“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Soutenez l’info locale et Monaco-Matin > Abonnez-vous

Pourquoi Ekinnox, spécialisée dans la rééducation fonctionnelle, a fait une levée de fonds de 700.000 euros

Mis à jour le 29/06/2020 à 11:57 Publié le 29/06/2020 à 18:30
Le logiciel Kintrack d’Ekinnox permet d’optimiser la rééducation des membres inférieurs.

Le logiciel Kintrack d’Ekinnox permet d’optimiser la rééducation des membres inférieurs. (Photo D.R.)

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Pourquoi Ekinnox, spécialisée dans la rééducation fonctionnelle, a fait une levée de fonds de 700.000 euros

La startup sophipolitaine, spécialisée dans la health tech, a fait évoluer sa solution pour en faire "la plus complète du marché", mais elle a aussi procédé à une levée de fonds de 700.000 euros.

Initialement accompagnée par l’incubateur Paca-Est et désormais installée dans la pépinière du Business Pôle de Sophia, la startup Ekinnox, cofondée par Nicolas Maire et Baptiste Fosty (ingénieur issu de l’INRIA, où le projet est né d’ailleurs trois ans plus tôt), a développé, depuis 2017, le logiciel Kintrack d’analyse visuelle et quantifiée de la marche. Objectif: optimiser la progression et le suivi du patient en rééducation fonctionnelle. Cette solution, validée en phase test par le Centre hélio marin de Vallauris et l’Institut Rossetti de Nice, a obtenu l’agrément de mise sur le marché. Elle est proposée au tarif de 32.000 euros.

La version 2 en juillet

Aujourd’hui, si seules deux machines ont été vendues en direct, plus de 80 établissements et quelques grands groupes français sont dans le pipe-commercial d’Ekinnox (c’est-à-dire dans le processus de traitement et de transformation des leads ou contacts commerciaux dans un contexte btob). Un contrat de distribution devrait même être bientôt signé avec un acteur clé du secteur de la rééducation. Mais la vraie actu, c’est qu’une deuxième version de Kintrack devrait, dès juillet, faire son apparition pour offrir de nouvelles fonctionnalités. "Avec la première version, on mesurait les paramètres spatio-temporels de la marche, décortique Baptiste Fosty. Cette fois, on pourra également calculer l’angle des articulations comme les genoux ou les hanches. En fait, on a augmenté les capacités d’analyse de notre système, ce qui nous permet, en proposant la solution la plus complète du marché, de se différencier nettement de la concurrence."

L’entreprise d’e-santé, qui compte aujourd’hui neuf collaborateurs (56.000 euros de chiffre d’affaires l’an dernier), a donc dû récemment finaliser un tour de table à hauteur de 700.000 euros pour accompagner notamment son développement commercial. "L’opération s’est faite avec l’aide de notre principal fonds d’investissement IT Translation, mais aussi grâce à du financement participatif: 135.000 euros sur la plateforme Ayomi et la participation de la BPI en obligations convertibles."

Autre bonne nouvelle: Ekinnox, comme douze autres startups dont l’Azuréenne Ellcie Healthy, a été choisie pour intégrer le programme NEXT, organisé par Business France et Bpifrance. Ce qui va lui permettre de bénéficier d’un accompagnement digital jusqu’au 10 juillet, puis d’un roadshow en présentiel, en octobre, aux États-Unis et au Canada. Une vraie opportunité, selon Baptiste Fosty. "Ça va nous permettre, effectivement, de se faire une meilleure idée sur la façon de s’adresser au marché américain. En ayant une estimation plus fine, par exemple, des temps de mise sur le marché ou de prospection sur place. Mais ça doit aussi servir à mieux évaluer les coûts afin d’envisager une seconde levée de fonds...

Et de pouvoir ainsi disposer d’une feuille de route plus claire pour tenter l’aventure outre-Atlantique à l’horizon 2021.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.