“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

"Les élus UP s'exprimeront en conscience sur le budget"

Mis à jour le 28/09/2015 à 09:19 Publié le 28/09/2015 à 09:18
Patrick Rinaldi, président de l’UP.

Patrick Rinaldi, président de l’UP. Photo DR

"Les élus UP s'exprimeront en conscience sur le budget"

Patrick Rinaldi, président de l’Union pour la Principauté rattachée au groupe Horizon Monaco explique le positionnement de son parti aux côtés de la majorité du Conseil national

L'Union pour la Principauté (UP) a organisé une soirée mercredi soir, au Café du Cirque, à Fontvieille, avec plusieurs de ses adhérents et sympathisants. Son président, Patrick Rinaldi, explique ce qui fait la singularité de son parti au sein de la majorité Horizon Monaco.

Combien d'adhérents avez-vous?

Nous avons constaté une hausse du nombre d'adhérents depuis les élections. Nous avions stabilisé notre noyau dur autour de 150 personnes et nous sommes aujourd'hui autour de 200. Ce qui correspond à une évolution normale des choses, sachant que nous n'avons pas mis en place de stratégie de sollicitation active de nos anciens militants.

Comment évolue la réflexion politique de l'UP, à la fois dans le sillage d'Horizon Monaco et dans sa singularité propre?

Comme nous le disons souvent, la diversité fait la force du groupe Horizon Monaco. Nous gardons notre singularité, la spécificité de notre approche et nous assumons parfois des positionnements en léger démarquage.

Quels sont les points d'entente et les points de divergences avec R & E?

D'abord, il faut répéter que les points d'accord sont plus nombreux que les points de divergence. Nous avons une approche plus centrée sur le logement, sans doute plus forte, et avec un caractère historique de notre action depuis bientôt 15 ans. Nous sommes aussi plus tranchés dans notre analyse de la situation concernant la SBM. Nous partageons la problématique de la priorité nationale, c'est essentiel. Ce qui compte en définitive, c'est l'intérêt général, c'est de représenter l'intérêt des Monégasques avant tout. Nous ne couvrons pas les mêmes sujets et avec la même hiérarchisation, nous sommes complémentaires la plupart du temps.

On avait entendu dire le mariage de la carpe et du lapin. Qu'en est-il après deux ans d'union?

Je vous rassure, la carpe et le lapin se portent bien… Le microclimat sans doute! Les Monégasques ont besoin d'autre chose que ce type de raccourci, et puis nous ne voulons plus vivre les tensions stériles mais trop violentes pour notre communauté nationale. Nous sommes un petit pays, il faut faire de la politique, au sens grec du terme, ne pas monter les gens les uns contre les autres. Nous n'entrons pas dans ce jeu.

Voterez-vous en faveur du budget rectificatif?

C'est un peu tôt pour avoir une position tranchée! Il faut laisser se dérouler les séances publiques et les élus de l'UP au sein du groupe Horizon Monaco s'exprimeront en conscience, comme toujours et sur chaque vote depuis 2013.

Quels sont les points qui achoppent avec le gouvernement?

Il y a eu des problèmes dans la façon d'aborder certains sujets cruciaux comme l'extension en mer ou encore des dossiers liés au logement. Il faut que les élus des Monégasques soient en mesure de se faire respecter dans le cadre des institutions et de l'esprit de la Constitution. Il y a débat !

Commencez-vous à préparer 2 018 ? De quelle manière?

Nous sommes un mouvement politique, la perspective des élections nationales suivantes est statutaire. Pour autant, notre rôle aujourd'hui, c'est de soutenir nos élus et de faire partager nos positions aux compatriotes. Avant de parler de 2018, nous devons rassembler aujourd'hui les membres de notre famille politique.


La suite du direct