“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Pour le Larvotto, "il s'agit de faire de beaux aménagements mais qui restent raisonnables"

Mis à jour le 17/09/2018 à 09:47 Publié le 17/09/2018 à 09:00
La réhabilitation du Larvotto: "Une évolution, pas une révolution."

La réhabilitation du Larvotto: "Une évolution, pas une révolution." Photo Jean-François Ottonello

Pour le Larvotto, "il s'agit de faire de beaux aménagements mais qui restent raisonnables"

Le ministre des finances, Jean Castellini, a dévoilé quelques lignes des futurs aménagements du Larvotto. Un projet "dessiné par un architecte de Monaco" et qui devrait coûter 50 millions d'euros.

"On envisage un Larvotto qui s’intègre bien avec le projet d’urbanisation en mer et qui reprendra le projet conçu par le grand architecte Renzo Piano mais qui, en même temps, correspond à ce que souhaitent la population et les exploitants de la plage.

Il s’agit de faire des aménagements beaux mais raisonnables. Il faut que l’offre reste en phase avec ce que nous sommes, une ville-Etat, avec des gens de toutes les nationalités et de tous les moyens qui se côtoient au quotidien.

Les exploitants voient tous une esplanade qui vieillit, un parking un peu compliqué d’accès, des abords qui ne sont pas d’une parfaite cohérence architecturale avec ce que l’on envisage sur l’extension en mer…

Le projet sera présenté aux élus avant la fin de l’année. Nous n’engagerons pas des dépenses publiques excessives. Je laisse le bling-bling à d’autres. Le Larvotto doit rester l’endroit où tous se retrouvent. Le projet définitif n’est pas arrêté et le coût n’est donc pas fixé. Un premier projet dessiné par un architecte de Monaco évoquait une enveloppe de 50 millions d’euros. Nous allons chercher à être dans une enveloppe comparable mais qui intègre le projet Renzo Piano. C’est une évolution, pas une révolution. Le lifting est indispensable et bienvenu. Mais il ne faut pas casser l’esprit. D’autant plus à une période où, à juste titre, on peut s’interroger sur les travaux qui pénalisent la circulation et obèrent la qualité de vie au quotidien. Est-ce vraiment nécessaire de faire quelque chose de gigantesque à cet endroit-là? Peut-être pas…"

LIRE. CHPG, îlot Pasteur, Jardins d'Apolline..., le ministre des Finances, Jean Castellini, fait le point sur les grands travaux

Qui paiera? "La responsabilité de la conception et de l’intégration a incombé jusque-là à la SAM du Portier. Mais les plages, les esplanades, les espaces des commerçants, c’est à l’État et au public d’en assumer les coûts et de lancer un appel d’offres pour que ce soit ouvert à d’autres groupements que celui qui réalise l’urbanisation en mer. Il faut qu’il y ait une supervision de l’État sur ce chantier."

Les travaux devraient commencer après la saison estivale 2019.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct