“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Monaco pourrait devenir la capitale des enchères d’art moderne

Mis à jour le 24/07/2018 à 07:34 Publié le 24/07/2018 à 07:34
Une photographie de Sherman adjugée 220 000 euros.

Une photographie de Sherman adjugée 220 000 euros. Photo HVMC

Monaco pourrait devenir la capitale des enchères d’art moderne

Si les enchères se multiplient comme des petits pains en Principauté, les maisons qui s’intéressent à l’art moderne ne sont pas si nombreuses. Et pour cause: ce que l’on appelle le droit de suite pose comme une difficulté.

Issu d’une loi de 1920, le droit de suite garantit des revenus à l’artiste et à sa descendance, dès lors que la vente se fait dans un cadre professionnel. D’un montant de 3 %, exigible à chaque vente pendant 50 ans à Monaco, et 4 % pendant 70 ans en France, cela permet d’assurer des revenus à l’artiste et à ses descendants. "À l’origine, c’est une loi humaniste, mais elle a été dévoyée. Et aujourd’hui, clairement, c’est un paramètre bloquant pour les ventes. Surtout que si le montant des droits de suite est plafonné à 12500 euros en France, il n’y a pas de limite à Monaco. Cela n’incite pas les propriétaires à mettre des œuvres en vente, et c’est pénalisant pour les maisons de vente."

Une protection bloquante pour les vendeurs

Ainsi, une œuvre adjugée à 1 million génère 30.000 euros de droit de suite pour l’auteur ou ses descendants à Monaco, 12.500 euros en France. On imagine aisément les revenus confortables que cela peut procurer chaque année à la succession d’un artiste aussi prolifique que Picasso.

Or, cela pourrait changer: «Le gouvernement monégasque travaille dessus depuis un moment déjà. Et nous pensons que cela sera réformé prochainement. Une fois que cela sera réglé, Monaco pourra véritablement se développer comme place de vente d’art moderne.»


La suite du direct