel de la SBM est à l’arrêt à Monaco

Monte-Carlo au point mort. Du jamais vu depuis la Seconde Guerre mondiale. Un séisme pour la Société des Bains de Mer.

Conséquence directe de la crise du coronavirus: près de 90 % des quelque 4 000 employés sont au chômage technique temporaire. La plupart des hôtels sont fermés. Aucun bar, aucun restaurant, aucune boutique ne fonctionne.

En mars, la société a perdu 92 % de son chiffre d’affaires, comme l’a confirmé à l’antenne de Monaco Info, mercredi soir, le président-délégué, Jean-Luc Biamonti.

Tsunami sanitaire et économique

Un coup dur pour l’entreprise, sortie de ses années de travaux, qui marchait vers une prospérité florissante ces derniers mois. C’était sans compter sur ce tsunami sanitaire et économique. Double peine pour le secteur touristique, qui est le sel de l’activité de l’entreprise.

"Notre première préoccupation a été et demeure la protection de nos clients et de nos collaborateurs. Avec le confinement et le durcissement des consignes de protection, nous avons dû inventer un nouveau modèle d’organisation recentré sur les activités nécessaires à la continuité de service en interne et externe, en quelques jours seulement. Le groupe a pu s’adapter grâce à la capacité des collaborateurs à réagir rapidement et efficacement face à une situation totalement inédite", témoigne Axel Hoppenot, directeur marketing et communication.

Depuis lundi, seuls le Monte-Carlo Bay et l’Hôtel de Paris sont ouverts, avec une équipe minimum, pour les clients logés à l’année.

Les salariés dont le métier le permet télétravaillent. Le reste n’a plus d’activité.

"90 % des salariés sont actuellement à leur domicile en CTTR (Chômage total temporaire renforcé, ndlr), en congés, télétravail ou arrêt maladie. Les 10 % restant occupent encore des fonctions (sécurité, informatiques, RH, finances) sur nos différents sites", confirme Jean-François Mariotte, directeur des ressources humaines, qui précise que dans la situation actuelle, le recrutement des saisonniers, dont les premiers devaient être embauchés à Pâques, est reporté.

Financièrement la crise pour l’entreprise tombe à l’heure de la clôture de son exercice fiscal prévu au 31 mars. Et l’impact financier de l’activité zéro pour les semaines à venir sera conséquent.

L’inconnue de la reprise

"Nous sommes en train de l’évaluer, en fonction des différents scénarios", poursuit Axel Hoppenot. L’inconnue des scénarios, c’est la date de reprise des activités. En comptant aussi sur un retour de clientèle qui voyage.

"Nous manquons de visibilité sur les mois à venir. Quelques réservations ont été enregistrées pour l’été, mais nous sentons bien que les différents marchés actifs sur cette période sont actuellement en phase d’attente."

Un espoir, pour l’heure: les événements phares de l’été 2020 – la fête de la danse le 4 juillet et le concert de Céline Dion le 18 du même mois – sont toujours à l’agenda.

Casinos fermés: "vive émotion"

Dans la nuit du 14 mars, l’ensemble des salles de jeux du groupe ont dû fermer leurs portes jusqu’à nouvel ordre. Une situation que les dernières générations d’employés de casinos et ceux en activité n’ont jamais connue.

"Au-delà de la vive émotion que cela a suscité chez les collaborateurs et les clients le soir même, nous avons dû prendre des dispositions tout à fait particulières", raconte le directeur général des Jeux, Pascal Camia.

"Beaucoup avaient les larmes aux yeux"

Les équipes se sont ensuite mobilisées pour fermer les salles le mardi suivant, en effectuant des opérations de mise en sécurité nécessaires.

"L’émotion a été vraiment palpable chez tous les collaborateurs. Lorsque les lumières se sont éteintes et les grilles ont été descendues, beaucoup d’entre eux avaient les larmes aux yeux".

Si les roulettes ne tournent plus jusqu’à nouvel ordre, en coulisses, les équipes marketing préparent la future reprise, en télétravail et par Skype, pour rester en contact avec la clientèle, qui a reçu une information officielle signée du président délégué.

Le chantier de la place du Casino se poursuit

Elle devait être livrée pour le début du mois d’avril et sa livraison devait être une fête pour marquer le début de saison. La fête sera à huis clos. Malgré le fait que la période est au confinement, les travaux de la place du Casino se poursuivent.

"Nous avons été autorisés à les poursuivre car, à l’air libre, ils n’impliquent qu’une seule société, qui garantit le respect des mesures d’hygiène et de protection des ouvriers", affirme le directeur immobilier, Daniel Lambrecht.

Une quarantaine d’ouvriers travaillent quotidiennement sur l’esplanade de 3.000 m2, où vingt palmiers viennent d’être plantés, alors que l’étape du pavement démarre.

Loyers des boutiques au Carré d’or? "Rien n’est décidé"

Il doit s’agir pour l’heure, d’une des seules rentrées d’argent de la Société des Bains de mer: celle des loyers perçus pour les espaces commerciaux que l’entreprise loue à des enseignes prestigieuses au One Monte-Carlo et tout autour dans le quartier du Carré d’or.

Ces derniers jours, le gouvernement principe a appelé les propriétaires privés de commerce au civisme, en adaptant ou étalant les paiements dus par leurs locataires.

Ce sera le cas pour les loyers des commerçants du Carré d’or? "Aucune décision n’a été prise pour l’instant" répond Daniel Lambrecht.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.