“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Soutenez l’info locale et Monaco-Matin > Abonnez-vous

Pourquoi les entreprises ont intérêt à rouler au gaz naturel vert

Mis à jour le 24/11/2020 à 09:20 Publié le 24/11/2020 à 09:30
L’entreprise Bonifay à La Garde possède déjà une dizaine de poids lourds roulant au GNV ainsi que sa propre station d’avitaillement depuis quelques mois.

L’entreprise Bonifay à La Garde possède déjà une dizaine de poids lourds roulant au GNV ainsi que sa propre station d’avitaillement depuis quelques mois. (Photo Patrick Blanchard)

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Pourquoi les entreprises ont intérêt à rouler au gaz naturel vert

Des grosses entreprises de la Région Sud ont déjà misé sur les camions au gaz naturel plus propres et aux multiples avantages. Une aide à l’achat offerte aux TPE-PME devrait accélérer ce passage au vert.

Alors que le plan national France Relance du Gouvernement fait la part belle à la transition écologique (30 milliards d'euros), dans le Var, certaines entreprises n'ont pas attendu cet élan pour se lancer dans les énergies renouvelables.

Ces dernières années, plusieurs stations d'avitaillement privées et publiques ont vu le jour pour permettre aux entreprises, transporteurs et conducteurs de véhicules circulant au gaz naturel vert (GNV) et BioGNV de faire leur plein.

Récemment, l'Ademe (l'agence de transition écologique), GRDF et la Région Sud ont fait savoir que des aides financières (jusqu'à 15.000 euros) étaient accordées aux entreprises locales qui voudraient acquérir ces types de véhicule, neufs ou même d'occasion.

Le tout afin d'accélérer l'utilisation de ces poids lourds et véhicules utilitaires propres pour circuler à l'intérieur des grandes métropoles et réduire les émissions de CO2.

C’est le moment de passer au vert !

Selon Bernard Crespo, chauffeur chez Bonifay: "Le GNV est moins salissant, il y a moins d’odeur, c’est moins bruyant et plus souple à conduire sur autoroute."
	(Photos Patrick Blanchard)

Sation K9 , première station privée de gaz Bio Naturel pour véhicules

Sation K9 , première station privée de gaz Bio Naturel pour véhicules
Selon Bernard Crespo, chauffeur chez Bonifay: "Le GNV est moins salissant, il y a moins d’odeur, c’est moins bruyant et plus souple à conduire sur autoroute." (Photos Patrick Blanchard) Sation K9 , première station privée de gaz Bio Naturel pour véhicules Sation K9 , première station privée de gaz Bio Naturel pour véhicules (Photo P.B.)

Rien de tel qu'une incitation financière pour encourager les entrepreneurs à s'équiper de véhicules propres, surtout en ces temps difficiles où la trésorerie est importante! Car, comment accélérer l'émergence de stations publiques de distribution de GNV et BioGNV si ce n'est en multipliant le nombre des véhicules utilisateurs. Récemment, la Région Sud et son partenaire l'Ademe ont fait justement connaître le montant de leurs aides financières.

Une aide accordée aux entreprises

Dans le cadre de son Plan Climat Une Cop d'avance, la région a fait de la transition énergétique sa priorité. 500 millions d'euro seront distribués cette année autour de plusieurs grands axes et 100 mesures concrètes pour inciter, notamment, l'émergence de nouvelles pratiques pour les transports routiers. Une aide de 1.000 à 7.500 euros est ainsi accordée par la Région aux entreprises –TPE, PME, autoentreprises et collectivités– qui désirent acquérir un véhicule de plus de 2,5 tonnes, neuf ou d'occasion, circulant au GNV, électrique, hybride ou rechargeable à l'hydrogène. Une aide qui s'ajoute à celle de l'Ademe (jusqu'à 7.500 euros), soit un total cumulé de 15.000 euros maximum qui répond au surcoût de l'achat de ce type de véhicules. En fonction de la catégorie du véhicule, l'entrepreneur pourra toucher 2.000 à 15.000 euros d'aides.

Action volontariste

En ce qui concerne les cars et les bus, seule l'Ademe accordera son aide pour l'instant et prendra le relais pour compléter la part "régionale". La Région estimant que ces transports ne représentent que 0,6% des émissions de CO2 alors que les poids lourds et véhicules utilitaires représentent 5%. "C'est un choix. On se concentre sur les véhicules les plus polluants et nombreux", confie Philippe Marizot, conseiller régional.

De son côté, l'Ademe qui a lancé avec GRDF l'appel à projets Mobigaz rappelle que la médiocre qualité de l'air des grandes villes en France représente un coût de 100 milliards d'euros pour notre économie. "C'est un enjeu majeur de santé, économique et réglementaire", assure Yves Le Trionnaire, directeur général de l'Ademe en Paca.

Aix, Marseille, Nice, Toulon... "Il est nécessaire d'avoir une action volontariste pour réduire les émissions de CO2", estime-t-il. L'Ademe et GRDF accompagnent ainsi le développement de certaines filières en matière de mobilité (GNV, électrique...) pour voir fleurir les transports décarbonés sur notre territoire. L'objectif est de faire émerger en Paca l'installation d'une dizaine de nouvelles stations publiques d'avitaillement d'ici trois ans. Dans ce domaine, le Var a déjà une bonne longueur d’avance...

(De droite à gauche) Christophe Folcher et Erick Mascaro, respectivement ingénieur d'affaires GNV et directeur territorial chez GRDF, et Marc-Antoine Moché et Corentin Stefani, de l’entreprise Ginouves, devant le décompresseur arrivé fin juillet à la station K9 de La Garde.
(De droite à gauche) Christophe Folcher et Erick Mascaro, respectivement ingénieur d'affaires GNV et directeur territorial chez GRDF, et Marc-Antoine Moché et Corentin Stefani, de l’entreprise Ginouves, devant le décompresseur arrivé fin juillet à la station K9 de La Garde. (Photo P.B.)

Une deuxième station d’avitaillement publique inaugurée dans le Var

Dans le Var, l'entreprise Ginouves (plus de 386 miilions d'euros de chiffre d’affaires en 2018) a inauguré en octobre sa nouvelle station-service publique d'avitaillement au GNV et BioGNV à La Garde. Cette société, spécialisée dans le stockage et la distribution de produits pétroliers - les stations K9 Energy-, compte ainsi déployer sur ses trois sites actuels à La Farlède et Solliès-Ville des stations multiservices et multi-énergies (GNV, BioGNV, électrique, hydrogène) jusqu'en 2022. Cette société familiale, fondée en 1930 et dirigée par François Ginouves, a investi 1 million d'euros sans subvention pour accueillir cette nouvelle station au gaz naturel à La Garde. Son objectif est d'atteindre les 40 à 50 pleins par jour pour être rentable.

Aujourd'hui, si cette station-service s'adresse principalement aux entreprises du secteur dans un rayon de 15 km (notamment Bonifay et Iveco), elle espère demain distribuer son carburant vert aux véhicules des particuliers.

Un gaz naturel certifié provenant en partie des boues séchées de la station d'épuration de la CAVEM (Communauté d’agglomération Var Estérel Méditerranée) à Fréjus, recyclées, transformées et revendues par la société Proveridis (constructeur de stations et fournisseur de gaz vert) à GRDF notamment. Le biogaz produit localement permet de réduire les particules fines de 90% et l'oxyde d'azote de 50%. Avec 85% de CO2 en moins, il assure un carburant quasiment décarboné.

D’autres stations prévues...

Dans le Var, une première station publique d'avitaillement (électrique et GNV), construite par la société de transport Beltrame et Proveridis a été inaugurée en février à Puget-sur-Argens. L'entreprise Pizzorno en ayant ouvert une autre, en juin 2019 à Draguignan, privée cette fois, utilisée par ses camions pour l'enlèvement des ordures ménagères et les autocars Beltrame.

A Brégaillon-La Seyne, les bus de la métropole toulonnaise ont aussi un site de ravitaillement au GNV qui leur est réservé. Dans les prochaines années, deux nouvelles stations publiques d'avitaillement au gaz naturel devraient émerger à l'ouest de Toulon et vers Le Luc-en-Provence afin de mailler le territoire. Comme à Fréjus, une station de production de méthane produit à partir de déchets varois devrait voir le jour à Toulon vers 2022-23.

Des projets en cours de réflexion qui se heurtent, hormis leur coût, à la problématique foncière pour le choix de leur emplacement mais qui témoignent de la volonté grandissante des entreprises et des collectivités de se tourner vers ces énergies renouvelables.

Repères

Mobigaz: En rejoignant l’appel à projets de l’Ademe et GRDF, la Région espère, par cette incitation financière, engendrer l’achat de 120 à 150 véhicules propres par an par les entreprises régionales. Budget global de l’opération : 900.000 euros sur trois ans.


Coût: Le coût d’une station au GNV s’élève, selon le volume, entre 250.000 et 2 millions d'euros. Un investissement lourd d’où la signature d’un contrat d’avitaillement de trois ans demandé aux transporteurs utilisateurs, sans quantités imposées.

Avantages: Malgré le surcoût à l’achat du camion au GNV (+35% environ), les entreprises équipées se disent satisfaites : une faible conso (28 kg de gaz pour 100 km), une fiscalité plus intéressante, une nuisance sonore moindre (82 décibels au lieu de 93), un carburant moins cher, une rentabilité atteinte dès 1.000 km, une autonomie de plus de 400 km. Seul hic: le manque de points d’avitaillement.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.