“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Soutenez l’info locale et Monaco-Matin > Abonnez-vous

Première Monaco Ocean Week : l'alliance bleue

Mis à jour le 22/03/2017 à 05:18 Publié le 22/03/2017 à 05:18
À la pointe en terme de bateaux solaires et électriques, le Yacht-club a naturellement accueilli la conférence de presse. Bernard d'Alessandri, son secrétaire général, en a profité pour souligner que les 850 armateurs et membres étaient « les plus intéressés » par ces enjeux.

À la pointe en terme de bateaux solaires et électriques, le Yacht-club a naturellement accueilli la conférence de presse. Bernard d'Alessandri, son secrétaire général, en a profité pour souligner que les 850 armateurs et membres étaient « les plus intéressés » par ces enjeux. Cyril Dodergny

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Première Monaco Ocean Week : l'alliance bleue

Du 30 mars au 4 avril, acteurs locaux et organisations internationales s'uniront lors de congrès, conférences et ateliers, pour préserver le milieu marin et développer « l'économie bleue »

Du 30 mars au 4 avril, Monaco hissera le pavillon bleu à l'occasion de la première « Monaco Ocean Week ». Un événement interdisciplinaire mêlant de grandes organisations internationales basées en Principauté, associations locales et différents partenaires, soucieux de contribuer à la conservation du milieu marin. « C'est une volonté du prince de défendre la cause des océans avec toutes les forces qui s'y impliquent », a posé le vice-président de la Fondation Prince Albert II, Bernard Fautrier, lors de la conférence de presse de présentation, hier matin au Yacht-club.

Durant ces quelques jours, une série de conférences et ateliers, ouverts aux professionnels comme au public dans différents lieux, auront vocation à approfondir la réflexion - et sensibiliser - sur la conservation du milieu marin et le développement durable d'une « économie bleue ».

« L'humanité doit entreprendre »

« La Principauté a toujours été tournée vers la mer » et « ses princes » ont, de tout temps, œuvré pour le monde marin, a rappelé Bernard Fautrier en préambule. Le prince Albert-Ier d'abord. éclaireur et « visionnaire », « le premier à avoir compris l'importance de la mer » et auteur, au début du XXe siècle, de cette tirade plus que jamais d'actualité : « L'heure a sonné pour la considération mondiale des grands problèmes de l'océan. L'humanité doit entreprendre avec ses meilleurs moyens… »

Déjà engagée dans le Plan Ramoge, active auprès de l'Accobams (préservation des cétacés) ou dans la création du sanctuaire marin de Pelagos, la Principauté poursuit, avec cette première Ocean Week, une quête résumée par Bernard Fautrier : « Changer le rapport de l'homme à la mer »… à « un moment clé » pour la planète. « Les océans sont aujourd'hui reconnus comme un enjeu majeur pour l'environnement et en terme d'énergie, alimentation, commerce, etc. Il est important d'y apporter une réponse conjuguée et adaptée. C'est ce que nous allons proposer à la Monaco Ocean Week et ce dont témoigne la diversité du programme. »

Alors que le prince Albert s'apprête à prendre le pas de son arrière-arrière-grand-père, Albert-Ier, en relançant de grandes explorations, Marie-Pierre Gramaglia, conseiller de gouvernement-ministre de l'Environnement, a rappelé qu'à horizon 2030 Monaco s'était engagée à répondre aux objectifs de l'ONU en terme de développement durable. « Monaco s'est principalement attachée à l'objectif 14 qui vise à conserver et exploiter de manière durable les océans, les mers, les ressources marines… »

Carbone bleu et pêche excessive au menu

Côté mise en pratique, Monaco s'efforce de bichonner la réserve maritime du Larvotto - comme dans le cadre de l'extension en mer (lire nos éditions du 12 mars) -, a déjà banni le thon rouge de ses étales ou encore interdit l'usage des sacs plastiques depuis 2016.

En amont d'un sommet au Chili, en septembre 2017, la Principauté accueillera aussi - le 1er avril - le conseil d'administration de l'association pour un financement durable des aires marines protégées en Méditerranée. Association soutenue par la Fondation DiCaprio, le zoo de Bâle ou le Musée océanographique, et pour laquelle un fonds fiduciaire a été ouvert.

Après São Paulo en 2016, Monaco sera aussi terre d'accueil de la 8e édition de la Monaco Blue Initiative les 2 et 3 avril. Le directeur général de l'Institut océanographique, Robert Calcagno, dévoilant des rencontres prévues autour de « thèmes d'actualité » : « la protection de la biodiversité en haute-mer - qui représente 50 % de la surface de la planète terre -, les questions de l'aquaculture et de la pêche excessive, la Méditerranée bien sûr… »

Enfin, le « CSM (Centre scientifique de Monaco) ne pouvait pas rester en dehors », dixit Denis Allemand, directeur scientifique du CSM. Évoquant des ateliers et réflexions interdisciplinaires, tels que ceux initiés par le CSM dès 2010, et consacrés cette fois, par exemple, au carbone bleu. « 1 hectare d'herbiers de posidonies en bonne santé est équivalent à 15 fois 1 hectare de forêt amazonienne. ça nous montre l'intensité de ces cellules carbones (...). La quantité de mangrove détruite ces dernières années a libéré dans l'atmosphère autant de gaz carbonique que les émissions d'un pays comme le Japon pour sa production énergétique en un an… Ce n'est pas négligeable… »


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.