On vous parle de FURIFURI, la marque niçoise qui secoue vos p’tits plats

Le furifaké, alternative au sel très usitée au Japon, débarque à Nice avec FURIFURI, la première marque qui propose un produit 100 % naturel.

Article réservé aux abonnés
Agnès Farrugia Publié le 23/11/2022 à 18:40, mis à jour le 23/11/2022 à 18:31
Natsuko Perromat du Marais et Julie Renaud présenteront ce soir FURIFURI, la première marque de furifaké 100 % naturel, en direct sur Instagram avec Laura Tenoudji-Estrosi. Franz Chavaroche

L’idée

Nastuko Perromat du Marais est franco-japonaise et a travaillé plus de quinze ans auprès des plus grands chefs, dont Alain Ducasse, Joël Robuchon ou Anne-Sophie Pic. Julie Renaud est pharmacienne spécialisée en nutrition. Ensemble, elles créent la première marque de furifaké 100% naturel et fabriqué en France. Le furifaké, c’est ce condiment à base de graines de sésame et d’algues, très en vogue au Japon, qui remplace le sel et ravive les plats avec des saveurs différentes. FURIFURI naît ainsi à Nice en 2020.

Le produit

Une alternative au sel. Le furifaké (qui signifie "secouer" en japonais) est le condiment le plus apprécié des tables nippones. À base de graines de sésame torréfiées et d’algues bio de Bretagne, la marque FURIFURI ne contient que 5% de sel ajouté (contre 20 % pour une sauce soja par exemple). Le produit rehausse les goûts d’un riz blanc, de légumes, poissons, viandes... Les cofondatrices ont créé trois saveurs avec le chef japonais Keisuke Matusushima  piment, citron ou 100% algues. Des goûts validés par le chef Alain Ducasse en personne. Vendu entre 5 et 6 euros le sachet de 45 g, le produit est en prévente sur Ulule et sera livré avec des recettes "surprise".

La plus-value

Le projet a maturé 18 mois avant d’émerger ici Nice, fort de la complémentarité des activités des deux amies. Natsuko Perromat de Marais et Julie Renaud ont souhaité une marque de furifaké 100% naturel. "Il y a une forte demande en France sur le “bien manger”" Les algues contenues dans les sachets proviennent de Bretagne. Il n’y a ni d’additifs, ni conservateurs, ni colorants. Le packaging de FURIFURI est en kraft, 100% recyclable. La marque est engagée et soutient l’association "1% for the Planet".

L’investissement

La campagne de crowdfunding lancée le 19 octobre (jusqu’au 3 décembre) a atteint 200% de son objectif en seulement deux jours (1.000 préventes) et les 340% sont déjà dépassés. À elles deux, les dirigeantes ont investi 150.000 euros pour lancer l’aventure dont une bourse French Tech de Bpifrance (30 k€), un prêt Bpifrance et un prêt du réseau Entreprendre dont elles sont lauréates depuis mai. Elles ont été accompagnées par l’accélérateur de startups ToasterLAB [spécialisé dans la fooftech, ndlr] à Dijon, ont déjà remporté l’épreuve du "pitch" sur la plateforme Ulule..

Le défi

"Je pense que tout réside dans l’éducation au goût." Julie Renaud, cofondatrice et pharmacienne spécialiste en nutrition a à cœur de changer les mentalités sur l’utilisation du sel en cuisine. "Selon l’OMS, nous en consommons deux fois trop. Pour autant, nous ne sommes pas prêts à manger deux fois plus fade. Voilà alors une alternative à ne pas manquer. Pour les enfants comme les adultes."

 

L’objectif

Faire grandir leur communauté, ce qui est déjà le cas grâce à ce crowdfunding sur Ulule et travailler avec de plus en plus de restaurateurs. Faire découvrir de nouvelles saveurs au plus grand monde « avec cet objectif santé comme socle ». Elles ont déjà d’autres idées de recettes en tête, proposeront le produit sur abonnement via leur site commercial mais il sera également disponible sur d’autres plateformes. Grâce aux liens tissés avec le Japon, elles pourraient, dans un avenir proche, y exporter la marque niçoise. Accompagnées du chef japonais, Keisuke Matsushima et d’une nutritionniste-diététicienne, Caroline Joucla (tous deux implantés à Nice), les cofondatrices entendent bien secouer nos habitudes alimentaires.

> fr.ulule.com/furifuri ou furifuri.com.

 

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.