Rubriques




Se connecter à

Monaco Telecom s’offre Vodafone Malte pour 250 millions d'euros

Un accord, conclu la semaine dernière, ouvre la voie au rachat à 100% du capital de l’opérateur maltais. Une nouvelle acquisition qui renforce la présence de Xavier Niel dans les télécoms

arnault cohen (acohen@monacomatin.mc) Publié le 27/12/2019 à 09:40, mis à jour le 27/12/2019 à 09:50
Monaco Telecom va débourser 250 M€ pour acquérir l’opérateur maltais. Photo DR

L’appétit de Xavier Niel pour la téléphonie ne date pas d’hier. En 2014, le patron de Free, via sa holding NJJ*, entrait dans le capital de Monaco Telecom à hauteur de 55 % - les 45 % restants sont détenus par l’État monégasque.

Depuis, Monaco Telecom a racheté un premier opérateur mobile, MTN Chypre, le 31 août 2018, pour 320 millions d’euros, avec d’ailleurs un certain succès (lire par ailleurs). « En un an, on a réussi à transformer l’entreprise en profondeur", assure Martin Péronnet, le directeur général de Monaco Telecom.

"Une opération très importante"

La semaine dernière, Monaco Telecom a mis la main sur un deuxième opérateur de l’arc méditerranéen, Vodafone Malte. Un accord a été conclu jeudi 19 décembre, ouvrant la voie à l’acquisition de 100% du capital de Vodafone Malte (VMML) pour un montant de 250 millions d’euros. Une somme financée par l’emprunt.

"Cette nouvelle opération est très importante pour nous, se réjouit Martin Péronnet. Elle vient concrétiser l’ambition de Xavier Niel quand il est entré dans le capital de Monaco Telecom, celle de construire un groupe centré sur les pays de la Méditerranée, en rachetant des opérateurs de taille comparable, dans deux destinations pertinentes, Chypre et Malte." C’est fait.

 

Vodafone Malte, filiale de l’un des leaders mondiaux des télécoms, deuxième opérateur du pays après Go, est numéro 1 sur le marché du mobile, avec 41 % de parts de marché.

L’accord conclu, "la transaction est conditionnée à l’approbation réglementaire de l’Autorité des communications de Malte, et devrait être finalisée au cours du premier trimestre 2020", précise un communiqué de Vodafone Malte.

Une fois l’acquisition réalisée, VFML continuera à opérer sous la marque Vodafone pendant une période transitoire. Avant, probablement, un changement de nom commercial, comme ce fut le cas à Chypre.

Développement international

Cette nouvelle acquisition d’opérateur téléphonique par Xavier Niel, via sa holding NJJ, vient s’ajouter à d’autres opérations de rachat réalisées ces dernières années. À côté de Monaco Telecom, MTN Chypre - devenu Epic - et Vodafone Malte, l’homme d’affaires détient aujourd’hui Orange Suisse - devenu Salt -, et a pris le contrôle de l’opérateur Eir en Irlande et Free au Sénégal (rien à voir avec Free de France, faut-il préciser).

 

Une manière pour Xavier Niel de miser sur un développement international de ses activités.

Le 31 août 2018, Monaco Telecom finalisait le rachat de 100 % du capital de MTN Chypre, rebaptisé Epic, depuis. Avec 42 % de parts de marché sur le mobile, Epic est le deuxième opérateur téléphonique du pays. Une opération d’autant plus belle que l’opérateur télécom connaît alors la plus forte croissance à Chypre, avec plus de 400 000 clients et un chiffre d’affaires de 123 millions d’euros en 2017.

"En un an, le succès est important, indique Martin Péronnet. Nous avons réussi à transformer l’entreprise en profondeur. Nous avons beaucoup investi sur le réseau et changé la marque commerciale. Il fallait faire évoluer l’image de l’opérateur qui a gagné en qualité, avec des prix raisonnables."

Une boutique de l’opérateur à La Valette. Photo DR.

Le directeur général de Monaco Telecom ajoute: "Nous allons faire la même chose à Malte avec Vodafone."

Martin Péronnet a pu mesurer les effets du rachat de l’opérateur lors de sa participation, en novembre dernier, aux rencontres économiques organisées à Chypre à l’occasion de la Conférence des présidents de Parlement des Petits États d’Europe.

 

Le directeur général de Monaco Telecom faisait partie de la délégation du Monaco Economic Board, dont il est membre du comité directeur. Il a ainsi pu mesurer la croissance d’Epic, mais aussi pu profiter de ce déplacement pour renforcer ses relations avec les décideurs du pays.

*NJJ est également actionnaire à 34% du groupe Nice-Matin.

Rachat de MTN Chypre: "Le succès est important"

Le 31 août 2018, Monaco Telecom finalisait le rachat de 100% du capital de MTN Chypre, rebaptisé Epic, depuis. Avec 42 % de parts de marché sur le mobile, Epic est le deuxième opérateur téléphonique du pays.

Une opération d’autant plus belle que l’opérateur télécom connaît alors la plus forte croissance à Chypre, avec plus de 400.000 clients et un chiffre d’affaires de 123 millions d’euros en 2017.

"En un an, le succès est important, indique Martin Péronnet. Nous avons réussi à transformer l’entreprise en profondeur. Nous avons beaucoup investi sur le réseau et changé la marque commerciale. Il fallait faire évoluer l’image de l’opérateur qui a gagné en qualité, avec des prix raisonnables."

Le directeur général de Monaco Telecom ajoute: "Nous allons faire la même chose à Malte avec Vodafone."

 

Martin Péronnet a pu mesurer les effets du rachat de l’opérateur lors de sa participation, en novembre dernier, aux rencontres économiques organisées à Chypre à l’occasion de la Conférence des présidents de Parlement des Petits États d’Europe.

Le directeur général de Monaco Telecom faisait partie de la délégation du Monaco Economic Board, dont il est membre du comité directeur. Il a ainsi pu mesurer la croissance d’Epic, mais aussi pu profiter de ce déplacement pour renforcer ses relations avec les décideurs du pays.

Martin Péronnet, directeur général de Monaco Telecom: "Monaco Telecom doit marcher sur deux jambes: nationale et internationale"

Martin Péronnet Photo Franz Chavaroche.

Pourquoi Monaco Telecom s’engage-t-il dans l’acquisition d’opérateurs à l’étranger?
Nous avons toujours dit que pour se développer, Monaco Telecom devait marcher sur deux jambes : une nationale et une internationale. La stratégie, aujourd’hui, est de prendre le contrôle d’opérateurs de taille équivalente à la nôtre. Nous cherchons à les développer, à augmenter leur rentabilité et leurs parts de marché dans leur pays.

D’accord, mais quel est l’intérêt pour Monaco Telecom?
Au-delà de rentabiliser ces investissements, il y a la volonté de créer des synergies. Par exemple, nous avons à Monaco une équipe très performante qui développe le système d’information de Monaco Telecom, Chypre et demain Malte. On capitalise sur cette équipe car le système d’information, c’est le nerf de la guerre des opérateurs. On peut aussi capitaliser sur des éléments d’infrastructure.

C’est-à-dire?
À Monaco, nous avons une très bonne équipe qui travaille sur l’infrastructure du cloud. Elle le fait pour Monaco Telecom, Epic à Chypre, ainsi que pour les autres opérateurs du groupe NJJ. Et demain Vodafone Malte, lorsque l’accord sera effectif. Ces synergies valorisent les savoir-faire à Monaco. Le troisième intérêt pour nous est d’être un peu plus gros. Nous avons souffert de notre taille limitée, par le passé. Pour être crédible et négocier dans de meilleures conditions avec nos fournisseurs, il nous fallait grossir.

D’autres acquisitions en vue?
Non, pas pour l’instant. Nous avons atteint le périmètre souhaité. Nous n’avons pas d’autre ambition de rachat, aujourd’hui.

 

Ces deux acquisitions successives ne vont-elles pas trop endetter Monaco Telecom?
Pour le rachat de MTN Chypre, nous avons apporté 40 % de fonds propres et emprunté le reste. Pour Vodafone Malte, c’est 100% d’emprunt. Aujourd’hui, le taux d’endettement de Monaco Telecom est très raisonnable dans le secteur des télécoms.

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.