Rubriques




Se connecter à

Pourquoi le dirigeant de Fréjus Courses a vendu son entreprise familiale au groupe Cogepart à Marseille

La PME régionale Fréjus Courses, rachetée par Cogepart, leader de la livraison, va pouvoir offrir plus de services à ses clients et voir plus grand.

Ambre Mingaz Publié le 17/06/2021 à 18:30, mis à jour le 11/06/2021 à 16:35
"Fréjus Courses vient consolider notre maillage dans la zone Sud-Est, renforcer notre activité automotive et va nous permettre de nous développer sur le secteur de l’accastillage et du fret", déclare Jérôme Dor, président de Cogepart (à droite), aux côtés de Philippe Noguera, dirigeant de Fréjus Courses. Sophie Louvet

Sans bruit ni fanfare, l'entreprise Fréjus Courses est passée il y a quelques jours dans le giron de Cogepart, le leader français de la livraison au dernier kilomètre. Une information qui n'est pas passée inaperçue pour tout le monde: la société varoise, entreprise familiale fréjusienne, créée en 1989 et connue d'abord sous le nom de Nog Transports Services, a de nombreux clients dans la région.

Spécialisée dans la livraison de pièces détachées pour les secteurs automobile, maritime et l'affrètement, mais aussi dans les messageries et la livraison de produits d'hygiène, implantée à Fréjus et La Farlède, l'entreprise des trois frères Noguera alimente un portefeuille de 600 clients dans le Var, les Alpes-Maritimes, les Bouches-du-Rhône et la Corse. Fréjus Courses compte une soixantaine de collaborateurs, 50 véhicules et a réalisé 4,5 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2020.

C'est en 1995 que l'entreprise Nog Transports Services prend le nom de Fréjus Courses après deux ans de passage à vide. «Nous avons dû fermer car nous avions perdu notre principal client. On apprend de ses erreurs», sourit Philippe Noguera, à la tête de Fréjus Courses pour la partie financière et commerciale, aidé de ses frères Didier, à la direction de l'établissement de La Farlède, et Lionel, à l'exploitation et aux livraisons à Fréjus. «Nous avons commencé par la livraison de pièces détachées automobiles et des journaux comme Var-Matin via Estérel Presse avant de nous recentrer sur la messagerie d'entreprise. Nous livrons très peu de particuliers. Les entreprises représentent 80% de notre activité», explique le dirigeant.

Jadis concurrents

"Nous nous connaissons depuis dix ans avec Cogepart. Leur siège est à Marseille et ils sont dans le même secteur que nous mais ils se sont développés plus vite, avec des volumes plus importants. Ils font de la livraison de particuliers. Nous avions une concurrence saine. Il y a dix ans déjà, nous avions évoqué un éventuel rapprochement. De notre côté, nous sommes une entreprise familiale qui n'a jamais eu de commerciaux.»
Un point d'honneur de la maison pour s'assurer la fidélité des clients selon Philippe Noguera. «Nous avons toujours su maintenir une qualité de service, une proximité avec nos clients et une réactivité pour leur répondre à tout moment.»

 

"Il faut savoir se retirer si l’on veut se développer plus."

Par le bouche-à-oreille, Fréjus Courses s'est attiré des clients réputés comme Alliance Marine, le groupe Le Goff, les pompiers varois du SDIS, les domaines viticoles comme Château Thuerry, les hôpitaux, les maisons de retraite... «C'est vrai que nous communiquons très peu; ça marche surtout par le bouche-à-oreille. Ce sont les clients que nous livrons qui nous font entrer chez les fournisseurs. Nous touchons tous les domaines, dans les secteurs du vin, de l'hygiène, des bateaux, de l'automobile, du transport fret, de l'accastillage... Nous avons réussi à fédérer à 90% les fournisseurs de bateaux et shipchandlers en leur offrant un service régulier.»

Autres particularités de la société: «Nous avons trois départs de véhicule par semaine de Fréjus ou La Farlède pour la Corse. Ils prennent le ferry.» Et, en 2008, la société a investi 2,4 millions d'euros dans la construction d'un bâtiment de 3.000m2 implanté au Pôle BTP du Capitou à Fréjus, pour gagner de la surface en plus des 800m2 à La Farlède, rue Lavoisier, depuis 2000. «C'est là qu'on a pris notre envol.»

Record de chiffre d’affaires en juin 2020

Une proximité sur le terrain qui a fait la différence en 2020 durant la pandémie. «Malgré une petite perte au premier confinement, notre activité ne s'est jamais arrêtée ensuite, bien au contraire. Nous avons bien bossé. Nous avons remboursé les PGE [prêts garantis par l'État, ndlr] et développé du chiffre d'affaires. En juin, nous avons même réalisé notre meilleur chiffre depuis la création de Fréjus Courses. Dans tous les secteurs, à cause des retards, les demandes ont explosé.»

 

C'est ainsi que la famille Noguera a vendu à Cogepart une entreprise à taille humaine, saine et prospère. Si l'intégralité des emplois est conservée, ce rachat permettra à l'entreprise de se développer et d'élargir encore sa gamme de services auprès de ses clients avec des perspectives de recrutements sur le territoire à la clé. «Nous voulions céder à un groupe qui fait le même métier que nous, en plus évolué, avec le même esprit familial et sur notre territoire, pas à un groupe étranger. Notre marque a bonne réputation et notre entreprise est en bonne santé financière mais il faut savoir se retirer si l'on veut se développer plus. Eux, ils ont une structure différente de la nôtre, avec plus de moyens. Ils ont su attirer des capitaux qui leur ont permis de s'étendre. Ils vont pouvoir apporter d'autres services à nos clients.»

Un poids lourd

Leader français de la livraison du dernier kilomètre, Cogepart, fondé en 1986 par Jérôme Dor et dont le siège est à Marseille, compte 68 agences en France, Luxembourg, Belgique et Allemagne. Avec plus de 2.000 employés dont 1.600 agents de transport et 2.000 véhicules (vélos, poids lourds, triporteur électrique), l’entreprise a réalisé 110 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2020.

Spécialiste du segment des pièces automobiles de seconde monte, partenaire privilégié de la grande distribution alimentaire, du secteur du mobilier et prestataire majeur du e-commerce, avec l'acquisition de Fréjus Courses, Cogepart va pouvoir renforcer son réseau dans le quart Sud-Est et asseoir son leadership en France. L’entreprise pourra aussi se diversifier et développer des activités d’accastillage (pièces et équipements dans le secteur maritime) et d'affrètement routier.

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.