Rubriques




Se connecter à

On vous parle de ces associations qui luttent contre l'isolement des dirigeants

Trésorerie souffreteuse, baisse de commandes, salariés qui désertent, le chef d’entreprise peut vite se sentir seul face aux difficultés qui affluent. Et cela peut virer au drame. Les solutions de l’association Entre Head.

Agnès Farrugia Publié le 12/01/2022 à 18:30, mis à jour le 11/01/2022 à 21:36
"Il faut sortir de sa zone de confort et accepter que ça ne va pas." Laurent Tissinié, chef d'entreprise et cofondateur de l'association Entre Head. Deligne

Vingt-sept pour cent des dirigeants d’entreprise ont eu l’intention de se suicider en 2020 (1) et l’on déplore 1 à 2 suicides de patrons chaque année. "Ce sont des statistiques à combattre. Il faut rompre avec l’isolement du dirigeant." Laurent Tissinié, cofondateur de l’association Entre Head lancée lors du premier confinement de 2020, sonne l’alarme. "45% des dirigeants se sentent isolés et 20% sont en état d’épuisement professionnel. Nous devons faire disparaître ces chiffres." "Nous", c’est l’association Entre Head, une communauté de 83 membres, dirigeants d’entreprise qui pratiquent l’entraide. Mais aussi deux autres associations, le Groupement de prévention agréé (GPA06) et le Centre d’information sur la prévention (CIP06) avec lesquelles Entre Head collabore. Ensemble, ils ont aidé 26 chefs d’entreprise, dont deux fondateurs de startup "parce que celles et ceux qui démarrent ont aussi, parfois, une trop lourde charge sur les épaules". La charge trop lourde, Laurent Tissinié l’a connue (voir témoignage ci-dessous); c’est pourquoi il prend aujourd’hui de son temps pour distiller la bonne parole.

Les clés pour s’en sortir

Avec lui, Bruno Pourcines, également membre d’Entre Head et chef d’entreprise depuis vingt ans (société Pix), a listé les signaux menant au burn-out: insomnie, stress, irritabilité, arrêt des activités sportives et sociales, prise de poids, tristesse permanente… "Le tout va entraîner un management défaillant, le dynamisme qui caractérise le patron va s’étioler, en même temps que la perception de soi, et c’est la chute assurée." Le tableau n’est pas beau. "Sachez néanmoins que la tendance peut s’inverser." C’est Michel Bouthiba, membre d’Entre Head et du GPA06 qui donne les cinq étapes clés pour s’en sortir. "D’abord, il faut accepter que ça ne va pas. Ensuite, sortir de sa zone de confort et demander de l’aide. Travailler sur soi, identifier ses besoins, établir un plan d’action et regarder si des solutions ne s’offrent pas à vous au sein même de l’entreprise."

Ébranler l’image du boss

Le plus difficile reste de demander de l’aide, savoir dire que rien ne va plus, au risque d’ébranler l’image du super-patron. Laurent Tissinié de rebondir: "On n’est pas aux États-Unis où l’échec est une force et marque l’expérience acquise. En France, échouer c’est encore tabou, voire honteux, et c’est bien dommage." Alors chez Entre Head, on se parle, on se donne des conseils, on raconte ses problématiques, on cherche des solutions grâce à l’expertise des autres. Et ça fonctionne.

Gratuit, confidentiel

Au CIP06, Michel Signoret, son président, explique comment lui, juge au tribunal de commerce pendant quatorze ans, avec des bénévoles avocats et experts-comptables, peuvent aider le chef d’entreprise en difficulté à cibler les faiblesses de sa structure. "On va parler de ce que sont les procédures collectives, le fonctionnement d’une conciliation, d’une sauvegarde, etc. Ce ne sont pas des gros mots et parfois, cela sauve la société."
Faire appel à Entre Head, au CIP ou au GPA, des associations entièrement dirigées par des bénévoles, est gratuit et totalement confidentiel. Chacune a sa spécialité – l’humain, la réglementation ou la structure même de l’entreprise – et pour plus d’efficacité, elles communiquent entre elles. Pour davantage de clarté et pour faciliter la prise en charge "et surtout la démarche du dirigeant en difficulté", elles ont créé, dernièrement, une plateforme unique de contact: le portail prévention entreprise. Toujours gratuit, sans engagement et confidentiel. Laurent Tissinié d’insister: "Ici, on ne juge pas. On écoute et on s’entraide."

 

Des questions pour une réponse

Sur le portail, on peut répondre à un rapide questionnaire qui permet de savoir où on en est. Pas besoin de donner des détails sur la société, on peut même le remplir avec un pseudonyme. "Cela prend trois minutes pour répondre à quinze questions et aussitôt, le dirigeant est invité à consulter l’une des trois associations: Entre Head, GPA ou CIP car le problème qu’il rencontre est immédiatement identifié."
Des chefs d’entreprise qui parlent aux chefs d’entreprise, une excellente initiative pour lutter contre ce fléau qu’est l’isolement du dirigeant. "Au fond l’idée c’est quoi?, interroge Laurent Tissinié, c’est de ne laisser personne sur le carreau."

(1) Enquête Ifop pour la Fondation Jean-Jaurès réalisée en sept 2020.

entre-head.org / gpa-06.com / cip-national.fr / prevention-entreprise.com.

Laurent Tissinié: "J’ai pensé à me foutre en l’air"

Ce chef d’entreprise se souvient de ce mois de septembre 2014 où il a craqué.

"Il n’y a pas eu de signes avant-coureurs. Notre agence familiale de gestion immobilière, créée en 1986, montrait une croissance régulière quand quatre collaborateurs sur huit ont quitté l’entreprise (démission, congés maternité, création de société, retraite) en même temps. J’avais anticipé, recruté mais visiblement, pas les bons profils. Et tout s’est enchaîné. Clients mécontents, salariés craintifs, chiffre d’affaires en baisse de 30%… On ne sait pas comment arrêter l’hémorragie. Il m’était devenu impossible de passer la porte du bureau. J’avais peur, honte. J’ai passé dix jours en total retrait avec cette idée que je décevais mon père qui avait créé la société. Puis, j’ai envoyé quelques SMS à des amis pour leur demander de passer m’épauler une heure ou deux. Ils ont tous répondu présents. Ça m’a redonné espoir. Je suis revenu à l’agence, j’ai passé du temps avec chacun de mes collaborateurs, individuellement. Pour discuter de leur crainte et mettre le doigt sur ce qui n’allait pas selon eux. Ce travail collaboratif m’a permis de mieux cibler les profils à recruter, au plus près de leurs besoins. On a remonté comme ça. Ensemble. J’avoue que fort heureusement mon logement et mon bureau sont au 1er étage – je risquais de me rater, mais j’ai vraiment songé à me foutre en l’air. C’est difficile d’apparaître comme quelqu’un de fragile quand on est patron. Mais au final, c’est humain. Je me suis remis en question et j’ai aussi ouvert les yeux sur le fait que l’on n’est jamais seul. Il suffit de bien regarder et d’oser dire “Help”."

Café du lundi

Chaque premier lundi du mois, les adhérents Entre Head se retrouvent autour d’un café à la Cave Marta, 3, rue François-Ier à Nice, pour discuter, échanger, résoudre. De 8h30 à 10h, pour ne plus dire "ça va comme un lundi". En ces temps, possible en visio.

Plateforme confidentielle

Le portail prévention entreprise réunit trois associations: Entre Head, GPA06 et CIP06 qui viennent en aide au dirigeant en difficulté, gratuitement et en toute confidentialité. Les faiblesses sont identifiées et les solutions envisagées.

C'est difficile d'apparaître comme quelqu'un de fragile, mais c'est humain. D.R..

Offre numérique MM+

...

commentaires

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.