“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Soutenez l’info locale et Monaco-Matin > Abonnez-vous

Mindus révolutionne la gestion des applis

Mis à jour le 13/10/2017 à 18:59 Publié le 13/10/2017 à 18:30
Mari et femme dans la vie, Nathalie et Christopher se connaissent depuis leurs cinq ans et ont créé IIzi.

Mari et femme dans la vie, Nathalie et Christopher se connaissent depuis leurs cinq ans et ont créé IIzi. (Photo K.W.)

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Mindus révolutionne la gestion des applis

La startup monégasque a développé IIzi (prononcez Easy), une plateforme qui permet de créer facilement des applications et d’en réduire les coûts d’utilisation.

L’idée


C’est bien beau de créer une application. Mais une fois sortie, il faut la mettre à jour, l’améliorer, en protéger et stocker les données. Tout cela demande de l’expertise et de l’argent: 50 euros par mois. IIz, la solution imaginée par la startup monégasque Mindus, disrupte ce schéma. En utilisant uniquement le langage Java, elle permet à n’importe quel développeur (débutant comme expert) de coder sur tous les appareils (tablette, smartphone, ordinateur...). Mindus gère ensuite la maintenance. Résultat : une appli plus rapide et moins chère.

Le défi
«Indéniablement le développement de la plateforme qui a demandé 40 années homme», s’exclament en chœur Nathalie et Christopher Mindus, fondateurs en 2015 de la startup, et respectivement CEO et CTO de Mindus.Christopher, Suédois, travaille sur le concept depuis 2007.

L’objectif
Avant de s’attaquer au BtoB, les deux dirigeants comptent sur le BtoC et la communauté de 19 millions de développeurs utilisant le langage Java et Eclipse, pour faire connaître leur solution. Autre cible visée : l’éducation en France et au Royaume-Uni.

L’investissement


Pas encore de chiffre d’affaires «puisque nous n’avons pas encore de client. Mais nous sommes prêts à aller sur le marché et tablons sur un chiffre d’affaires de 136 millions d'euros d’ici 2021», explique Nathalie Mindus, la CEO. La startup qui a postulé pour intégrer deux incubateurs: Cap Gemini et SUP46 en Suède veut lever 2 millions d'euros qui lui serviront à étoffer leur équipe (R&D, développeurs, support) et faire des campagnes marketing.

Le produit
De la même façon que l’on streame de la musique, Iizi streame les applications: ce qui signifie pas de stockage de données sur l’appareil, pour plus de rapidité et de fluidité dans l’utilisation.

Autres avantages: le partage de l’appli en temps réel avec n’importe qui, n’importe où et sur n’importe quel écran, pour une expérience client enrichie. Mindus s’occupe de la maintenance de l’appli (mise à jour, sécurisation des données...). Nul besoin d’avoir des développeurs très expérimentés et très chers pour coder en Java, d’où une réduction des coûts. «Les coûts cachés de maintenance d’une appli sont de 50 euros par mois, estime Nathalie Mindus. Avec Iizi, ils ne sont que de 25 euros sur lesquels nous reversons des royalties au développeur qui a créé l’appli.»

www.mindus.co


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.