Pourquoi Robertet lance-t-il un accélérateur dédié à la naturalité?

Bien plus qu’un accélérateur dédié aux startups spécialisées dans la naturalité. Villa Blu du Grassois Robertet se veut une philosophie. Celle de renaturaliser le monde tout en accompagnant l’innovation.

K.Wenger Publié le 16/01/2023 à 18:30, mis à jour le 13/01/2023 à 16:38
Installé dans l’ex-siège de la Maison Charabot, l’accélérateur à impact propose sur quatre étages avec rooftop et vue sur la mer et la forêt jusqu’à 120 postes de travail. (Photo D.R.)

Contrairement à ce que son nom laisse entendre, la couleur de Villa Blu, c’est le vert, celui de la nature. Le rôle de cette structure privée: accélérer les jeunes sociétés innovantes dans le secteur de la naturalité. Et c’est Robertet, leader mondial des matières premières naturelles, qui l’a porté sur les fonts baptismaux en novembre dernier.

"Notre accélérateur accompagne des startups à impact qui sont dans le domaine général de la nature: alimentation de demain, beauté, santé, architecture...", explique Fabien Giausseran, directeur adjoint parfumerie du groupe grassois. Parce que demain, l’habitat sera naturel, le textile100% végétal, le packaging entièrement biodégradable... Une suite logique pour le groupe qui depuis 170 ans œuvre dans la chimie verte et s’inscrit dans la préservation de la biodiversité et au respect de l’humain.

Bulle d’innovation

Cinq jeunes entreprises innovantes qui ont déjà une preuve de marché seront accueillies pendant une durée de six mois – pouvant être prolongée de dix-huit mois supplémentaires – dans les 1.200m2 de la Villa Blu. "C’est l’un des trois sites grassois de Robertet et un lieu hautement symbolique puisqu’il s’agit de l’ex-siège de la Maison Charabot [racheté en 2007], l’une des plus anciennes parfumeries du monde, s’enthousiasme le dirigeant. Elle a été créée en 1799, sur l’ancienne route Napoléon, avant même que Napoléon prenne la route!"
Les startups sélectionnées suivront à compter de mars un programme intensif dispensé par des entrepreneurs-animateurs à résidence, épaulés par des collaborateurs de Robertet et d’autres experts externes.

A leur programme: apprendre à connaître leur marché, leurs clients, affiner leur proposition de valeurs, lancer le marketing, accélérer leur chiffre d’affaires... Le groupe qui met à leur disposition toute son expertise pourra également investir jusqu’à 100k€ dans chacune d’entre elles. "Nous leur donnons les moyens industriels, techniques et académiques d’atteindre leurs ambitions; une bulle d’innovation", résume Fabien Giausseran.
Cinq autres entreprises seront intégrées en septembre; l’accélérateur pouvant en accueillir jusqu’à vingt. L’appel à candidatures se termine fin janvier mais avant même le lancement officiel de l’accélérateur, quelques posts sur LinkedIn ont déjà attiré plus de 50candidatures dont "15 ont été officiellement validées par les comités de sélection". Au nombre desquelles: deux Françaises dont une de la région, une Américaine, deux Espagnoles, une Italienne, une Africaine...

Rapprocher deux mondes

Plus qu’une structure, le projet Villa Blu porté par toute l’équipe de direction de Robertet et ses collaborateurs est une philosophie et un état d’esprit. "On a la chance d’être leader mondial dans notre domaine, de maîtriser l’ensemble de la chaîne d’approvisionnement des produits naturels, de leur culture à leur transformation, mais on a aussi la chance de savoir qu’on ne sait pas tout, qu’il y a un autre monde qui n’est pas le nôtre de géant industriel, explique Fabien Giausseran. On le connaît peu et on veut s’y impliquer. Robertet apprend aussi de ces sociétés innovantes et notre priorité est de créer des liens. Avec Villa Blu, nous nous rapprochons de leurs codes. Startups et grands groupes ne sont pas opposés, au contraire. On est en train de connaître une nouvelle révolution industrielle et on est à l’aube de ce mouvement. Le momentum est là." Dont acte.

Sociétés pilotes

L’accélérateur vient juste de voir le jour mais cette volonté d’ouverture et d’accompagnement remonte à bien plus loin. "On est intégré dans l’écosystème de la tech et des startups depuis plus de vingt ans", date à laquelle le Grassois a commencé à collaborer avec des marques de niche venues concurrencer les géants mondiaux et faire bouger les lignes. Par la suite, il a éprouvé le modèle en lançant des sociétés pilotes comme Okaïa – coproduction de parfums avec la Niçoise MyCoach – ou Wailer – crème au CBD avec les laboratoires mouansois Shadeline et des investisseurs niçois. Villa Blu n’est pas un aboutissement mais le stade suivant de cette stratégie d’ouverture.

"Il ne remplace pas notre business mais le complémente, précise Fabien Giausseran. On n’a pas d’objectif mais on souhaite continuer à apporter de la valeur pour que tout le monde en sorte grandi." Et demain? "Pourquoi pas le dupliquer à l’international, accompagner plus d’entreprises. On espère être à l’origine d’un mouvement; on pose une pierre et on fera tout pour qu’il y en ait d’autres." Tout naturellement.

> Appel à candidatures sur www.villablu.io

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.